Législatives 2022 : Richard Ferrand appelle la gauche à rallier Macron plutôt que Mélenchon

DEBAUCHAGE Le président de l’Assemblée nationale assure que les sociaux-démocrates, les socialistes et les écologistes « ont toute leur place » dans la majorité présidentielle

20 Minutes avec AFP
Emmanuel Macron et Richard Ferrand, lors d'un déplacement à Spezet durant la campagne présidentielle le 5 avril 2022.
Emmanuel Macron et Richard Ferrand, lors d'un déplacement à Spezet durant la campagne présidentielle le 5 avril 2022. — AFP

Par le biais du président LREM de l’Assemblée nationale, Emmanuel Macron tente de dynamiter un peu plus la gauche et notamment le Parti socialiste. Richard Ferrand lance ainsi « un appel aux femmes et aux hommes de gauche » à rejoindre l’équipe présidentielle, dans un entretien au Midi Libre à paraître ce jeudi.

« Notre rassemblement, déjà vaste, a vocation à s’élargir. Aujourd’hui, je lance un appel aux femmes et aux hommes de gauche, sociaux démocrates, socialistes, écologistes, pour leur dire qu’ils ont toute leur place dans notre majorité pour apporter leur sensibilité, leurs propositions, leurs priorités, leurs préoccupations », déclare le député du Finistère, lui-même ancien socialiste.

Remous au PS

Cet appel intervient alors que le numéro un du PS, Olivier Faure, a invité en bureau national mardi soir ceux qui pensent que son parti « est mort, qu’il n’y a plus rien à faire », à partir et rejoindre LREM, d’après plusieurs sources. Il était alors critiqué par un courant minoritaire quant à sa tentative d’union avec LFI pour les législatives.

Selon Richard Ferrand, « ceux qui lorgnent à droite vers l’extrême droite et à gauche vers la France insoumise vont rapidement s’enferrer dans des alliances extrémistes ». « Nous militons pour une France forte, dans une Europe – la grande œuvre de François Mitterrand – assez puissante pour peser sur le cours du monde. La France insoumise propose un recroquevillement, un affaiblissement de la France sur des bases différentes de l’extrême droite, mais qui aboutissent au même résultat », estime le titulaire du perchoir, proche d’Emmanuel Macron.

Et d’insister : « Nous tendons la main aux citoyens, aux élus locaux, nationaux, à toutes les forces qui veulent venir apporter leur pierre au service de la France ». Aux yeux du président de l’Assemblée, le prochain gouvernement pourra aller « des socialistes sociaux-démocrates, jusqu’à la droite libérale, avec les centristes qui sont là depuis le début ».

Les différences avec Horizons sont « des clapotis »

Concernant les investitures de candidats qui doivent être délivrées entre alliés d’Emmanuel Macron en vue des législatives de juin, Richard Ferrand, au cœur du processus, estime que « des équilibres existent dans la majorité sortante, et ils doivent être préservés ». Au sujet de l’ex-Premier ministre Edouard Philippe à la tête du parti Horizons, qui entend en être, « je lis des choses sur nos différences qui sont des clapotis », balaie-t-il. « Edouard Philippe, Jean Castex, François Bayrou, Olivier Dussopt, François Rebsamen, se sont engagés pour la réélection du Président : nous porterons ensemble son projet. Ici ou là, il y aura des frottements, mais ce sera anecdotique ». L’issue des négociations dira si les autres partenaires de la majorité présidentielle pensent la même chose.