Résultats présidentielle 2022: Le dépouillement est terminé, Macron obtient 58,54% des voix contre 41,46% pour Le Pen

SCRUTIN Emmanuel Macron a été réélu dimanche président de la République face à Marine Le Pen (43,03%), le chef de l'Etat sortant remportant 56,97% des suffrages. Suivez avec nous cette soirée présidentielle

M.P., X.M., X.R., D.R.
— 
Le président français Emmanuel Macron célèbre avec ses partisans à Paris, en France, le dimanche 24 avril 2022.
Le président français Emmanuel Macron célèbre avec ses partisans à Paris, en France, le dimanche 24 avril 2022. — Christophe Ena/AP/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Emmanuel Macron a été réélu dimanche président de la République face à Marine Le Pen (43,03%), le chef de l'Etat sortant remportant 56,97% des suffrages, selon les estimations disponibles à 20 heures. 
  • L’abstention a atteint 28 % au 2e tour de l’élection présidentielle, soit 2,5 points de plus qu’en 2017 (25,44 %), selon les estimations de quatre instituts de sondage. Tandis que selon les chiffres donnés par le ministère de l’intérieur la participation était de 63.23 % à 17 heures.
  • Découvrez l’ensemble des résultats du second tour à l’élection présidentielle directement sur 20 Minutes.

A VOIR

A LIRE AUSSI

 

4h30 : Le point sur les résultats définitifs

Emmanuel Macron a obtenu 58,54% des voix contre 41,46% à Marine Le Pen, selon des chiffres du ministère de l'Intérieur portant sur 100% des bulletins dépouillés, avec une abstention en hausse de 2,5 points à 28,01%. Ces résultats devront encore être certifiés lundi.

Au final, Marine Le Pen a donc progressé de 7,6 points en cinq ans, un score inférieur à ce que lui promettait la moyenne des sondages il y a deux semaines, mais qu'elle qualifié «d'éclatante victoire» dimanche soir. La présidente du rassemblement national a promis d'incarner «un contre-pouvoir fort à celui d'Emmanuel Macron», et a lancé «la bataille des législatives». Tous les détails à lire ici.

3h40 : Le point sur l'incident du Pont-Neuf, avec 2 morts et 1 blessé

Les faits se sont déroulés peu avant minuit, quelques heures après la réélection du président Emmanuel Macron fêtée au Champs-de-Mars, sans que l'on puisse établir à ce stade un lien avec cet événement politique. Sur le Pont-Neuf, en plein centre de Paris, des policiers ont tiré dimanche peu avant minuit sur une voiture qui a tenté de les percuter selon une source policière, tuant deux de ses occupants et blessant une troisième personne. D'après les premiers éléments recueillis, selon une source policière, le véhicule circulait à contresens quand les policiers ont voulu le contrôler. Les occupants du véhicule auraient alors foncé sur les agents qui ont fait usage de leur arme.

L’enquête a été confiée au 1er district de la police judiciaire pour « tentative d’homicide volontaire sur personnes dépositaires de l’autorité publique », a indiqué le parquet de Paris.

2h45 : Marine Le Pen devant dans trois régions sur 13 (et en Outre-Mer)

Voici les résultats du ministère de l'Intérieur par région pour le vote Macron/Le Pen:

Ile-de-France: 73,02 - 26,98

Bretagne: 66,58 - 33,42

Pays de la Loire: 64,92 - 35,08

Auvergne-Rhône-Alpes: 59.76 - 40,24

Nouvelle-Aquitaine: 58,33 - 41,67

Centre-Val de Loire: 56,44 - 43,56

Normandie: 55,84 - 44,16

Occitanie: 53,96 - 46,04

Bourgogne-Franche-Comté: 52,87 - 47,13

Grand Est: 52,07 - 47,93

Provence-Alpes-Côte d'Azur: 49,52 - 50,48

Hauts-de-France: 47,86 - 52,14

Corse: 41.92 - 58,08

Marine Le Pen remporte donc trois régions, contre zéro en 2017. En Outre-Mer, Marine Le Pen remporte La Réunion, Mayotte, Guadeloupe, Martinique, Saint-Barthélémy, Guyane et St-Pierre-et-Miquelon. Macron devant en Nouvelle-Calédonie, Polynésie et Wallis et Futuna.

1h45 : Joe Biden félicite à son tour Emmanuel Macron

Le président américain mise sur une coopération étroite sur l'Ukraine et le climat, notamment.



 

1h25 : Le dépouillement est terminé, Macron 58,55% - 41,45% Le Pen

On attend l'officialisation des résultats, mais sur 100% dépouillé, Emmanuel Macron termine donc avec 17 points d'avance sur Marine Le Pen, contre un écart de 32 points en 2017. L'abstention, elle, progresse de 2,5 points.



 

0h55 : Des policiers tirent sur un véhicule à Paris, deux morts

Les circonstances ne sont pas claires pour l'instant: la police a ouvert le feu sur un véhicule sur le pont Neuf pour refus d'obtempérer, il y a deux morts selon l'AFP. Selon nos confrères du Parisien, le véhicule roulait à contre-sens.

0h45 : Point sur le report des voix

Sur le report des voix:

- 53% des électeurs (au 1er tour) de Pécresse ont voté Macron au second, contre 42% pour ceux de Mélenchon

- Pour le report de Mélenchon sur Macron, c'est 10 points de moins qu'en 2017, et 10 points de plus pour le report sur Le Pen



 

0h15 : 96% dépouillé

On se rapproche des résultats définitifs, avec Emmanuel Macron qui devrait finir autour de 58% et Marine Le Pen de 42%.



 

00h01 : Des heurts à Paris dans des manifestations anti-Macron

Des Halles à la place de la République, quelques centaines de personnes se sont mobilisées dans les rues parisiennes pour manifester contre la réélection d’Emmanuel Macron, suivies de très près par les forces de l’ordre. Notre journaliste Laure Gamaury s'est rendue sur place. Retrouvez son reportage ici : 

 

23h58 : Macron obtient 56,97 % des voix

D’après des résultats basés sur 94 % des électeurs inscrits et publiés par le ministère de l’Intérieur, le président Emmanuel Macron est réélu avec 56,97 % des voix. Sa rivale d’extrême droite, Marine Le Pen, obtient 43,03 % des voix. L’abstention s’élève à 27,59 % et les votes blancs à 4,66 % et nuls à 1,67 %. Les résultats vont s’affiner dans la nuit, jusqu’aux chiffres définitifs.

23h51 : On vous résume le discours de victoire d’Emmanuel Macron


 

23h45 : Les résultats du second tour en Martinique, où Marine Le Pen est aussi sortie grande gagnante


 

23h44 : Les résultats du second tour à la Réunion où Marine Le Pen fait un sans-faute


 

23h39 : Les déclas à retenir


 

23h34 : L’antenne de France Inter à nouveau temporairement piratée

L’antenne de France Inter a été une nouvelle fois piratée dimanche soir lors du second tour de l’élection présidentielle, a-t-on appris auprès de la station. « On a été piraté à nouveau », a indiqué la station, contactée par l’AFP. Elle a ajouté avoir été « alertée par des tweets ».

« Nous sommes en lien avec l’Arcom [le régulateur de l’audiovisuel, ex-CSA] pour vérifier ce qui s’est passé », a précisé Radio France. « Cela a duré une petite heure », a encore estimé Radio France, précisant que les fréquences de France Inter à Paris avaient été piratées. Le journal d’information sur internet affirme que des fréquences de France Inter à Lyon, Rennes et Nantes auraient aussi été piratées. « Nous sommes en train d’enquêter », a simplement dit Radio France à propos des autres villes.

23h32 : Manifestations d'« antifas » de Rennes à Paris

Plusieurs centaines de manifestants, principalement des jeunes « antifascistes » et « anticapitalistes », ont protesté dimanche soir contre la réélection d’Emmanuel Macron dans quelques villes de France. Peu après l’annonce de la victoire du président sortant sur Marine Le Pen, ils étaient plusieurs centaines – 250 selon la préfecture – à se rassembler dans le centre de Rennes, malgré un important déploiement des forces de l’ordre.

Dans le centre de Paris, 250 à 300 manifestants « antifas » ont manifesté aux cris notamment de « Macron dégage », se heurtant par moments à la police qui chargeait. Partis des Halles, ils ont scandé « Marine Le Pen, c’est dégueulasse » et « Manu Macron, c’est dégueulasse », ou « Macron, dégage ! », jusque sur la Place de la République, encadrés par un important dispositif policier.

Dans le centre de Nantes, un cortège d’environ 400 à 500 personnes s’était élancé derrière une banderole marquée « Besoin de révolution ». A Toulouse, quelque 500 personnes ont également participé à une manifestation dont le mot d’ordre était « Ni Macron ni Le Pen, révolution ».

23h25 : Le replay du discours d'Emmanuel Macron


 

23h21 : C’est l’heure du rangement au pied de la tour Eiffel


 

23h20 : Robert Ménard critique la « défaite » de Marine Le Pen

Le maire de Béziers Robert Ménard, soutien critique de Marine Le Pen pendant la campagne présidentielle, a estimé dimanche que le second tour était une « défaite » pour la candidate d’extrême droite qui a au contraire évoqué une « victoire » du fait de son score inégalé, autour de 42 %, face à Emmanuel Macron.

« Tous les militants du Rassemblement national il y a quinze jours », quand les sondages donnaient Marine Le Pen à 49 %, « n’auraient pas imaginé un score pareil. C’est une défaite. Il faut arrêter de faire semblant de ne pas employer les bons mots », a déclaré sur TF1 le maire de Béziers, qui était aussi un proche d’Eric Zemmour avant de prendre ses distances avec le candidat de Reconquête !.

«On paye un point de vue qui n’a pas de sens sur l’Europe, elle n’est pas capable (…) d’aller plus loin pour dire "oui on est européen, on défend l’Europe même si on veut la modifier de l’intérieur". Sur les questions économiques, dans la course après monsieur Mélenchon, on en arrive à dire n’importe quoi. Sur ce qui s’est passé en Ukraine, il y a une espèce de tropisme pro-russe dans toute cette partie de la droite », a critiqué l’édile.

23h18 : Le patronat félicite Macron

Les organisations patronales ont félicité Emmanuel Macron pour sa réélection dimanche soir, tout en insistant sur les réformes à mener selon elles. « Félicitations », a tweeté le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux.

« Europe, emploi, croissance, transition écologique : les chantiers sont devant vous. Il y a urgence ! », a toutefois averti le patron des patrons, précisant qu’au sein de l’organisation « nous sommes prêts ».

Un peu plus tôt dans la soirée, François Asselin, président de la Confédération des PME, avait salué auprès de l’AFP la réélection d’Emmanuel Macron, notant « un score plutôt meilleur que ce qu’on aurait pu imaginer » pour Emmanuel Macron, réélu avec environ 58 % des voix.

23h16 : « La fête des lobbies »

Le collectif « Ibiza », un groupe de militants écologistes dont le sosie de Jean-Michel Blanquer, a organisé une « fête des lobbies » ironique devant l’Assemblée nationale ce soir, après la victoire d’Emmanuel Macron.



 

23h12 : Du côté du pavillon d’Armenonville où Marine Le Pen a fait son discours


 

23h10 : Une semaine à vivre

Le gouvernement actuel devrait être démantelé bientôt, « entre le 2 et le 12 mai », explique un conseiller du président interrogé par notre journaliste Rachel Garrat-Valcarcel, envoyée sur le Champ-de-Mars ce dimanche.



 

23h08 : Vu d’Espagne, « la démocratie gagne »

« Les citoyens ont choisi une France engagée pour une UE libre, forte et juste. La démocratie gagne. L’Europe gagne. Félicitations Emmanuel Macron », a applaudi le Premier ministre socialiste espagnol Pedro Sanchez.



 

23h06 : « Ne les sifflez pas » à cinq ans d’intervalle


 

23h04 : « One more time »


 

23h01 : Un suffrage inédit à plusieurs titres

Le président de la République est reconduit pour un second mandat à l’issue d’une campagne qui n’a pas passionné les électeurs. Notre journaliste Clément Giuliano s’est penché sur les faits surprenant cette élection entre abstention et perspectives législatives…

 

22h53 : Choisir entre « la peste et le choléra » à Saint-Denis

A Saint-Denis, de nombreux habitants ont choisi le vote Macron par dépit. Notre journaliste Fabrice Pouliquen s’est rendu dans la plus grande ville de Seine-Saint-Denis, auprès des électeurs qui ont eu la sensation de choisir « entre la peste et le choléra » ce dimanche. Retrouvez son reportage ici :

 

22h49 : Macron dépositaire de ceux qui ont voté pour lui en 2017 et de ceux qui ont fait barrage en 2022


 

22h46 : « Il y a eu une cabale contre nous »

Les partisans de la candidate du Rassemblement national étaient rassemblés ce dimanche soir à l’ouest de Paris et ils ont accueilli la défaite de leur candidate entre désillusion et espoirs pour les législatives. Notre journaliste Thibaut Le Gal a passé la soirée dans le QG de Marine Le Pen et raconte :

 

22h41 : La présence de Rachida Dati remarquée sur les plateaux

L’actuelle marie du 7e arrondissement de Paris fait la tournée des plateaux de télévision chaque soir d’élection et sa présence est remarquée. On vous parle de cette « star des soirées électorales » ici :



 

22h37 : Les résultats ville par ville

Si vous souhaitez consulter les résultats du second tour de la présidentielle dans votre ville, direction notre page dédiée aux chiffres de cette élection ici :

22h35 : Le « nouveau leader de l’Europe »

« Macron a officiellement hérité de la couronne de Merkel du nouveau leader de l’Europe », réagit Brett Bruen, ancien conseiller de l’administration Obama.



 

22h33 : Le poids (lourd) du barrage

42 % des électeurs d’Emmanuel Macron au second tour ont choisi son nom « afin de faire barrage à Marine Le Pen » d’après les premières estimations d’Ipsos-Sopra Steria. Les 58 % restant ont choisi le locataire de l’Elysée car « il ferait un bon président de la République ».

22h29 : Emmanuel Macron, le président le plus « mal élu » depuis Pompidou


 

22h26 : Les syndicats saluent la défaite de Le Pen mais s’inquiètent de sa poussée

Les différents syndicats se sont félicités dimanche de la défaite de la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen au second tour de la présidentielle tout en s’inquiétant de sa poussée à plus de 40 %. « Le pire a été évité aujourd’hui. Mais près de 42 % des votes pour l’extrême droite font que rien ne pourra et ne devra être comme avant », a tweeté le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger.

« La République est sauve. Et combattre pour la justice sociale dans un cadre démocratique reste possible. Mais un vote pour la République qui n’est majoritaire que chez les plus anciens et plus favorisés doit interroger tous les démocrates », a tweeté de son côté Laurent Escure (Unsa). Pour Solidaires, « le renforcement électoral et militant de l’extrême droite est lié aux politiques antisociales menées par les gouvernements successifs ».

22h23 : Manifestation en cours à Toulouse


 

22h18 : Les militants LREM soulagés à Bordeaux

Au QG de La République en Marche à Bordeaux, la victoire d'Emmanuel Macron ne faisait guère de doute, mais les militants craignaient un score serré. Un reportage de Michael Bosredon au plus près de ceux qui assurent : « 58 %, je ne m’y attendais pas… »



 

22h16 : Les chiffres s’affinent

Les estimations s'affinent au fur et à mesure que la soirée file... Selon les derniers chiffres, Emmanuel Macron a été réélu président de la République face à Marine Le Pen, avec 58,6 % des suffrages contre 41,4 %.

22h13 : Macron 2022 vs Macron 2017

Notre journaliste Philippe Berry, basé aux Etats-Unis, se régale avec l'Internet mondial et on adore. On veut remercier Philippe sans qui ce live n'aurait pas la même saveur : 



 

22h11 : Le blanc moins présent

Le record des bulletins blancs et nuls de 2017, plus de 3 millions de bulletins blancs et un million de bulletins nuls du second tour de 2017, n’est pas égalé, selon les estimations des instituts de sondage.

« On aurait pu s’attendre à pire, à une explosion du vote blanc, et au final ça n’est pas si différent de la dernière fois », relativise le politiste Vincent Tiberj, qui souligne que si on considère ensemble abstention et bulletins blancs et nuls, « on est sur le même trend qu’en 2017 ».



 

22h10 : « 17 millions d’électeurs n’ont pas pris part au scrutin »

L’abstention est une nouvelle fois en hausse, aux alentours de 28 %, au second tour de l’élection présidentielle dimanche, selon les estimations des instituts de sondage, et flirte même avec le record du scrutin très atypique de 1969 (31,3 %).

Environ 14 millions d’électeurs ont donc refusé dimanche de départager Emmanuel Macron et Marine Le Pen, soit un million de plus que les abstentionnistes du 10 avril (12,8 millions).

A quoi s’ajoutent les 6,5 % des inscrits qui ont refusé de choisir eux aussi en glissant un bulletin blanc ou nul, soit plus 3 millions d’électeurs. « 35 % du corps électoral soit n’a pas voté, soit a voté blanc et nul », résume sur LCI le politologue Jérôme Jaffré, soulignant que « 17 millions d’électeurs, sur les 48 millions d’inscrits, n’ont pas pris part au scrutin ».

 

22h04 : Mais qui étaient ces enfants ?

Les enfants qui ont accompagné Emmanuel macron fraîchement réélu sont ceux des membres de l’équipe de campagne du président et de bénévoles, selon... l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron.

22h03 : « Nous aurons du Le Pen avec Macron », estime Nathalie Arthaud

« Nous aurons du Le Pen avec Macron », a estimé la candidate de Lutte ouvrière à la présidentielle Nathalie Arthaud, dans un communiqué paru dimanche soir, après la victoire d’Emmanuel Macron face à sa rivale d’extrême droite Marine Le Pen.

« Le Pen a échoué » mais la réélection du président sortant « ne nous protègera pas contre l’extrême droite », a regretté la candidate trotskiste, prévenant que « nous aurons du Le Pen avec Macron », celui-ci ayant déjà plié « sous la pression de l’extrême droite ».

22 heures : L’euro monte après la réélection d’Emmanuel Macron

L’euro montait dimanche soir face au dollar et aux autres grandes devises après la réélection d’Emmanuel Macron à la présidence française, les cambistes misant sur un renforcement de l’UE. Vers 21h10 (heure française) dans les premières heures d’échanges lundi en Asie et en Australie, la monnaie unique prenait 0,48 % à 1,0842 dollar.

Emmanuel Macron a été réélu dimanche à la présidence de la République avec environ 58 % des voix face à Marine Le Pen (environ 42 %) selon les premières estimations, une nette victoire tempérée par le score inédit de l’extrême droite et une abstention élevée (28 %).

21h54 : Ce mandat ne sera « pas la continuité du quinquennat qui s’achève » promet Macron

« Cette ère nouvelle ne sera pas la continuité du quinquennat qui s’achève » mais « cinq années de mieux au service de notre pays, de notre jeunesse » assure Emmanuel Macron. « Nul ne sera laissé au bord du chemin », promet le candidat qui a fait un clin d’œil lorsqu’il a évoqué son « projet ».

21h50 : « Je ne suis plus le candidat d’un camp, mais le candidat de tous et toutes »

« Je ne suis plus le candidat d’un camp, mais le candidat de tous et toutes », assure le président. « Ce projet je veux le porter avec force pour les années qui viennent, en étant dépositaire des divisions qui se sont exprimées et en veillant au respect de chacun », a-t-il expliqué.

« Aujourd’hui, vous avez fait le choix d’un projet humaniste, ambitieux pour l’indépendance de notre pays », a affirmé Emmanuel Macron qui aspire à « une société plus juste et à l’égalité entre les femmes et les hommes ».

21h47 : Macron assure avoir conscience que le vote « barrage » des Français, « l’oblige pour les années à venir »

Emmanuel Macron a affirmé savoir que de nombreux Français ont fait « barrage contre l’extrême droite ». « J’ai conscience que ce vote m’oblige pour les années à venir, je suis dépositaire de leur sens du devoir, de leur attachement à la république et du respect des différences qui se sont exprimées ces dernières semaines », a assuré le président qui promet de « faire de la France une grande nation écologique ».

21h44 : Macron remercie les Français au début de son discours de victoire

« Avant toute chose : merci », a déclaré Emmanuel Macron dans son discours de victoire. « Après cinq années de transformation, d’heures heureuses et difficiles (…) ce jour du 24 avril 2022, une majorité d’entre nous a fait le choix de me faire confiance », s’est félicité le président.

21h43 : « Merci pour tout » : Marine Le Pen tourne la page de la présidentielle 2022


 

21h40 : Justin Trudeau a « hâte de poursuivre le travail » avec Emmanuel Macron


 

21h36 : Emmanuel Macron s'avance avec Brigitte Macron et des enfants (à qui sont-ils ?) au son de l'Hymne à la joie de Beethoven, l'hymne européen


 

21h30 : Emmanuel Macron est arrivé sur le Champ-de-Mars et va donner son discours
21h29 : A Marles-les-Mines, plus de 3 électeurs sur 4 ont choisi l'extrême-droite

En ce dimanche électoral, notre journaliste Gilles Durand s'est rendu à Marles-les-Mines, dans le Pas-de-Calais. Cette ville de l’ex-bassin minier a largement plébiscité la candidate Marine Le Pen avec plus de trois quarts des suffrages :

 

21h26 : Quel Premier ministre pour ce second mandat macroniste ?

20 Minutes s’est interrogé pour vous sur le prochain quinquennat d’Emmanuel Macron et notamment la composition de son prochain gouvernement. Notre journaliste Jean-Loup Delmas vous expose les différents scenarii possibles dans son article :



 

21h22 : Hidalgo appelle à l’union pour « une gauche nouvelle »

L’ex-candidate du Parti socialiste à l’élection présidentielle Anne Hidalgo a appelé dimanche, après la réélection d’Emmanuel Macron, à « reconstruire une gauche nouvelle » dont le premier combat sera celui des élections législatives.

« J’appelle toutes les forces de cette gauche démocratique, qui a su faire barrage au pire aujourd’hui, à s’unir pour reconstruire une gauche nouvelle, pour mener les combats de demain, à commencer bien sûr par ceux des élections législatives », a-t-elle déclaré.

21h21 : « Quelle belle histoire. Qui l’aurait cru ? » déclare Emmanuel Macron

« Quelle belle histoire. Qui l’aurait cru ? », a déclaré Emmanuel Macron à ses proches après l’annonce des résultats et de sa réélection.

21h19 : Olaf Scholz se félicite de la victoire d’Emmanuel Macron

Le chancelier allemand Olaf Scholz a félicité dimanche Emmanuel Macron pour sa victoire à la présidentielle française, estimant que ses électeurs ont envoyé « un signal fort en faveur de l’Europe ».

« Félicitations », a tweeté le dirigeant social-démocrate en français, avant de poursuivre en allemand : « Félicitations, cher président Emmanuel Macron. Tes électeurs ont envoyé aujourd’hui un signal fort en faveur de l’Europe. Je me réjouis que nous poursuivions notre bonne collaboration ! »



 

21h15 : Rachida Dati espère que les soutiens de Macron éteindront la musique « à 22 heures » pour éviter le tapage sur le Champ-de-Mars



 

21h14 : Fabien Roussel appelle à un « accord global » pour les législatives

Face à la réélection du président Emmanuel Macron, le candidat communiste Fabien Roussel a appelé dimanche soir à « un accord global » de la gauche pour les législatives afin d'« éviter toute division » et aller « ensemble à la conquête d’une majorité de députés ».

« Le président sortant est réélu aujourd’hui uniquement à la faveur d’un rejet de la représentante de l’extrême droite », a estimé Fabien Roussel lors d’un discours depuis son QG, « mais la bataille n’est pas achevée ».

Même si le résultat de l’élection présidentielle a permis d'« éviter le pire », « une lourde menace pèse sur notre démocratie », estime le candidat communiste. C’est pourquoi, « pour ces élections législatives, nous voulons tout faire pour être le plus unis possible autour d’un contrat de législature répondant aux aspirations des Français », a-t-il indiqué.

21h12 : Le chancelier allemand Olaf Scholz salue « un signal fort en faveur de l’Europe » après la victoire d’Emmanuel Macron
21h06 : Valérie Pécresse félicite Emmanuel Macron

La candidate des Républicain Valérie Pécresse a adressé ses « félicitations républicaines à Emmanuel Macron ». « Sa victoire ne doit pas masquer les fractures de notre pays conduisant Marine Le Pen à un score inédit. Cap sur les législatives avec une droite engagée pour défendre le projet de redressement dont la France a besoin », a déclaré la candidate malheureusement à la présidentielle.



 

21h01 : Boris Johnson se dit « heureux de continuer à travailler » avec Emmanuel Macron

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a félicité Emmanuel Macron pour sa victoire à la présidentielle française, se disant « heureux de continuer à travailler » avec lui et affirmant que la France est l’un des alliés « les plus proches » du Royaume-Uni.

« Félicitations à Emmanuel Macron pour votre réélection à la Présidence de la République Française. La France est l’un de nos alliés les plus proches et les plus importants. Je suis heureux de continuer à travailler ensemble sur les sujets-clés pour nos deux pays et pour le monde », a déclaré dimanche le dirigeant conservateur dans un tweet en français.



 

21 heures : D’après Christian Jacob, « jamais il n’y a eu un tel vote de désespérance en France »

Le président du parti Les Républicains Christian Jacob a regretté dimanche sur France 2 que « jamais il n’y a eu un tel vote de désespérance en France » lors du second tour de l’élection présidentielle. « En additionnant les voix qui se sont portées aux extrêmes, c’est un cri d’alerte, un vote de désespérance », qui est, selon le député, « le résultat de l’action de la majorité parlementaire d’Emmanuel Macron ».

21 heures : D’après Christian Jacob, « jamais il n’y a eu un tel vote de désespérance en France »

Le président du parti Les Républicains Christian Jacob a regretté dimanche sur France 2 que « jamais il n’y a eu un tel vote de désespérance en France » lors du second tour de l’élection présidentielle. « En additionnant les voix qui se sont portées aux extrêmes, c’est un cri d’alerte, un vote de désespérance », qui est, selon le député, « le résultat de l’action de la majorité parlementaire d’Emmanuel Macron ».

20h57 : L’ambassade des Etats-Unis inquiète de possibles rassemblements violents

« Le dimanche 24 avril, les autorités s’attendent à des rassemblements spontanés dans les villes de toute la France après 20 heures. Ceux-ci pourraient potentiellement devenir violents. Veuillez prêter attention aux nouvelles locales concernant les violences possibles dans votre région et éviter les zones de protestation », demande l’ambassade des Etats-Unis en France à ses ressortissants dans un communiqué sur leur site.

20h54 : Ferrand fustige « l’esprit de revanche » de Marine Le Pen

« L’esprit de revanche » incarné par Marine Le Pen « perdra contre l’esprit de raison » lors des élections législatives en juin, a estimé dimanche le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, après la réélection d’Emmanuel Macron comme président.

« J’ai bien entendu que ce que suggérait Madame Le Pen était tout de suite la revanche », a déclaré le président de l’Assemblée sur France 2, après le discours de la candidate du Rassemblement national annonçant « poursuivre » son « engagement pour la France et les Français ».

« L’esprit de revanche perdra contre l’esprit de raison, puisque tout simplement les Françaises et les Français savent que le président doit pouvoir s’appuyer sur une majorité parlementaire qui lui permet de mener son action », a estimé Richard Ferrand.

20h54 : Ferrand fustige « l’esprit de revanche » de Marine Le Pen

« L’esprit de revanche » incarné par Marine Le Pen « perdra contre l’esprit de raison » lors des élections législatives en juin, a estimé dimanche le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, après la réélection d’Emmanuel Macron comme président.

« J’ai bien entendu que ce que suggérait Madame Le Pen était tout de suite la revanche », a déclaré le président de l’Assemblée sur France 2, après le discours de la candidate du Rassemblement national annonçant « poursuivre » son « engagement pour la France et les Français ».

« L’esprit de revanche perdra contre l’esprit de raison, puisque tout simplement les Françaises et les Français savent que le président doit pouvoir s’appuyer sur une majorité parlementaire qui lui permet de mener son action », a estimé Richard Ferrand.

20h52 : « Une magnifique nouvelle pour l’Europe »

Le chef du gouvernement italien Mario Draghi a estimé dimanche que la victoire d’Emmanuel Macron à la présidentielle française représentait « une magnifique nouvelle pour toute l’Europe ».

« La victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle française est une magnifique nouvelle pour toute l’Europe », a réagi Mario Draghi dans un communiqué officiel.

20h47 : Pour Zemmour, « il ne peut y avoir de victoire sans alliance entre toutes les droites »

« Y a-t-il une fatalité pour que les idées nationales perdent toutes les élections, alors qu’une majorité de notre peuple souhaite que la France reste la France ? Non ! », a martelé Eric Zemmour. « Nous combattrons pour nos idées dans chaque ville et chaque village de France, sur Internet et dans les médias », a promis l’ancien polémiste. Toutefois, « il ne peut y avoir de victoire sans alliance entre toutes les droites », a-t-il estimé. « Le bloc national doit aussi s’unir et se rassembler », a-t-il ajouté.

20h46 : « C’est la 8e fois que la défaite frappe le nom Le Pen »

« C’est la 8e fois que la défaite frappe le nom Le Pen », a réagi le candidat d’extrême droite Eric Zemmour qui estime que « cela fait trop longtemps que ceux qui aiment profondément la France sont vaincus ». « J’ai fait ce que j’ai pu pour éviter ce résultat, je n’y suis pas parvenu », a regretté celui qui a terminé 4e au premier tour de la présidentielle.

 

20h46 : « C’est la 8e fois que la défaite frappe le nom Le Pen »

« C’est la 8e fois que la défaite frappe le nom Le Pen », a réagi le candidat d’extrême droite Eric Zemmour qui estime que « cela fait trop longtemps que ceux qui aiment profondément la France sont vaincus ». « J’ai fait ce que j’ai pu pour éviter ce résultat, je n’y suis pas parvenu », a regretté celui qui a terminé 4e au premier tour de la présidentielle.

 

20h44 : Retrouvez les résultats de la présidentielle
20h42 : Les dossiers qui attendent Macron

Emmanuel Macron a été réélu président ce dimanche soir en remportant 57,2 % des voix, selon les premières estimations Ifop-Fiducial. Mais les défis qui l’attendent sont nombreux. Retrouvez-les ou découvrez-les dans notre article :



 

20h40 : « Un mandat solide »

« Les Français ont fait un choix clair, net, qui donne un mandat solide à Emmanuel Macron pour les 5 années qui viennent », estime le ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Il admet toutefois qu’il faut « entendre ce qui a été dit par un certain nombre d’électeurs » notamment « sur la lutte contre le réchauffement climatique ».

 

20h38 : « Nous avons évité le pire du pire mais il nous reste le pire », estime Clémentine Autain

« Ce soir nous avons évité le pire du pire, un pays avec l’extrême droite à sa tête, mais il nous reste le pire », a déclaré la députée LFI Clémentine Autain, invitée sur TF1. La soutien de Jean-Luc Mélenchon a assuré, comme lui, qu’il y avait un « troisième tour » à venir. « Nous nous sommes adressés à EELV et d’autres pour construire un élargissement de l’Union populaire sur un certain nombre de points programmatiques. L’opposition à la retraite à 65 ans, l’écologie politique, l’augmentation des salaires », cite notamment Clémentine Autain.

20h38 : « Nous avons évité le pire du pire mais il nous reste le pire », estime Clémentine Autain

« Ce soir nous avons évité le pire du pire, un pays avec l’extrême droite à sa tête, mais il nous reste le pire », a déclaré la députée LFI Clémentine Autain, invitée sur TF1. La soutien de Jean-Luc Mélenchon a assuré, comme lui, qu’il y avait un « troisième tour » à venir. « Nous nous sommes adressés à EELV et d’autres pour construire un élargissement de l’Union populaire sur un certain nombre de points programmatiques. L’opposition à la retraite à 65 ans, l’écologie politique, l’augmentation des salaires », cite notamment Clémentine Autain.

20h36 : Von der Leyen « se réjouit » de « continuer l’excellente coopération » avec la France


 

20h33 : Les scores de Marine Le Pen en Martinique et en Guyane

La candidate du RN l’emporte à 69,60 % en Guadeloupe, à 60,87 % en Martinique, à 60,70 % en Guyane, ainsi qu’à Saint-Pierre-et-Miquelon (50,69 %), selon les préfectures de ces territoires, où Jean-Luc Mélenchon avait fait des scores importants au premier tour.

20h31 : Les résultats de la présidentielle « nous obligent pour la suite », selon Véran

L’abstention et le score « plus élevé que jamais » du Rassemblement national « nous obligent pour la suite », a déclaré le ministre de la Santé Olivier Véran sur BFMTV, affirmant que « les messages ont été entendus » et promettant « un changement de méthode ».

« Le score est assez large, on ne va pas gâcher la victoire. Après, ça n’empêche pas de constater que l’abstention est élevée et que le RN fait le score le plus élevé jamais fait, ça nous oblige pour la suite », a-t-il déclaré sur le plateau de BFMTV.

« Il n’y aura pas la continuité dans la façon de mener l’action publique », a poursuivi le ministre de la Santé, assurant que « les messages ont été entendus » et promettant pour le second quinquennat d’Emmanuel Macron « un changement de méthode » pour se « concerter davantage [avec] les Français ».

20h27 : « Le troisième tour commence ce soir »

« Le troisième tour commence ce soir », a martelé Jean-Luc Mélenchon qui affirme qu'« un autre monde est encore possible si vous élisez une majorité de la nouvelle Union populaire ». « La monarchie présidentielle de Macron survit par défaut, il surnage dans un océan d’abstention, de bulletins blancs et nuls », a critiqué le leader Insoumis, réitérant son appel à être élu premier ministre. D’après lui, Emmanuel Macron est « le plus mal élu des présidents de la Ve République ».

20h25 : « Une très bonne nouvelle » que Marine Le Pen perde, estime Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon a rappelé qu'« à peine plus du tiers des électeurs inscrits » avaient voté pour les deux candidats finalistes dans son discours après les premiers résultats. « Les urnes ont tranché. La France a refusé clairement de confier son avenir à Marine Le Pen et c’est une très bonne nouvelle », a réagi le troisième homme de cette élection.

20h23 : Le président du Conseil européen adresse un « chaleureux bravo » à Emmanuel Macron

Charles Michel, président du Conseil européen, a adressé un « chaleureux bravo » à Emmanuel Macron qui est réélu président de la République ce dimanche. « En cette période tourmentée, nous avons besoin d’une Europe solide et d’une France totalement engagée pour une Union européenne plus souveraine et plus stratégique », a-t-il estimé.



 

20h22 : « Jamais je n’abandonnerai les Français », assure Marine Le Pen

Eliminée au second tour de la présidentielle, Marine Le Pen se tourne déjà vers l’avenir et les législatives. « Je mènerai cette bataille aux côtés de Jordan Bardella, avec ceux qui ont eu le courage de s’opposer à Macron au second tour », explique-t-elle avant de conclure : « ce soir, je le redis : jamais je n’abandonnerais les Français ! »

20h18 : Marine Le Pen lance la « grande bataille des législatives »

« Je crains ce soir que le quinquennat qui s’ouvre ne rompra pas avec les pratiques brutales et méprisantes du précédent », s’est inquiétée Marine Le Pen qui rappelle à ses militants que la « partie n’est pas totalement jouée » alors que les législatives se profilent. « Je lance ce soir la grande bataille des législatives », annonce-t-elle.

« Déterminés, nous le sommes plus que jamais. Enterrés, nous l’avons été 1.000 fois et 1.000 fois ils se sont trompés. Dans cette défaite, je ne peux m’empêcher de sentir une forme d’espérance », explique la candidate d’extrême droite.

20h15 : Marine Le Pen estime que son score est « une éclatante victoire »

« Le résultat de ce soir représente en lui-même une éclatante victoire », estime Marine Le Pen qui assure n’avoir « aucun ressentiment ni rancœur ». La candidate a adressé sa « profonde gratitude à tous ceux qui nous ont fait confiance au premier tour (…) et tous ceux qui nous ont rejoints au second ».

20h14 : Marine Le Pen débute son discours

« ! Un grand vent de liberté aurait pu se lever pour le pays », estime Marine Le Pen.

20h14 : Marine Le Pen débute son discours

« ! Un grand vent de liberté aurait pu se lever pour le pays », estime Marine Le Pen.

20h13 : Marine Le Pen largement en tête aux Antilles et en Guyane
20h12 : A l’inverse, explosion de joie au QG de LREM de Bordeaux


 

20h11 : Huées des militants de Marine Le Pen après les premiers résultats


 

20h09 : BFMTV annonce « par erreur » la victoire de Macron 1h30 avant les premiers résultats

La chaîne BFMTV a reconnu dimanche une « erreur » après avoir publié brièvement sur Twitter et sur son site YouTube une image annonçant la victoire d’Emmanuel Macron près d’une heure et demie avant la publication des résultats du scrutin.

« Cette publication est le fruit d’une erreur humaine et a été retirée immédiatement, quelques secondes après cette malencontreuse mise en ligne », a commenté la chaîne BFMTV, sollicitée par l’AFP. « Toutes les hypothèses sont préparées par les équipes », a-t-elle expliqué.

20h09 : BFMTV annonce « par erreur » la victoire de Macron 1h30 avant les premiers résultats

La chaîne BFMTV a reconnu dimanche une « erreur » après avoir publié brièvement sur Twitter et sur son site YouTube une image annonçant la victoire d’Emmanuel Macron près d’une heure et demie avant la publication des résultats du scrutin.

« Cette publication est le fruit d’une erreur humaine et a été retirée immédiatement, quelques secondes après cette malencontreuse mise en ligne », a commenté la chaîne BFMTV, sollicitée par l’AFP. « Toutes les hypothèses sont préparées par les équipes », a-t-elle expliqué.

20h05 : « Le pire est évité », estime Yannick Jadot


 

20 heures : Emmanuel Macron est réélu président de la République

Emmanuel Macron a été réélu dimanche président de la République face à Marine Le Pen, le chef de l’Etat sortant remportant entre 57,6 % et 58,2 % des suffrages, selon les estimations disponibles à 20 heures. Il devient, à 44 ans, le premier président de la Ve République réélu hors cohabitation.

20 heures : Emmanuel Macron est réélu président de la République

Emmanuel Macron a été réélu dimanche président de la République face à Marine Le Pen, le chef de l’Etat sortant remportant entre 57,6 % et 58,2 % des suffrages, selon les estimations disponibles à 20 heures. Il devient, à 44 ans, le premier président de la Ve République réélu hors cohabitation.

19h55 : Plus que cinq minutes avant les premiers résultats !
19h52 : Le public est arrivé au Champ-de-Mars


 

19h42 : La France, « un condensé du monde actuel »

Pour le magazine mensuel américain The Atlantic, la France est « un condensé du monde actuel ». « Les fractures et la colère françaises ne témoignent pas seulement de l’état de la France, mais plus largement de l’état de l’Occident. Si les élections en France sont de plus en plus souvent autant de séismes potentiels, c’est le cas aussi aux États-Unis, en Grande-Bretagne et ailleurs », estime le journal.

19h30 : Au pavillon d’Armenonville, la salle se remplit doucement et Marine Le Pen est arrivée


 

19h30 : Au pavillon d’Armenonville, la salle se remplit doucement et Marine Le Pen est arrivée


 

19h13 : Vote et violoncelle

Au bureau de vote de l’hôtel de ville de Metz, le conseiller municipal Timothée Bohr a joué un morceau de violoncelle. Les électeurs ont pu profiter d’une parenthèse musicale, rapportent nos confrères du Républicain Lorrain qui ont partagé une vidéo du moment.

19 heures : La plupart des bureaux de vote ferment leurs portes

Les premiers résultats arrivent dans une heure. A 19 heures, la plupart des bureaux de vote ferment leurs portes. Seules les grandes villes à l’instar de Lyon, de Strasbourg ou de Marseille continuent à accueillir les votants jusqu’à 20 heures.

19 heures : La plupart des bureaux de vote ferment leurs portes

Les premiers résultats arrivent dans une heure. A 19 heures, la plupart des bureaux de vote ferment leurs portes. Seules les grandes villes à l’instar de Lyon, de Strasbourg ou de Marseille continuent à accueillir les votants jusqu’à 20 heures.

18h58 : Emmanuel Macron à l’Elysée

Après avoir voté au Touquet, dans le Pas-de-Calais, le président candidat Emmanuel Macron est rentré à l’Elysée afin de suivre les résultats du second tour de la présidentielle.

18h44 : Une participation légèrement au-dessus de la moyenne nationale en PACA et dans les Bouches-du-Rhône

A 17 heures, le taux de participation s’élevait à 65,3 % dans le département des Bouches-du-Rhône et à 64,53 % en région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, un peu au-dessus de la moyenne nationale qui s’établissait à 63,23 % à la même heure.

18h36 : L’estrade de Marine Le Pen au pavillon d’Armenonville

Contrairement à Emmanuel Macron, l’estrade de Marine Le Pen se trouve en intérieur. La candidate d’extrême droite s’exprimera au pavillon d’Armenonville dans le bois de Boulogne après les résultats du second tour de la présidentielle. Notre journaliste envoyé sur place, Thibaut Le Gal, rapporte qu’il y a sur place « un peu d’effervescence » à moins d’1h30 des premiers résultats. Il y aurait environ 300 journalistes de la presse étrangères et 200 journalistes français sur place.



 

18h30 : Foule journalistique près de la Tour Eiffel

D’après notre journaliste Rachel Garrat-Valcarcel, entre 1.300 et 1.400 journalistes ont été accrédités pour assister au discours du président sortant Emmanuel Macron au Champ-de-Mars ce soir, après les résultats du second tour de la présidentielle.



 

18h30 : Foule journalistique près de la Tour Eiffel

D’après notre journaliste Rachel Garrat-Valcarcel, entre 1.300 et 1.400 journalistes ont été accrédités pour assister au discours du président sortant Emmanuel Macron au Champ-de-Mars ce soir, après les résultats du second tour de la présidentielle.



 

18h24 : L’urne et le cierge

A Comprégnac, dans l’Aveyron, le bureau de vote est privé d’électricité depuis 16 heures. Les citoyens français viennent voter à la lumière d’un cierge, rapportent nos confrères de Midi Libre. De quoi sacraliser encore plus le sempiternel « A voté ! ».



 

18h15 : « Les Français votent, l’Europe retient son souffle »

En Allemagne, le quotidien libéral Der Tagesspiegel titre sa Une avec cette phrase : « Les Français votent, l’Europe retient son souffle ». Le journal centriste estime que les « corrections cosmétiques » que Marine Le Pen a opérées pendant cinq ans « ne peuvent masquer le fait que son programme reste anti-européen et xénophobe ».

18h04 : L’estrade de Macron montée au Champ-de-Mars

Le président sortant Emmanuel Macron s’exprimera après les résultats du second tour au Champ-de-Mars à Paris. Notre journaliste Rachel Garrat-Valcarcel est sur place et constate que l’éventualité d’une averse n’a pas été envisagée par l’équipe de campagne du candidat…



 

17h57 : Les Britanniques attentifs à la présidentielle française

Outre-Manche, les Britanniques suivent la course à la présidentielle française avec assiduité. Une compétition politique « aux enjeux élevés », estimé The Guardian dans son live consacré au second tour dans l’Hexagone. D’après le journal de centre-gauche, l’importance de ce résultat « pourrait s’avérer considérable non seulement pour l’avenir de la France mais aussi pour l’Europe dans son ensemble ». De son côté, le journal de centre-droit The Times estime que la victoire de Marine Le Pen serait un « cadeau pour Poutine ».

17h57 : Les Britanniques attentifs à la présidentielle française

Outre-Manche, les Britanniques suivent la course à la présidentielle française avec assiduité. Une compétition politique « aux enjeux élevés », estimé The Guardian dans son live consacré au second tour dans l’Hexagone. D’après le journal de centre-gauche, l’importance de ce résultat « pourrait s’avérer considérable non seulement pour l’avenir de la France mais aussi pour l’Europe dans son ensemble ». De son côté, le journal de centre-droit The Times estime que la victoire de Marine Le Pen serait un « cadeau pour Poutine ».

17h47 : Dans quels départements a-t-on le plus voté ?

Le taux de participation à 17 heures était contenu à 63,23 % soit deux points de moins qu’en 2017 (65,30 %). Et le désintérêt pourrait aussi se traduire par un regain du contingent de bulletins blancs et nuls, qui avait déjà dépassé la barre des 4 millions en 2017. En attendant de pouvoir les comptabiliser, on vous fait la liste des départements où les inscrits sont nombreux à s’être déplacés avant 17 heures.

En haut du podium de la participation hexagonale se trouve l’Aveyron avec 70,51 % suivi par la Dordogne (70,15 %) et la Haute-Loire (69,64 %). Complètent ce classement les Landes (69,84 %) et les Pyrénées-Atlantiques (69,42 %).

17h38 : Où l’abstention fait-elle ses meilleurs scores ?

Alors que l’abstention pourrait s’élever à 28 % au niveau national d’après des estimations, certains départements sont plus touchés par le phénomène que d’autres. La Seine-Saint-Denis prend la première place de ce classement avec une participation de seulement 44,96 % à 17 heures, suivie par la Haute-Corse où 49,35 % des inscrits se sont déjà déplacés pour ce second tour qui oppose le président sortant Emmanuel Macron et la candidate d’extrême droite Marine Le Pen. Suivent le Val-de-Marne (55,2 %), le Val-d’Oise (55,34 %) et Paris (55,74 %).

17h29 : Florian Philippot a voté

Florian Philippot, ancien vice-président du Front national et fondateur des Patriotes, a voté ce dimanche à Forbach en Moselle. L’ancien député semblait pressé. Alors qu’il se rendait à son bureau de vote, il a été immobilisé sur une aire d’autoroute par la police. Son véhicule a été contrôlé à une vitesse entre 170 et 180 km/h d’après  Le Parisien.

 

17h15 : Le cabinet Elabe estime l’abstention à 28 % au second tour, supérieure de 2,5 points par rapport à 2017

L’abstention devrait atteindre 28 % au 2e tour de l’élection présidentielle, soit 2,5 points de plus qu’en 2017 (25,44 %), selon les estimations de quatre instituts de sondage.

Selon Ipsos Sopra-Steria, l’Ifop, Harris interactive et Elabe, le niveau d’abstention serait en hausse de 1,7 point par rapport au premier tour (26,31 %), mais reste inférieur au record pour un second tour de présidentielle de 1969 (31,3 %). C’est seulement la 3e fois, après 1969 et 2017, que l’abstention augmente entre deux tours de présidentielle.

17h11 : Le tatouage politique

Les convictions politiques se glissent pour certains jusque dans l’encre de leurs tatouages. Notre journaliste Jennifer Lesieur s’est rendue à la convention internationale du tatouage qui se tient ce week-end à Lyon, The Ink Factory, pour parler politique et tatoos. Retrouvez son papier ici :



 

17 heures : 63,23 % de participation, plus de 2 points de moins qu’en 2017

En 2017, le taux de participation à 17 heures était de 65,3 % et en 2012 de 71,96 %. Ce chiffre marque également un recul de près de deux points par rapport au premier tour (65,00 %) le 10 avril.



 

16h41 : La martingale de Manu

En arrivant à son bureau de vote, Emmanuel Macron a serré des mains, ébouriffé les cheveux d’enfants, enchaîné les accolades et embrassé le crâne d’un homme. Une image déjà vue au premier tour. L’actuel locataire de l’Elysée avait déjà fait une Barthez avec ce même militant en 2017. Porte-bonheur ?

Emmanuel Macron a pris pour habitude d'embrasser le crâne de cet homme avant de voter.
Emmanuel Macron a pris pour habitude d'embrasser le crâne de cet homme avant de voter. - Gonzalo Fuentes/AP/SIPA

 

16h23 : Pas sûr que ça marche


 

16h12 : From politics to F1 real quick


 

15h28 : Cannes se la joue farniente

Les urnes n’ont pas beaucoup plus de succès à Cannes, où les électeurs font bronzette sur la croisette. A midi, la participation était légèrement en retrait par rapport au premier tour. Reportage de Fabien Binacchi.

 

15h06 : L’Alsace pas emballée

Dans le village de Dettwiller, dans le Bas-Rhin, les résultats du second tour sont attendus avec fatalisme et sans enthousiasme. Entre « choix par défaut » et critique des candidats, les électeurs ont même plus la tête au foot qu’à la politique. Un reportage de Luc Sorgius.

 

14h55 : Sandrine Rousseau « ne comprend pas pourquoi » les écologistes ont tant critiqué Mélenchon

Dans une interview pour le JDD, l’écoféministe revient sur l’échec de Yannick Jadot, qui a « trop joué au bon élève », et explique ne pas comprendre « pourquoi nous avons dépensé tant d’énergie à critiquer Christiane Taubira et Jean-Luc Mélenchon ». Perte de temps, fragilisation de la gauche, Sandrine Rousseau estime que ces critiques ont empêché la gauche d’être au second tour. Aujourd’hui, elle réclame « une coalition » pour les législatives, avec l’espoir de former un gouvernement.

14h55 : Sandrine Rousseau « ne comprend pas pourquoi » les écologistes ont tant critiqué Mélenchon

Dans une interview pour le JDD, l’écoféministe revient sur l’échec de Yannick Jadot, qui a « trop joué au bon élève », et explique ne pas comprendre « pourquoi nous avons dépensé tant d’énergie à critiquer Christiane Taubira et Jean-Luc Mélenchon ». Perte de temps, fragilisation de la gauche, Sandrine Rousseau estime que ces critiques ont empêché la gauche d’être au second tour. Aujourd’hui, elle réclame « une coalition » pour les législatives, avec l’espoir de former un gouvernement.

14h32 : Déjà au premier tour ça pouvait marcher...


 

14h24 : Tassement à Marseille

Alors que le chiffre de la participation à midi était très proche de celui du premier tour, les Marseillais sont moins allé voter sur l'heure du déjeuner que le 10 avril. Notre journaliste à Marseille m'indique que la participation à 14 heures est de 36,85%, contre 37,72% au premier tour.

14h08 : Revirement de situation à Lourdios-Ichère

*Jingle multiplex* Coup de théâtre ici dans l’école élémentaire de Lourdios-Ichère, dans les Pyrénées-Atlantique, où Jean Lassalle s’est abstenu au dernier moment, glissant son bulletin dans sa poche plutôt que dans l’urne avant de tourner les talons. Un geste technique rare. L’ancien candidat avait annoncé qu’il voterait blanc. Un geste finalement « pas à la hauteur » de sa désapprobation envers campagne qu’il avait déjà sévèrement critiqué.



 

13h58 : Les chiffres-clés de l’Alsace

A midi, la participation s’établissait à 19,71 % à Strasbourg, 22,67 % dans le Bas-Rhin et 28,39 % dans le Haut-Rhin.

13h42 : Saint-Denis sous l'oeil de 20 Minutes


 

13h25 : Attaque de Pierre Rolland

En ce jour de Liège-Bastogne-Liège, on était obligé de vous partager ce tweet qui sent bon le Tour de France.



 

13h : Emmanuel Macron a voté au Touquet

Le président de la République et son épouse ont déposé leurs bulletins dans l'urne, après une longue séance de bain de foule au milieu des électrices et électeurs. Les gestes barrière sont visiblement oubliés sous le soleil du Pas-de-Calais.

12h43 : Stabilité à Marseille et Toulouse

Dans les deux grandes villes du Sud, qui ont toutes les deux placé Jean-Luc Mélenchon en tête au premier tour, la participation est très stable par rapport au 10 avril. Marseille a ainsi vu 24,97% de ses électeurs se déplacer dans la matinée.

A l'échelle de la Haute-Garonne, la participation est de 23,32%, contre 23,69% au premier tour. Mais elle était de 30,39% lors du second tour en 2017.



 

12h38 : Effondrement de la participation en Gironde

A midi, la participation en Gironde est estimée à 23,53%. Un score déjà faible, mais surtout en chute libre comparé aux seconds tours de 2017 (28,63%) et de 2012 (37,54%). Soit une perte de 14 points en 10 ans !

12h30 : Les chiffres du Pas-de-Calais

Dans le département où votent les deux candidats, la participation est de 30,70 %, soit deux points de plus que lors du second tour de 2017. A l’échelle des Hauts-de-France, la tendance est inverse : elle n’est que de 26,49 %, contre 28,31 % il y a cinq ans.

12h21 : L'Ile-de-France fait la grasse matinée

Les trois départements de France métropolitaine ayant le moins voté à midi sont le Val-d'Oise (21,18%), Paris (20,71%) et la Seine-Saint-Denis (15,37%).

12h16 : Qui sont les bons élèves ?

Les départements qui ont le plus voté à midi sont le Gers (34,46%), le Jura (34,38%) et l'Ain (33,92%). A noter aussi les bons scores dans la région Pays de la Loire, où la Sarthe et la Vendée dépassent les 30% de participation, la Mayenne et le Maine-et-Loire se plaçant à plus de 28%, et la Loire-Atlantique faisant légèrement mieux qu'en 2017 (27,74% conte 27,65%).

12h07 : Entre devoir, crainte et lassitude

Pour Yolande, 57 ans, au chômage, née en France de parents centrafricains, c’est pourtant « un devoir d’aller voter ». « Je suis citoyenne, il faut que je vote », dit-elle, en ne se disant pas inquiète du résultat de l’élection. Inquiet, Bernard, 76 ans, retraité à lunettes et casquette siglée NY, l’est davantage. Cet habitant de Maurepas, au nord de Rennes, dit avoir voté « pour éviter une guerre civile ».

Dans la file d’un bureau de vote à Maisons-Alfort, Anny, 76 ans, qui « pour la première fois de sa vie » n’a « pas su pour qui voter au premier tour », n’a « plus aucun espoir ». Mais elle est là, comme Katia, venue « sans aucune conviction, un peu lasse », parce qu’elle a « toujours voté », ses parents « l’ayant éduquée comme ça ». L’hôtesse de vente de 27 ans confesse « avoir un peu peur de ce qui pourrait se passer selon le résultat ».

Midi : 26,41% de participation à midi, presque deux points de moins qu'en 2017

Cette participation est en revanche en hausse par rapport au premier tour, lors duquel elle était de 25,48%. Ce chiffre marque également un recul par rapport au deuxième tour des scrutins de 2012 (30,66%) et 2007 (34,11%), et tutoie celui de 2002 (26,19%), quand Jean-Marie Le Pen affrontait Jacques Chirac.

11h57 : L’hésitation de Mélenchon

On vous le disait, Jean-Luc Mélenchon a annoncé à la sortie de son bureau de vote ne pas avoir pris de décision sur une candidature aux législatives. Notre journaliste Mathilde Ceilles se penche sur les dessous de cette hésitation.

 

11h51 : Le second tour est scruté en Europe


 

11h23 : Retour sur les seconds tours

En 2017, Emmanuel Macron avait obtenu la deuxième victoire la plus large d’un candidat lors de la seconde présence de l’extrême droite dans le duel présidentiel.



 

11h23 : Retour sur les seconds tours

En 2017, Emmanuel Macron avait obtenu la deuxième victoire la plus large d’un candidat lors de la seconde présence de l’extrême droite dans le duel présidentiel.



 

11h04 : Gros bain de foule à Hénin-Beaumont pour Marine Le Pen

La candidate RN s'apprête à voter.

10h53 : Jean Castex vote à Prades
10h50 : Mélenchon pas encore candidat aux législatives


 

10h32 : Jean-Luc Mélenchon dans l’isoloir

Le troisième homme de cette élection vote à Marseille.

10h28 : Non Mathéo, on ne met pas ton dessin dans l'enveloppe pour faire un cadeau au maire

Les élections, c'est aussi l'occasion d'expliquer un peu la démocratie aux enfants, et de leur transmettre le sens civique. A condition qu'ils aillent pas cafter votre vote à tout bout de champ.



 

10h21 : Il y a toujours la guerre en Ukraine

Parce qu'on est surtout ici pour attendre les résultats à 20 heures, vous pouvez aussi passer une tête sur notre live dédié à la guerre en Ukraine.

 

10h08 : Jeune bureau de vote recherche un assesseur mortel

En ces temps d’abstention élevée, difficile parfois de trouver assez d’assesseurs pour tenir un bureau de vote. Et au second tour, avec les partisans de candidats éliminés qui ne reviennent pas, c’est encore pire. Exemple à Montpellier avec notre journaliste Jérôme Diesnis.



 

10h08 : Jeune bureau de vote recherche un assesseur mortel

En ces temps d’abstention élevée, difficile parfois de trouver assez d’assesseurs pour tenir un bureau de vote. Et au second tour, avec les partisans de candidats éliminés qui ne reviennent pas, c’est encore pire. Exemple à Montpellier avec notre journaliste Jérôme Diesnis.



 

9h55 : Risque d’abstention record en Nouvelle-Calédonie

En Nouvelle-Calédonie, où l’abstention avait atteint un taux record au premier tour (66,65 %), le second tour s’annonce sous les mêmes auspices. A 17 heures, la participation était de 34,87 % contre 45,44 % en 2017 à la même heure, selon des chiffres du haut-commissariat de la République. Steeve Lauret, employé municipal à Nouméa, s’est dit « peu surpris » de cette faible mobilisation, rappelant que les indépendantistes avaient appelé à l’abstention.

9h55 : Risque d’abstention record en Nouvelle-Calédonie

En Nouvelle-Calédonie, où l’abstention avait atteint un taux record au premier tour (66,65 %), le second tour s’annonce sous les mêmes auspices. A 17 heures, la participation était de 34,87 % contre 45,44 % en 2017 à la même heure, selon des chiffres du haut-commissariat de la République. Steeve Lauret, employé municipal à Nouméa, s’est dit « peu surpris » de cette faible mobilisation, rappelant que les indépendantistes avaient appelé à l’abstention.

9h47 : Combien de temps pour Paris-Perpignan du coup ?

Critiqué pour avoir utilisé un jet privé de l’Etat pour aller voter lors du premier tour, le Premier ministre Jean Castex va cette fois faire l’aller-retour en vol commercial. Ce qui n’est pas exactement ce que demandaient ses détracteurs…



 

9h47 : Combien de temps pour Paris-Perpignan du coup ?

Critiqué pour avoir utilisé un jet privé de l’Etat pour aller voter lors du premier tour, le Premier ministre Jean Castex va cette fois faire l’aller-retour en vol commercial. Ce qui n’est pas exactement ce que demandaient ses détracteurs…



 

9h38 : Edouard Philippe vote au Havre
9h34 : Encouragement spatial

Bon d’accord, Thomas Pesquet est sur Terre en ce moment, mais n’empêche qu’on écoute toujours quand il parle.



 

9h34 : Encouragement spatial

Bon d’accord, Thomas Pesquet est sur Terre en ce moment, mais n’empêche qu’on écoute toujours quand il parle.



 

9h25 : Concours de pronos

Si ce n’est pas encore fait, vous pouvez encore participer au petit concours de pronos organisé par notre journaliste politique Rachel Garrat-Valcarel, avec une version deluxe qui va bien au-delà du vainqueur.



 

9h06 : Les Français de Shanghai passent à nouveau leur tour

Les Français de Chine ont commencé à voter dimanche au deuxième tour de l’élection présidentielle, mais ceux de Shanghai sont à nouveau privés de scrutin du fait de la mise en quarantaine de la capitale économique chinoise. Les autorités chinoises ont jugé que le droit de vote des Français n'était pas une raison pour casser leur confinement, et aucun système de vote électronique ou par correspondance n'a été mis en place.

« Voter, c’est super important pour tous les Français, surtout quand on est à l’étranger, surtout en ce moment », confie Emma, une Française qui vit à Shanghai depuis huit ans. « On est déjà assez loin quand on est en Chine, encore plus avec le confinement et les vols annulés. Le droit de vote, qu’on nous l’enlève, c’est dur ».

9h02 : Valérie Pécresse vote à Vélizy

La candidate LR, qui a fait un appel aux dons après avoir échoué à faire plus de 5%, a aussi fait un effort sur le réveil pour faire son devoir citoyen.

8h53 : Auriane giga motivée

Qui aurait été en état de voter le lendemain de ses 18 ans ici ?



 

8h45 : Anne Hidalgo en mode lève-tôt

La maire de Paris est dans l'isoloir de son bureau de vote du XVe arrondissement de Paris.

8h40 : Plutôt Concorde ou Champ de Mars ?

Quelque soit le résultat, Emmanuel Macron a prévu de s'exprimer après 20 heures devant ses partisans sur le Champ de Mars, le Tour Eiffel en toile de fond. Marine Le Pen prendra quant à elle la parole dans le XVIe arrondissement mais doit se rendre à la Concorde en cas de victoire.

8h26 : Accord sur l’apprentissage

Outil pour faire baisser le chômage des jeunes, intérêt pour les patrons… L’apprentissage revêt bien des avantages. Raison pour laquelle les deux candidats souhaitent le développer. Eclairage avec notre journaliste Delphine Bancaud.

 

8h26 : Accord sur l’apprentissage

Outil pour faire baisser le chômage des jeunes, intérêt pour les patrons… L’apprentissage revêt bien des avantages. Raison pour laquelle les deux candidats souhaitent le développer. Eclairage avec notre journaliste Delphine Bancaud.

 

8h12 : Vacances, j’oublie tout…

C’est un week-end de chassé-croisé entre les zones en vacances, et cela pourrait bien jouer sur l’abstention. Les touristes de la zone B seront-ils rentrés à temps pour glisser leur bulletin dans l’urne ? Ceux de la zone C, déjà sur la route, ont-ils pensé à faire une procuration avant de partir ?

8 heures : Les bureaux de vote ouvrent en Métropole
8 heures : Les bureaux de vote ouvrent en Métropole
7h54 : Quel sera le taux d’abstention ?

Dans moins de 10 minutes, 48,7 millions d’électeurs vont pouvoir se rendre aux urnes pour décider d’un scrutin capital.

La grande inconnue reste l’abstention qui risque d’être élevée, voire plus forte qu’au premier tour (26,31 %). Tout comme les bulletins blancs et nuls qui avaient atteint un record en 2017, attestant du refus de millions de Français de choisir entre les deux finalistes. Le record d’abstention pour un second tour date de 1969 avec 31,1 %.

7h54 : Quel sera le taux d’abstention ?

Dans moins de 10 minutes, 48,7 millions d’électeurs vont pouvoir se rendre aux urnes pour décider d’un scrutin capital.

La grande inconnue reste l’abstention qui risque d’être élevée, voire plus forte qu’au premier tour (26,31 %). Tout comme les bulletins blancs et nuls qui avaient atteint un record en 2017, attestant du refus de millions de Français de choisir entre les deux finalistes. Le record d’abstention pour un second tour date de 1969 avec 31,1 %.

6h17 : Demandez le programme

Vous comptez suivre ce Live pour avoir ce soir à 20 heures le résultat du second tour, tout en regardant d’un œil la télé ? Rien de plus simple : 20 Minutes vous dit tout  ici sur les programmes liés à la présidentielle sur le petit écran. A vos télécommandes :

 

6h17 : Demandez le programme

Vous comptez suivre ce Live pour avoir ce soir à 20 heures le résultat du second tour, tout en regardant d’un œil la télé ? Rien de plus simple : 20 Minutes vous dit tout  ici sur les programmes liés à la présidentielle sur le petit écran. A vos télécommandes :

 

5h37 : La participation en légère hausse à Saint-Pierre-et-Miquelon

A Saint-Pierre-et-Miquelon, qui a voté samedi, la participation s’est établie à 57 %, contre 54,96 % lors du premier tour

5 heures : Mystère à Lille

Les bureaux de vote lillois ferment leurs portes à 19 heures alors que de nombreuses autres communes françaises permettent aux électeurs de déposer leur bulletin jusqu’à 20 heures. Mais pourquoiiiiiiiiiiiiiiiiiii ?



 

4h59 : Le pouvoir d'achat, préoccupation numéro un

Selon un sondage Ipsos/Sopra Steria réalisé auprès quelque 12.000 personnes, le pouvoir d'achat arrive largement en tête des préoccupations (65%) pour ceux qui voteraient pour Marine Le Pen, suivi de l'immigration (53%) et la délinquance (32%). Première position aussi pour le pouvoir d'achat chez les électeurs qui voteraient Emmanuel Macron mais un cran en dessous (49%), quasiment à égalité avec la guerre en Ukraine (44%) et devant l'environnement (36%).

4h53 : Le portrait de Marine Le Pen

 

4h49 : Le portrait d'Emmanuel Macron

 

4h47 : Vingt ans après le 21 avril

Vingt ans ont passé. Vingt ans pendant lesquels le paysage politique a bien changé, et ce qui avait été décrit comme un « accident démocratique » est devenu une simple éventualité prévisible. Le 21 avril 2002, l’irruption du Front National de Jean-Marie Le Pen au deuxième tour de l'élection présidentielle provoquait un séisme ressenti partout en France. Aujourd'hui, la deuxième qualification d’affilée en finale de sa fille Marine, à la tête du Rassemblement national, n’est plus rien qu’un soubresaut auquel tout le monde semble s’être habitué. Avec une jeunesse qui apparaît, à l’image de l’ensemble de la population, éparpillée dans sa réponse face à l’extrême droite... La jeunesse a-t-elle abdiqué face à Le Pen ? Réponse avec Nicolas Camus

 

4h47 : Vingt ans après le 21 avril

Vingt ans ont passé. Vingt ans pendant lesquels le paysage politique a bien changé, et ce qui avait été décrit comme un « accident démocratique » est devenu une simple éventualité prévisible. Le 21 avril 2002, l’irruption du Front National de Jean-Marie Le Pen au deuxième tour de l'élection présidentielle provoquait un séisme ressenti partout en France. Aujourd'hui, la deuxième qualification d’affilée en finale de sa fille Marine, à la tête du Rassemblement national, n’est plus rien qu’un soubresaut auquel tout le monde semble s’être habitué. Avec une jeunesse qui apparaît, à l’image de l’ensemble de la population, éparpillée dans sa réponse face à l’extrême droite... La jeunesse a-t-elle abdiqué face à Le Pen ? Réponse avec Nicolas Camus

 

4h45 : Des salaires d’au moins 2.000 euros pour les enseignants

« Les professeurs sont très mécontents, et ils ont raison ». Face à ce constat fait par Marine Le Pen, Emmanuel Macron a annoncé, lors du débat présidentiel de mercredi soir, vouloir relever les rémunérations des enseignants de manière à ce qu’il n’y ait « plus de démarrage de carrière sous les 2.000 euros » par mois. Cette augmentation est « conditionnée à absolument rien » a affirmé le candidat.

Cet engagement signifiera une hausse « d’environ 10 % pour les enseignants en début de carrière », a précisé le président sortant, sans toutefois indiquer de date. « La revalorisation des enseignants a débuté sous ce quinquennat », a-t-il en outre assuré.

4h35 : Le débat, côté programmes (et pas punchlines)

Un débat tendu, respectueux et instructif. Cinq ans après son duel raté face à Emmanuel Macron, Marine Le Pen avait juré via ses proches qu’elle serait cette fois mieux préparée. Et si elle a été mise en difficulté au cours de la première heure sur le pouvoir d’achat et la Russie, la candidate du rassemblement national s’est ressaisie ensuite, sans véritablement parvenir à bousculer le chef de l’Etat et son bilan. Au final, les deux candidats ont pu afficher leurs différences sur une dizaine de sujets chauds. Et les Français les départageront ce dimanche.

 

4h30 : Souvenez-vous, le débat

Ils se sont serré rapidement la main en arrivant sur le plateau. Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont affrontés lors d’un débat télévisé, ce mercredi soir, à quatre jours du second tour de la présidentielle 2022. Le président sortant et la candidate du Rassemblement national ont livré pendant près de trois heures un duel musclé mais moins mouvementé qu’il y a cinq ans. Vous n’avez pas pu suivre l’émission ? On vous résume les moments forts :



 

4h15 : Petit rappel des sujets clivants

Avant le second tour de l’élection présidentielle, 20 Minutes s’est penché sur les dernières mises à jour des candidats en matière d’écologie et sur les sujets délaissés dans les programmes

 

Bonjour et bienvenu dans ce live qui vous permettra de suivre le jour J de l’élection présidentielle 2022. La candidate RN Marine Le Pen a terminé sa campagne présidentielle jeudi, dans le Pas-de-Calais. Elle a tenu son dernier grand meeting avant de se rendre près d’Abbeville, dans la Somme. Emmanuel Macron était lui vendredi à Figeac (Lot) pour un dernier meeting, après s’être fait chahuter jeudi à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Les deux candidats qui s’affrontent pour un match retour de 2017 seront fixés ce soir. A 20 heures, ils sauront qui s’installera à l’Elysée pour cinq ans. Restez connectés pour ne rien louper de cette journée historique.
Bonjour et bienvenu dans ce live qui vous permettra de suivre le jour J de l’élection présidentielle 2022. La candidate RN Marine Le Pen a terminé sa campagne présidentielle jeudi, dans le Pas-de-Calais. Elle a tenu son dernier grand meeting avant de se rendre près d’Abbeville, dans la Somme. Emmanuel Macron était lui vendredi à Figeac (Lot) pour un dernier meeting, après s’être fait chahuter jeudi à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Les deux candidats qui s’affrontent pour un match retour de 2017 seront fixés ce soir. A 20 heures, ils sauront qui s’installera à l’Elysée pour cinq ans. Restez connectés pour ne rien louper de cette journée historique.