Débat Présidentielle 2022 : Immigration, Russie, inflation... Un dernier débat tendu et technique pour Macron et Le Pen

DUEL Revivez avec nous le débat de l’entre-deux tours entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, à quelques jours du second tour de l’élection présidentielle

R.G.-V., M.P., X.R.
— 
Débat du second tour.
Débat du second tour. — France 2

L’ESSENTIEL

  • Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont retrouvés mercredi soir pour le duel incontournable de l’entre-deux-tours de la présidentielle. Le débat était diffusé sur France 2, TF1, BFMTV, CNews, LCI et France Info ainsi que sur Twitch. La soirée été animée par Léa Salamé et Gilles Bouleau.
  • Emmanuel Macron est apparu plus serein sur le fond, Marine Le Pen meilleure qu’en 2017 mais a pataugé sur bien des sujets.
  • Retrouvez ici l’ensemble des résultats du premier tour à l’élection présidentielle 2022 par ville, département et région.

EN VIDEO

A LIRE AUSSI

 

C’est l’heure de clôturer ce live !

Merci d’avoir été avec nous toute la journée et pour le débat de ce soir. Un nouveau live présidentielle sera ouvert demain matin pour la suite de la campagne et la suite des effets de ce débat. Bonne soirée, bonne nuit !


 

0h01 : Ça, c’est un fait marquant aussi

 

23h59 : Première analyse

Evidemment, c’est toujours difficile de juger un débat à chaud. Ça a été largement dit, Emmanuel Macron est apparu souvent arrogant, voire désinvolte dans sa posture, mais plutôt à l’aise techniquement. Marine Le Pen n’a pas été s’empaler en adoptant une stratégie ultra-offensive comme en 2017, mais elle a pataugé sur de nombreux dossiers, elle s’est même fait piéger sur ce qui paraissait son point fort : le pouvoir d’achat. Autre point fort pour Emmanuel Macron : il a semblé à l’attaque, ce n’était pas évident pour un sortant.

23h54 : Et voici la conclusion de Marine Le Pen

 

23h50 : Après DEUX HEURES ET CINQUANTE MINUTES c’est terminé
23h50 : Le mot de la fin d’Emmanuel Macron

 

23h47 : « Pour conclure je veux m’adresser au peuple », commence Le Pen

Elle parle du « bon sens » (ce qui est une expression de droite, souvent). Marine Le Pen lit sa conclusion et ne regarde pas la caméra alors qu’elle dit s’adresser au peuple, bizarre. « Mon projet est viable, en tout cas, je crois, vital. »

 

23h46 : C’est l’heure des conclusions, Emmanuel Macron commence

Emmanuel Macron refait su second tour un référendum « pour ou contre ce que nous sommes profondément ». « Le 24 avril, il faut que le choix soit clair ».

23h44 : Marine Le Pen défend la légalité et la constitutionnalité de son référendum modifiant la constitution, même sans l’accord du Parlement

Mais c’est faux d’après les experts.

23h43 : Marine Le Pen ironise sur les nouveautés proposées par Macron

 

23h43 : Marine Le Pen ironise sur les nouveautés proposées par Macron

 

23h41 : Marine Le Pen défend le référendum d’initiative citoyenne

« Je crois à ce RIC, les ''gilets jaunes'' vous l’ont dit, ils n’ont pas été entendus. »

23h39 : « Nos compatriotes veulent un changement de pratiques »

Macron défend son grand débat après la crise des « gilets jaunes ». Les Français ont « plus de bon sens que les circulaires qui viennent de Paris ». Sur l’école ou la santé, Emmanuel Macron se voit bien consulter les Français de cette façon.

23h38 : Pour Emmanuel Macron, le référendum est une option dans son éventuel second mandat
23h37 : « Nous venons de vivre un quinquennat un peu particulier, plus de la moitié a été sous crise profonde », estime Macron.
23h37 : Le dernier thème, les institutions
23h32 : Sur la « guerre civile » annoncée par Emmanuel Macron

 

23h30 : Marine Le Pen revient sur son référendum sur l’immigration alors que nous sommes au thème « laïcité », tiens donc

Pour rappel, les mots « extrême » et « droite » n’ont toujours pas été prononcés.

23h30 : « On parle de religion », dit Macron

Alors que Marine Le Pen ne peut pas s’empêcher de parler terrorisme quand on parle du voile.

23h29 : Marine Le Pen sur le voile

 

23h28 : « Je ne mène pas de guerre contre les musulmans »

« Mais contre le voile, contre leur nourriture, Mme Le Pen », reprend Macron.

23h26 : « Ce que vous proposez est une trahison de l’esprit français »

Macron affirme que la France serait le premier pays à interdire le voile. « Oh la France a été la première à voter plein de lois ! », répond Le Pen. « Oui, des lois de liberté », reprend Macron. Ouille x2.

23h23 : « Moi je suis pour la loi de 1905. La laïcité ce n’est pas combattre une religion »

Emanuel Macron ne veut pas interdire aucun signe religieux. « Vous n’avez pas lu ma loi », dit Le Pen. « Non, mais j’ai lu la Constitution », répond Macron. Ouille. « Dans les cités, vous allez créer la guerre civile », dit Macron. « C’est très grave ce que vous dites », répond Le Pen. Je vous retransmets ça pèle-mêle, hein.


 

23h22 : « Je suis contre… euh je suis pour l’interdiction du voile dans l’espace public », dit Marine Le Pen

Eh ben, c’est clair. Elle dit qu’elle veut « libérer » les femmes qui portent le voile.

23h18 : Point émotion

 

23h17 : Les militantes féministes pas d’accord

 

23h15 : Ah, Macron parle des féminicides

A 23h15, c’est vrai que les droits des femmes, ça n’a pas été un sujet majeur ces cinq dernières années.

23h14 : Les images de Marine Le Pen qui y va « mollo » sur la sécurité

 

23h11 : « J’ai tenu mes engagements. 10.000 postes de gendarmes et policiers ont été créés. On ne règle pas l’insécurité avec les coups de mentons. »

Emmanuel Macron défend son bilan. Il note aussi que Le Pen n’a pas parlé du terrorisme, il estime donc le problème réglé comme le chômage plus tôt.

23h10 : Marine Le Pen déroule un programme inchangé depuis son père sur la sécurité et l’immigration

« Il faut à tout prix que l’on s’attaque aux atteintes à l’intégrité physique. » Elle veut aussi redonner de la force aux policiers et s’en prend aux aménagements de peine.

23h08 : « Régler le problème de l’immigration anarchique et massive qui contribue à l’insécurité dans notre pays »

Marine Le Pen à 250 sur l’autoroute de la xénophobie.

23h06 : On passe à la sécurité

« Un élément essentiel avec le pouvoir d’achat. La situation du pays est vraiment très mauvaise », juge Le Pen qui parle « d’ensauvagement ».

23h04 : Passe d’arme sur l’éducation

Marine Le Pen estime que la politique éducative de Macron ne concerne que les villes. Le sortant défend que le dédoublement des CP et CE1 est impossible à faire sur tout le territoire, elle ne concerne que les quartiers les plus pauvres… Donc en ville. Macron affirme aussi que les maires sont consultés avant les fermetures de classe, désormais.

23h03 : Emmanuel Macron défend l’école ouverte depuis le 11 mai 2020 pendant la crise sanitaire

« On a évité des drames »

23h02 : L’échange sur McKinsey

 

23h00 : Il reste a priori une demi-heure et les mots « extrême » et « droite » n’ont toujours pas été prononcés

C’est déjà une petite victoire pour Marine Le Pen.

22h57 : Enfin une référence sur McKinsey de Marine Le Pen

« Ah ! je l’attendais celle-là, vous avez mis du temps », dit, très désinvolte, Emmanuel Macron.

22h55 : « La jeunesse française a tellement souffert durant les deux dernières années », commence Le Pen sur l’éducation

« C’était une évidence pour moi de faire de la jeunesse la priorité de mon quinquennat ». Le Pen veut revaloriser les filières pros, l’apprentissage, veut aider les étudiants boursiers qui travaillent. Elle veut la gratuité des trains pour les 18-25 ans aux heures creuses.

22h54 : « On ira au bout de la revalorisation (de salaire) pour les profs », annonce Macron
22h52 : « L’investissement qu’on a fait dans les plus petites classes a permis pour les enfants les plus en difficulté de rattraper. »

Macron défend le dédoublement des classes. Il défend son bilan sur le sport, l'orientation, l'éducation artistique...

22h49 : On passe à l’éducation

Comment faire face au décrochage des élèves français ? Mais Emmanuel Macron revient sur l’industrie, étrange.

22h47 : Tout va si vite

 

22h43 : On passe à la séquence compétitivité de la France avec une question sur pourquoi Steve Jobs n’était pas français ? Ok
22h41 : Je suis au sol

 

22h39 : Emmanuel Macron rappelle que si demain Marine Le Pen lance des chantiers de centrales, elles ne seront pas là « avant 2035 »
22h38 : Marine Le Pen affirme que le démantèlement ne coûte pas un euro à l’Etat

Elle veut faire des référendums locaux pour les démantèlements d’éoliennes.

22h36 : Emmanuel Macron défend un mix énergétique nucléaire et renouvelable

Notamment avec de l’éolien en mer. « Vous voulez démanteler les éoliennes qui existent, ce qui coûte un argent fou », attaque Macron. Il dit que l’éolien, c’est de l’emploi en France.

22h34 : « J’ai eu une vraie volonté et j’ai reposé dès 2018 le sujet de la baisse du nucléaire qui avait été voté en 2015. J’ai demandé une analyse à RTE et quand ils l’ont rendu je l’ai suivie. Ils disent que votre programme est intenable »

Macron attaque le projet « tout nucléaire » de Le Pen.

22h31 : Le Pen défend totalement le nucléaire dans son programme, elle le fait encore ce soir

« Vous n’aviez pas de vision, vous avez mis la France en grande difficulté. »

22h30 : Marine Le Pen appuie sur le changement de pied de Macron sur le nucléaire

« Vous avez envisagé de fermer 14 réacteurs nucléaires et, en fin de mandat, vous vous dites que vous vous êtes trompé. »

22h28 : « Je ne suis pas climatosceptique, mais vous, vous êtes climatohypocrite », Le Pen un peu plus en verve
22h26 : « Votre programme n’a ni queue ni tête »

Emmanuel Macron encore à l’attaque : « Vous êtes climatosceptique ». Il explique qu’on ne peut pas attaquer les importations quand on veut, comme Le Pen, subventionner la plus grosse part des importations, c’est-à-dire le pétrole, en baissant la TVA. C’est technique mais malin. « J’ai un bilan mais je veux aller beaucoup plus vite. » Il revient sur la nouvelle architecture gouvernementale annoncée à Marseille.

22h25 : Salamé et Bouleau dans les couloirs du temps ?

Vous l’avez ?


 

22h23 : « Le modèle économique basé sur le libre-échange est responsable de 50 % des émissions de gaz à effet de serre »

Marine Le Pen attaque le modèle économique basé sur les importations. C’est quasiment le Che*. Elle mise sur « le localisme ».

 

* Elle reste bien sur l’extrême droite.

22h22 : On passe à la question climatique
22h20 : Pardon…

 

22h16 : Une séquence MAGIQUE

Vous l’avez ?


 

22h14 : Marine Le Pen annonce vouloir réengager les soignants qui n’ont pas voulu se faire vacciner

« Il n’y a que les crises qui vous ont fait bouger. »

22h12 : On passe à la situation de l’hôpital

Contre les déserts médicaux, Emmanuel Macron veut « faire travailler les personnels de l’hôpital avec la médecine de ville pour que l’offre de soin soit organisée à l’échelle des territoires (…) on va devoir continuer à investir ».

22h11 : Macron « fier » de sa gestion de crise Covid
22h09 : « C’est pas Gérard Majax ce soir, Marine Le Pen »

Ecoutez, moi j’ai la ref mais est-ce que tout le monde l’a ?

22h09 : Emmanuel Macron répond que cette dette a permis d’aider les entreprises, et notamment les petites entreprises, pendant la crise

« J’en suis fier ! », lance le sortant.

22h08 : Emmanuel Macron quand Marine Le Pen parle

 

22h06 : Marine Le Pen semble reprendre la main dans le débat en attaquant sur le bilan, bien plus que depuis le début

En l’occurrence, sur les statistiques économiques, un « bilan économique qui est très mauvais et un bilan social qui est encore pire » d’après Le Pen

22h05 : Les séquences sur les retraites

 

22h04 : Passe d’arme sur la dette créée sous Emmanuel Macron

Marine Le Pen affirme que c’est deux tiers ne sont pas liés au Covid-19, Emmanuel Macron dit que c’est faux. Dur de suivre.

22h02 : « Je ne veux pas augmenter les impôts je veux les baisser, je ne veux pas augmenter la dette, donc il n’y a qu’une solution il faut travailler plus longtemps », explique Macron
22h00 : Pour Emmanuel Macron, retarder le départ en retraite doit permettre de financer des « progrès »
21h58 : « La retraite à 65 ans, c’est une injustice absolument insupportable », attaque Le Pen
21h56 : « Les Français partiront à la retraite entre 60 et 62 ans » à la fin d’un mandat de Marine Le Pen

« Je propose un système progressif, ceux qui auront eu un emploi entre 17 et 20 ans pourront partir à la retraite à 60 ans avec 40 annuités », Marine Le Pen a précisé son projet sur la retraite. Pour les autres, ça sera 62 ans avec 42 annuités.

21h55 : On passe au thème de la retraite
21h54 : « Que quelqu’un qui parle de préférence nationale contre l’Europe (…) vous êtes une nationaliste qui est pour le rabougrissement sur les frontières nationales », attaque Macron
21h51 : Emmanuel Macron sur l’Europe

 

21h51 : Emmanuel Macron accuse Marine Le Pen de vouloir sortir de l’Union européenne sans le dire

« Vous mentez sur la marchandise », lance le sortant.

21h49 : Marine Le Pen sur l’Europe

 

21h47 : « Je veux faire évoluer cette organisation européenne, mais je ne souhaite pas en sortir. Vous tombez dans une sorte de complotisme M. Macron », lance Le Pen
21h46 : Quel moment on vient de vivre quand même

 

21h45 : « Je suis pour une souveraineté nationale et européenne », affirme Macron

« Il n’y a pas de souveraineté européenne car il n’y a pas de peuple européen », répond Le Pen.

21h43 : C’est un débat extrêmement dense, on passe à l’Europe

Emmanuel Macron rappelle qu’en 2017 lors du débat Marine Le Pen avait pataugé sur l’euro et que depuis elle ne défend plus la sortie de l’euro.

21h42 : Marine Le Pen patauge un peu, comme si elle ne s’était pas préparée à une attaque sur son emprunt russe

Macron enfonce le clou sur la dépendance de Le Pen à la Russie. « C’est malhonnête », dit Le Pen.

21h41 : Marine Le Pen contre-attaque en disant que si elle a fait un emprunt en Russie, c’est qu’elle n’a pas pu emprunter en France

« Mais vous avez fait cet emprunt en 2015, et vous ne l’avez toujours pas remboursé ! », dit Macron.

21h39 : Marine Le Pen a imprimé un tweet de 2014 pour montrer sa bonne foi sur l’Ukraine ! Quelle époque !
21h38 : Marine Le Pen note qu’Emmanuel Macron a eu une politique d’accommodement avec Poutine avant la guerre

« Je ne retire rien », affirme Macron.

21h37 : Chaud

 

21h37 : « Je suis une femme totalement libre (…) ce que vous dites est faux, plusieurs fois. »

Moment de très très forte tension.

21h35 : « Vous dépendez du pouvoir russe », Macron attaque fort

Il rappelle le prêt russe du Front national en 2017. « Vous ne parlez pas à un autre dirigeant, vous parlez à votre banquier quand vous parlez à la Russie. (…) Vous ne pouvez pas défendre correctement les intérêts de la France sur ce sujet. »

21h34 : Emmanuel Macron à l’attaque

Il remarque que la position de Marine Le Pen n’est pas celle de ses parlementaires nationaux et européens.

21h32 : Par contre Marine Le Pen dit son opposition à un embargo sur le gaz et le pétrole russe

Pour elle, c’est « se faire hara-kiri ».

21h32 : Point arrogance, on était encore sur le pouvoir d’achat

 

21h31 : « Solidarité et compassion absolue pour le peuple ukrainien. L’agression n’est pas admissible », dit Marine Le Pen

Marine Le Pen dit que les efforts mis en place par Emmanuel Macron méritent d’être soutenus ! Elle lui donne quitus sur presque tout !

21h30 : « Nous ne sommes les vassaux de personnes, il faut ramener la Russie à la raison », dit Emmanuel Macron
21h29 : On passe au dossier ukrainien

« Veiller à ce que la guerre ne s’étende pas », affirme Emmanuel Macron, qui veut continuer et intensifier sa ligne depuis le début de la guerre.

21h28 : L’analyse à la mi-mi-temps

 

21h28 : « Vos mesures sont inefficaces mais en plus injustes », dit Emmanuel Macron

Car elles ne sont pas assez ciblées, dit-il.

21h27 : « Les chèques, ça entretien l’inflation, la suppression de la TVA est désinflationiste », juge Marine Le Pen

On est toujours sur la question des prix de l’énergie alors qu’on approche de la demi-heure.

21h25 : Etonnant aussi de voir Emmanuel Macron presque affaissé sur son bureau, contrairement à Marine Le Pen
21h23 : Emmanuel Macron rappelle pour la énième fois que Marine Le Pen n’a pas voté le bouclier tarifaire

Ok, le sortant veut montrer que la sortante c’est l’autre, Marine Le Pen est un brin étonnée.

21h22 : Le point #DansLaVraiVie

 

21h20 : Emmanuel Macron interpelle Marine Le Pen

Il lui demande pourquoi elle a voté contre le bouclier tarifaire, elle dit que c’est qu’elle veut changer le système de fond en comble.

21h19 : Ok, on est sur un débat pour le moment super technique

Emmanuel Macron défend sa mesure d’augmenter le plafond de la « prime Macron » contre le mécanisme qui doit permettre, chez Marine Le Pen, de théoriquement augmenter les salaires jusqu’à 10 % en faisant en sorte de l’Etat prenne en charge une partie des cotisations.

21h18 : Les précisions d’Emmanuel Macron sur le bouclier tarifaire

 

21h17 : « Mais on est tous dans la vraie vie Madame Le Pen », lance Emmanuel Macron
21h16 : Première passe d’arme réelle sur le choix de baisser la TVA ou de faire un bouclier tarifaire sur l’énergie

Attention, le petit sourire d’Emmanuel Macron, on frise la suffisance.

21h15 : Emmanuel Macron confirme qu’il est désormais pour la déconjugalisation de l’allocation adulte handicapé
21h13 : « Le meilleur moyen de lutter pour le pouvoir d’achat c’est de lutter contre le chômage »

Emmanuel Macron note que le mot chômage n’apparaît pas dans le programme de Marine Le Pen, il y voit un hommage à son mandat. Je crois que c'était dans le bingo du débat qu'il sorte cet argument. 

21h12 : Emmanuel Macron rappel que le pouvoir d’achat a, selon des statistiques, augmenté sous son mandat

Mais le président reconnaît « qu’il y a de la colère, des caddies qu’on arrive plus à remplir, des fins des mois difficiles ». Le président sortant estime que le bouclier tarifaire mis en place pour l’énergie est plus efficace que la baisse de la TVA. « Je veux le maintenant autant que besoin », mais pour lui c’est un dispositif de crise, la France n’a pas vocation à subventionner des énergies importées.

21h11 : Marine Le Pen dit qu’elle va « rendre » 150 à 200 euros par mois en moyenne par foyer.
21h09 : Le faux départ de Marine Le Pen

Attention, au deuxième faux départ c’est la disqualification.


 

21h07 : C’est parti pour la séquence pouvoir d’achat

« Je n’ai vu que des Français qui n’arrivaient plus à boucler le pouvoir d’achat », Marine Le Pen commence sur le bilan d’Emmanuel Macron. Elle veut baisser « les dépenses contraintes » donc baisser « de manière pérenne » la TVA sur l’énergie (12 milliards d'euros), notamment.

20h06 : « Je crois que nous devons et nous pouvons rendre notre pays plus indépendant et plus fort », dit Emmanuel Macron

Le président candidat est sur sa ligne depuis le début de la campagne, plus « d’indépendance » pour la France. Il regarde Marine Le Pen dans les yeux pour cette intro.

21h04 : « Un autre choix est possible, fondé sur le respect, fondé sur le bon sens. Je serai la présidente du régalien, du quotidien, du pouvoir d’achat, de l’école, de la santé, partout, pour tous… (…) Je serai la présidente de la concorde restaurée pour les Français »

Début de débat qui n’a rien à voir avec celui de 2017 pour Marine Le Pen, qui ne part pas à l'attaque d’entrée sur son intro.

21h02 : Oula, Marine Le Pen qui commence à parler alors que c’est le générique…
21h00 : LE DEBAT COMMENCE !
20h59 : Pas un regard d’échangé entre les deux avant le début, c’est tendu
20h56 : Emmanuel Macron et Marine Le Pen arrivent sur le plateau
20h55 : Plus que cinq minutes

Tout le monde est bien prêt ? Tout le monde est bien prête ?

20h50 : Dix petites minutes !

Au titre des détails, le débat a lieu dans les studios de la Plaine-Saint-Denis, au nord de Paris. 

20h46 : Un duo Léa Salamé/Gilles Bouleau

TF1 et France 2, qui coproduisent et co-diffusent le débat de ce soir, ont choisi Gilles Bouleau, le présentateur du 20 Heures de TF1, et Léa Salamé, qui présente Elysée 2022 sur France 2 et co-anime Le 7/9 de France Inter.

20h41 : Le pugilat de 2017

J’ai re-regardé le débat de 2017 ce matin. C’était un pugilat pas possible, le modérateur et la modératrice de l’époque avaient eu les pires peines du monde à tenir Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Marine Le Pen avait attaqué bille en tête Emmanuel Macron dès le début et n’en a pas démordu. Le Marcheur avait eu simplement à rester calme et souligner que son adversaire n’était que dans l’invective et n’avait pas de projet.

20h36 : Programme contre programme

Je vous l’ai dit, le premier sujet du débat ce sera le pouvoir d’achat, puis la guerre en Ukraine et les retraites. Ça, c’est sur le papier. En 2017 le programme des journalistes avait explosé face au programme des deux candidats qui avaient décidé de monter au filet.

20h34 : « Match retour »

C’est la deuxième fois qu’il y a un « match retour » lors d’un débat d’entre-deux tour de l’élection présidentielle. Emmanuel Macron et Marine Le Pen se sont, vous le savez, déjà affrontés le 3 mai 2017 lors d’un premier débat. Il y a cinq ans, Marine Le Pen avait été jugée largement perdante du débat, elle avait dévissé dans les sondages suite à celui-ci. Ce soir, elle joue donc gros mais va aussi profiter du contraste : si elle arrive à simplement ne pas perdre trop voire faire match nul, elle pourrait apparaître comme la gagnante du débat.


 

20h28 : Un plateau plutôt nouveau

Depuis 1974 c’est immuable : il y a une table, plus ou moins grande, et tout le monde est là. Les deux candidats de chaque côté, les journalistes au milieu. Pour la première fois les journalistes seront « côté téléspectateurs » et pas à la table du candidat et de la candidate. Tellement pas à table qu’ils seront à… 4 mètres de là !


 

20h24 : Premier thème

L’ordre des thèmes qui seront abordés ce soir a été tiré au sort… et c’est le pouvoir d’achat qui a été tiré en premier. C’est le point fort de la campagne de Marine Le Pen cette année.

20h20 : Première tendance

Si on en crois le sondage que j’ai lancé, sur 107 votants et votantes, vous êtes plutôt seuls comme moi, à 62,6 % !

20h05 : Allez, un premier sondage pour animer cette pré-chauffe du débat

Perso, je suis toute seule chez moi MAIS j’ai commandé une pizza pour faire genre, quand même.


 

20h02 : Le débat traverse les frontières

Ce journaliste correspondant en Espagne nous apprend que le débat de ce soir est aussi diffusé sur la chaîne publie d’info espagnole, l’équivalent de France Info TV.


 

19h59 : Les dernières images du plateau

Vous avez peut-être déjà vu le plateau mais on a enfin le vrai visuel du décor. Un fond d’Elysée, donc, comme d’habitude depuis quinze ans.


 

19h54 : Les duettistes sont sur site

Si on en croit la journaliste politique de BFMTV, Marie Gentric.

 

19h47 : Plus qu’une heure avant le débat !

Bonjour à toutes et à tous ! Ici Rachel Garrat-Valcarcel, journaliste au service politique de 20 Minutes. Je prend la suite de mes talentueux collègues pour vous liver le débat Macron-Le Pen de ce soir. On est ensemble jusqu’à une heure voisine de minuit pour une soirée politique qu’on espère passionante.

18h38 : Marine Le Pen donne le ton du débat

 

18h10 : 400 chefs d’entreprise appellent à voter Macron

« On ne change pas le capitaine dans la tempête, surtout quand il a montré sa capacité à tenir la barre » : plus de 400 chefs d’entreprise, dont des PME ou des start-up, de toute la France appellent mercredi à voter Emmanuel Macron. Tout en notant « la colère des Français », ils estiment que le programme de Marine Le Pen « engagerait la France dans une voie sans issue, qui fragiliserait dangereusement les finances publiques ». Figurent parmi les signataires Mathieu Laine (Altermind), l’ancien patron du Medef Pierre Gattaz (Radiall) ou Laurence Paganini (Kaporal).

17h15 : Le pouvoir d'achat préoccupation numéro un

Le pouvoir d'achat fait partie des principales préoccupations de 57% des sondés et le système de santé de 30% d'entre eux. La guerre en Ukraine et l'environnement sont chacun parmi les principaux objets de préoccupations de 27% des Français, selon un sondage Ipsos/Sopra Steria mercredi pour Le Monde, la fondation Jean Jaurès et le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof).d'après cette vaste étude réalisée auprès de plus de 12.000 personnes.

Si un quart des personnes interrogées se préoccupent des retraites et de l'immigration, le chômage (8%), le terrorisme et la croissance économique (9% chacun) sont parmi les préoccupations les moins partagées.

17 heures : L’heure du dernier sondage

Emmanuel Macron l’emporterait au second tour de la présidentielle avec 56 % des voix contre 44 % à Marine Le Pen, selon un sondage Ipsos/Sopra Steria mercredi pour Le Monde, la fondation Jean Jaurès et le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof).

Bien que loin derrière le présidant sortant, candidate du Rassemblement national jouit d’un plus fort taux de vote « par adhésion », 58 %, parmi les interrogés certains d’aller voter qui se sont exprimés en sa faveur. Par opposition, 42 % disent voter « par défaut » pour elle, des taux similaires à ceux de 2017.

Parmi les intentions de vote en faveur d’Emmanuel Macron, 55 % annoncent voter « par adhésion », en forte hausse par rapport à 2017 (40 %) et 45 % « par défaut ».

16h15 : « Marine Le Pen représente un vrai danger pour le monde dans lequel j’aime vivre »

« Marine Le Pen représente un vrai danger pour le monde dans lequel j’aime vivre, a déclaré ce mercredi à Nice Michel Boujenah. Je perdrais ma dignité si je n’étais pas là pour dire ce que vont faire ces gens à nous tous, pas seulement à la culture, si jamais, au grand jamais, elle arrivait au pouvoir. » Le comédien a appelé à voter en faveur d’Emmanuel Macron au second tour.

16h10 : Des personnalités de la culture appellent à voter Macron

Des personnalités du monde culturel de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, où Marine Le Pen est arrivée en tête au premier tour, ont appelé à voter en faveur d'Emmanuel Macron au second tour. 

Réunies à l'initiative du maire (ex-LR) de Nice, Christian Estrosi, rallié au président sortant, des figures du monde culturel ont pris tour à tour la parole au théâtre L'Artistique, dont Charles Berling, directeur du Théâtre Liberté de Toulon, Muriel Mayette-Holz, directrice du Théâtre national de Nice (TNN) ou encore Michel Boujenah, directeur artistique du festival de Ramatuelle (Alpes-Maritimes).

Comme en 2017, Marine Le Pen, la candidate d'extrême droite, a frôlé le grand chelem au premier tour en Provence-Alpes-Côte-d'Azur en remportant cinq des six départements.

16 heures : Sur quels sujets Emmanuel Macron a-t-il fait marche arrière pendant l’entre-deux tour ?

Dès le lendemain du premier tour Emmanuel Macron s’est dit prêt à « bouger » sur la question des retraites. Il a indiqué que la réforme pourrait s’arrêter avant 2030, l’échéance annoncée jusqu’alors pour porter progressivement l’âge de départ à 65 ans, qui « n’est pas un dogme ». Elle pourrait s’arrêter en 2027 et donc se limiter à un âge de départ à 64 ans.

« La politique que je mènerai dans les cinq ans à venir sera écologique ou ne sera pas », a-t-il lancé ensuite le 16 avril, en promettant d’aller « deux fois plus vite » pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Pour cela, il a promis de « planter 140 millions d’arbres » et de nommer un Premier ministre « directement chargé de la planification écologique »

15h45 : Sur quels sujets Marine Le Pen a-t-elle fait marche arrière pendant l’entre-deux tour ?

L’interdiction du port du voile ne serait visiblement plus une priorité pour la candidate RN. Si elle propose toujours d’interdire « les signes ou tenues constituant par eux-mêmes une affirmation sans équivoque et ostentatoire des idéologies » islamistes, elle a fait samedi 16 avril la distinction entre les « femmes âgées qui le mettent parce que ça correspond pour elles à un moment de leur vie » et les « jeunes femmes » qui « si elles ne le mettent pas », « sont menacées, (…) isolées » et « suspectées et ça c’est quelque chose d’insupportable ».

Marine Le Pen a par ailleurs renoncé également à l’idée de soumettre à un référendum le rétablissement de la peine de mort. Alors qu’elle disait encore le 12 avril qu’il n’y avait « pas de débat interdit », elle a indiqué sur BFMTV trois jours plus tard : « on ne peut pas, c’est anticonstitutionnel » et « j’y suis opposée ».

15h15 : Le monde du sport s’invite timidement dans l’entre-deux-tours

Lors des précédentes élections, peu de sportifs avaient pris la parole pour commenter la scène politique. Mais cette année, une cinquantaine de sportifs dont certains en activité comme Nikola Karabatic (handball), Dimitri Payet (football) ou Antoine Dupont (rugby), a franchi le Rubicon en signant une tribune parue récemment dans la presse appelant à faire barrage à l’extrême droite.

Un appel suivi d’une tribune émanant du Comité national olympique du sport français (CNOSF), signée par une majorité de dirigeants, dont Jean-Michel Aulas, le patron de l’OL, et d’un rassemblement mardi à l’Institut du judo à Paris réunissant une dizaine de sportifs et plusieurs dirigeants.

« Cela s’inscrit dans un contexte où les sportifs se positionnent depuis peu face à des questions éthiques, alors qu’avant ils ne le faisaient pas ou peu », analyse Jean-Daniel Lévy, directeur délégué de l’institut de sondage Harris-Interactive.
 

14h03 : Un « jeu du cirque » attendu par le public

L’historien Jean Garrigues décrypte pour 20 Minutes le classique débat d’entre-deux tour inauguré par Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand en 1974.

 

13h15 : Polémique autour de la « Une » du journal Marianne

Mardi soir, la société des rédacteurs de Marianne a dénoncé une « atteinte inédite à son indépendance », affirmant que l’actionnaire principal de l’hebdomadaire, le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, était intervenu pour modifier la une du numéro de jeudi.

Alors que le message de une devait être « La colère (sur le visage d’Emmanuel Macron) ou le chaos ? (sur le visage de Marine Le Pen », l’actionnaire est directement intervenu pour le changer en « Malgré la colère (sur le visage d’Emmanuel Macron) éviter le chaos (sur celui de Marine Le Pen) ».


 

12h40 : Marion Maréchal et Guillaume Peltier appellent Marine Le Pen à « ne pas oublier les valeurs de la droite »

Au premier tour, « 14 millions de Français ont voté pour des valeurs de droite et je suis un peu inquiet de voir cet entre-deux-tours uniquement tourner autour des valeurs de gauche (…) On ne gagne pas en oubliant les valeurs essentielles de son camp c’est-à-dire les valeurs de la droite française », a déclaré sur RTL Guillaume Peltier, vice-présidents du parti d’extrême droite Reconquête ! d’Eric Zemmour.

Il faut « faire attention, ne pas parler exclusivement aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon », le candidat LFI arrivé troisième au premier tour, a abondé Marion Maréchal sur BFMTV et RMC.

 

12h33 : Zelensky invite Le Pen à comprendre qu’elle s’est trompée

« Si madame la candidate venait à comprendre qu’elle s’est trompée, notre relation pourrait changer », a déclaré le président ukrainien dans un entretien à BFMTV. La candidate est interdite de séjour en Ukraine depuis le 5 janvier 2017, après avoir défendu l’annexion de la Crimée par la Russie. « Je veux dire que bien évidemment, j’ai des relations avec Emmanuel Macron et je ne voudrais pas les perdre », a-t-il ajouté.


 

11h45 : « Je ne collaborerai pas » avec Marine Le Pen

« Je ne pourrais pas collaborer avec une autorité politique dont j’aurais la conviction profonde qu’elle est en rupture avec nos traditions républicaines », a fait savoir hier soir Didier Leschi. L'homme  à la tête de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) a précisé : « En particulier quand on mène une politique publique qui prend en charge d’abord des situations humaines ».

 

11h30 : Un appel aux dons pour Valérie Pécresse dans un supermarché d’Avignon ?

Un internaute a partagé la photographie d’un terminal de paiement affichant un soi-disant appel aux dons pour la candidate des Républicains... Et depuis, c'est le drame

 

11h15 : Mélenchon tente de pousser son avantage

Au lendemain du premier tour de la présidentielle, certains journaux annonçaient que Jean-Luc Mélenchon allait prendre, à l’automne, la direction d’une fondation proche de La France insoumise. Une sorte de pré-retraite, en somme. Mais mardi soir, les ambitions étaient clairement différentes lorsque, sur BFMTV, le député de Marseille a demandé aux Français de l'« élire Premier ministre » lors des législatives de juin prochain. Rien de moins. Fort des 22 % de Jean-Luc Mélenchon le 10 avril, le coordinateur insoumis, le député Adrien Quatennens, avait déjà dit vouloir « imposer une cohabitation » au président ou à la présidente qui sera élue dimanche. L’affaire a désormais changé de dimension.


 

11h10 : Pourquoi le programme santé de Marine Le Pen inquiète certains soignants

« Mon associé est Cubain, ma cadre de santé Algérienne, une infirmière sur deux dans ma clinique n’est pas Française, liste Jérôme Marty, généraliste et directeur de la clinique Saint-Roch à Fronton, en Haute-Garonne. On ne va pas renier le monde dans lequel on vit ! »

A quelques jours du second tour de l’élection présidentielle, qui opposera Emmanuel Macron à  Marine Le Pen, certains soignants ont multiplié les appels, dans les médias comme sur les réseaux sociaux, à ne pas se tromper de combat. Deux tribunes, l’une dans le Journal du Dimanche, l’autre dans Libération, invitent à glisser un bulletin Macron, car le programme du RN pose selon elles de nombreux problèmes.

 

11h05 : Marine Le Pen sous pression avant le débat

C’est l’événement de cet entre-deux tours. Emmanuel Macron et Marine Le Pen s’affronteront lors d’un débat télévisé ce mercredi soir. La candidate du Rassemblement national mise sur cette émission, généralement suivie par des millions de téléspectateurs, pour rattraper son retard dans les sondages. Mais après le fiasco de 2017, la députée du Pas-de-Calais est sous pression, à quelques jours du second tour de la présidentielle. Le point avec  Thibaut Le Gal.


 

11 heures : C’est l’heure de la petite banderille de Badinter

 

10h57 : « C’est le moment d’une vie »

Sur France 2 ce matin, Jordan Bardella a assuré que Marine Le Pen se préparait au débat « depuis des mois ». « Ce sera la confrontation de deux projets. On s’y prépare depuis des mois, ça fait cinq ans que nous travaillons ardemment, c’est le moment de toute une vie », a assuré le numéro un du RN par intérim.

10h55 : Macron creuse l'écart dans les sondages

La campagne d'entre-deux-tours semble porter ses fruits pour le président-candidat. Selon le dernier sondage Opinion 2022 réalisé par Elabe pour BFMTV, L'Express et SFR, Emmanuel Macron creuse l'écart avec Marine Le Pen pour le second tour de l'élection présidentielle. Le candidat de la République en Marche recueille désormais 54,5% d'intentions de vote contre 45,5% pour la candidate du Rassemblement national. C'est un point de plus pour le président sortant que lors de notre précédente enquête.

10h51 : Marion Maréchal pense que Le Pen « peut encore gagner »

« Il y a du boulot », a reconnu Marion Maréchal après la défaite d’Eric Zemmour. Invitée de BFMTV, la nouvelle vice-présidente de Reconquête a dit souhaiter que le mouvement d’Eric Zemmour devienne « la boussole idéologique de la droite ». Concernant le débat, Marion Maréchal a assuré que Marine Le Pen avait « appris de ses erreurs, elle sera capable de reprendre la main face à Emmanuel Macron ». « Je pense que Marine Le Pen peut encore gagner (…) mais j’espère qu’il y aura une volonté d’ouverture et de rassemblement », a-t-elle poursuivi, assurant que « si par malheur Emmanuel Macron » était réélu, il faudrait « lui imposer une cohabitation ».


De fait, Reconquête appelle de ses vœux une « grande coalition de patriotes », Marion Maréchal assurant que « 379 seconds tours aux législatives » avec des candidats communs sont possibles.

10h49 : « Nous allons faire tomber ce foulard islamique »

Sur Cnews, Sébastien Chenu, l’autre porte-parole de Marine Le Pen, tenait le même discours qu’Edwige Diaz :


 

11h48 : « Nous sommes contre le tchador, le niqab, la burqa »

« Il y a cinq ans, le débat n’avait pas été raté ! Marine Le Pen avait annoncé du chaos social, de la brutalité et c’est ce qui est arrivé », a laché Edwige Diaz. La porte parole de Marine Le Pen était ce matin l’invitée de Sud Radio et a assuré que le programme du RN était « sérieux et chiffré ». « Ceux qui dénoncent le manque de solidité du programme économique de Marine Le Pen sont des spécialistes qui manquent d’objectivité. Notre programme s’équilibre à 68 milliards d’euros », a précisé Edwige Diaz. La suite c’est ci-dessous :


 

10h45 : Audiences, durée… L’histoire du débat d’entre-deux-tours en chiffres

Marine Le Pen versus Emmanuel Macron, match retour. Cinq ans après leur premier duel, les deux candidats à la présidence de la République vont s’affronter pendant plus de deux heures dans le cadre du débat d’entre-deux-tours. Un exercice lancé par François Mitterrand et Valéry Giscard d’Estaing en 1974 auquel tous les finalistes se sont prêtés depuis, à l’exception de Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen en 2002. En cinq décennies, le rendez-vous politique a gardé ses fondamentaux mais a connu quelques changements.  Clément Rodriguez revient sur les chiffres qui ont marqué les sept débats précédents et le huitième à venir.

 

10h42 : Marine Le Pen ne veut pas répéter les erreurs de 2017

Emmanuel Macron et Marine Le Pen seront une nouvelle fois face à face à l’occasion du débat de l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle qui sera diffusé ce mercredi par France 2, TF1 et sur la TNT. L'objectif pour la candidat du Rassemblement national, ne pas répéter les erreurs de 2017.



10h41 : « Il y aura des gens de toutes tendances et des gens de Reconquête »

A quatre jours du second tour de la présidentielle, le maire RN de Perpignan et soutien de Marine Le Pen, Louis Aliot, a assuré dans « Europe Matin » qu’en cas de victoire du Rassemblement national dimanche face à Emmanuel Macron, « il y aura des gens de toutes tendances et des gens de Reconquête » dans le gouvernement, tout en excluant une présence d’Éric Zemmour.


Le maire RN de Perpignan a également dénoncé un « pilonnage (médiatique) incessant » de la campagne de Marine Le Pen. « C’est comme si il y avait un péril totalitaire en France alors que le seul péril totalitaire que je vois c’est ceux qui tiennnent le pouvoir en France », a-t-il poursuivi.

10h39 : Marine Le Pen peut-elle inverser la tendance et l'emporter dimanche ?

Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l’Ifop, était invité sur RMC


 

10h38 : Il y a « évidemment des contacts entre Reconquête ! et le RN »

Guillaume Peltier était l’invité de RTL ce matin. Le vice-président de Reconquête ! y a assuré qu’il y avait « évidemment des contacts entre Reconquête ! et le RN »


 

10h37 : Le Pen, Lassalle… Le coup de poing sur la table du monde rural

« Le ras-le-bol s’exprime dans les urnes », observe Didier Fourtine, maire du village pyrénéen de Tramezaïgues (Hautes-Pyrénées) où Marine Le Pen a totalisé 41,18 % des voix au premier tour de la présidentielle, devant Jean Lassalle à 17,65 %.

L’envolée du prix du diesel, alors qu’à la campagne la voiture est souvent le seul moyen de transport, ainsi que les difficultés pour trouver un médecin, un réseau de téléphonie mobile instable, l’absence d’internet à haut débit compliquent le quotidien et aiguisent un sentiment de relégation.

Dans les campagnes, « le vote RN est un vote de protestation, qui a bénéficié par le passé du retrait de CPNT (parti Chasse, pêche, nature et traditions) dans un contexte de stigmatisation de pratiques rurales, comme la chasse, précise le politologue Emmanuel Négrier. Le vote RN n’a jamais été aussi fort. On peut voter RN à 40 % à la présidentielle, mais ce n’est pas un projet politique. On ne vote pas RN aux régionales, ni aux législatives, ni aux municipales. »

10h35 : Près de 500 votes de détenus non pris en compte

Au premier tour de l’élection présidentielle, 489 bulletins exprimés par des personnes détenues n’ont pas pu être pris en compte en raison « des manquements de l’administration pénitentiaire dans la procédure du vote par correspondance », a dénoncé mardi l’Observatoire international des prisons (OIP).

Selon les chiffres communiqués par la Chancellerie, 13.672 personnes détenues – sur un total de plus de 70.000 prisonniers au 1er mars – étaient inscrits pour voter par correspondance au premier tour de l’élection présidentielle.

Selon l’OIP, 11.229 détenus ont voté le 10 avril. C’est la première fois que les détenus pouvaient voter par correspondance pour une élection présidentielle.

10h11 : Le PSvote pour un rassemblement avec LFI

Le conseil national du Parti socialiste, sorte de parlement du parti, a adopté mardi soir une résolution proposant de discuter avec l’ensemble des forces de gauche, dont La France insoumise, pour trouver un accord aux législatives, a-t-on appris de sources concordantes.

Il s’agit pour le PS d’un tournant majeur dans sa stratégie que d’envisager un accord avec le parti de Jean-Luc Mélenchon, a précisé un participant, même si pour l’instant LFI a indiqué ne pas vouloir discuter avec le PS, trop critique vis à vis de leur candidat pendant la campagne.

 

10h10 : A Bédarrides, on vote Marine Le Pen pour « plus d’égalité »

« Elle au moins, elle s’occupera de nous et pas du reste du monde »... A Bédarrides, dans le sud-est de la France, près de la moitié des électeurs ont voté pour Marine Le Pen, la candidate d’extrême droite, comme en 2017. Et ils espèrent sa victoire, pour « plus d’égalité ». Au premier tour de la présidentielle, ce village de 5.000 habitants a accordé un très gros score à la fille de Jean-Marie Le Pen, loin devant l’autre candidat d’extrême droite Eric Zemmour (12,5 %) et Emmanuel Macron (16,8 %). « Elle peut gagner », veut croire Mireille Boccabella, ancienne aide-soignante, qui perçoit 1.000 euros de retraite, convaincue qu’une fois au pouvoir Marine Le Pen pourra améliorer son maigre pouvoir d’achat : « Il faut plus d’égalité : que les riches payent l’impôt sur la fortune, que la richesse soit répartie et qu’on fasse plus pour les petites gens qui ne sont pas considérées. »

Sur les thèmes de prédilection du RN, l’insécurité et l’immigration, Mireille reconnaît qu’à Bédarrides ce n’est pas un problème. Mais « justement on veut pas que ça change ».


 

10h13 : Pourquoi Marine Le Pen mise très gros sur le débat de ce soir ?

Notre journaliste politique Thibaut Le Gal, comment la candidate RN va tenter de faire oublier le duel raté de 2017 et tenté de rattraper son retard dans les sondages.

9h45 : #Melenchon1erMinistre est dans les toptweet France

Hier, le candidat malheureux du premier tour de l’élection présidentielle a déclaré « Je ne veux pas que Mme LePen prenne le pays. Je ne veux pas que M. Macron garde le pouvoir. Pour cela, je dis aux Français : élisez-moi Premier ministre au 3e tour avec les élections législatives ».

Une déclaration qui a recréé un réel engouement du côté de ses soutiens.


 

9h35 : Grosse chute de popularité pour Macron selon un sondage

Selon le baromètre mensuel Odoxa-Mascaret pour LCP-AN, Public Sénat et la presse régionale, à quatre jours du deuxième tour, Emmanuel Macron et Marine Le Pen recueillent le même taux d’adhésion. 38 % des Français les « soutiennent » ou « ont de la sympathie » pour eux. Une forte chute de popularité pour le président sortant.


 

9h30 : Plus que quelques jours pour faire votre procuration

Si vous ne pouvez pas aller voter dimanche, il est possible de demander à une bonne âme de le faire pour vous. On vous explique la marche (très simple) à suivre.

 

9h14 : Les indépendantistes de Nouvelle-Calédonie appellent à l’abstention

Le FLNKS (Front de libération national kanak socialiste), mouvement historique de la lutte kanak, mais également du syndicat USTKE, et sa branche politique, le parti Travailliste, et de la Dynamique unitaire sud (DUS) ont demandé à leurs militants et sympathisants de « s’abstenir » dimanche. Ces derniers ne souhaitent pas trancher entre « l’extrême droite » et le président sortant.

8h50 : Vous avez fait une pause actu politique hier ?

Retrouvez notre live présidentielle de la journée d’hier.

 

8h14 : Le débat de ce soir peut-il changer la donne ?

L’exercice, passage obligé de la présidentielle depuis 1974, ne bouleverse habituellement pas les dynamiques d’intentions de vote mesurées par les sondeurs. Mais, face à un score que les sondages annoncent beaucoup plus serré qu’en 2017, il pourrait cette fois remobiliser certains électorats et « déplacer davantage de voix que ce qu’on a observé depuis le début de la Ve République », pronostique Brice Teinturier, directeur général délégué d’Ipsos France.

8h07 : Le Pen plus féministe que Macron ?

Selon un sondage Ifop réalisé auprès de 1.039 femmes âgées de 18 ans et plus et publié mercredi par le magazine Elle, 49 % des Françaises interrogées considèrent Marine Le Pen comme « féministe » contre 30 % pour Emmanuel Macron. Elles font ainsi davantage confiance à la candidate RN pour lutter contre le harcèlement de rue (51 % contre 34 %), le sexisme et les violences sexuelles (48 % contre 36 %), les inégalités salariales (49 % contre 35 %).

Les femmes interrogées font en revanche plus confiance à Emmanuel Macron qu’à Marine Le Pen pour lutter contre la haine contre les personnes LGBT (50 % contre 29 %) et les stéréotypes de genre (46 % contre 40 %).

6h58 : Marine Le Pen commencera le débat

Après moult tractations et tirages au sort, c’est le pouvoir d’achat, thème phare de la campagne de la candidate d’extrême droite, qui ouvrira le bal lors du débat ce soir à partir de 21 heures. Et ce sera Marine le Pen, placée à droite de l’écran, qui prendra la parole en premier et en dernier.

Outre le pouvoir d’achat, les autres thèmes abordés seront : la sécurité, la jeunesse, l’international, la compétitivité, l’environnement, le modèle social et la gouvernance.

Bonjour à toutes et à tous !

Dimanche soir à 20 heures, la France aura choisi à qui confier les clés de l’Elysée pour cinq ans. D’ici là, la rédaction de 20 Minutes est mobilisée pour vous donner les toutes dernières infos de la campagne. Et ce mercredi, c'est l'heure d'une tradition datant de 1974 : le débat télévisé de l’entre-deux tours. Emmanuel Macron et Marine Le Pen vont avoir la journée pour terminer de préparer ce duel qui démarrera à 21 heures.