Présidentielle 2022 : Marine Le Pen s’emmêle les pinceaux sur le port du voile en Tunisie et en Algérie

FAKE OFF La candidate du Rassemblement national veut interdire le port du voile islamique dans l'espace public en cas de succès au second tour

Romarik Le Dourneuf
— 
La candidate Rassemblement national, Marine Le Pen.
La candidate Rassemblement national, Marine Le Pen. — Emmanuel DUNAND / AFP
  • Marine Le Pen a déclaré sur France Inter, mardi, vouloir interdire le port du voile islamique dans la rue « comme Monsieur Bourguiba qui avait interdit le voile en Algérie ».
  • Habib Bourguiba n’a pas été président de l’Algérie, mais de Tunisie de 1957 à 1987.
  • Le port du voile n’a jamais été interdit dans la rue en Tunisie ou en Algérie.

Invitée mardi matin sur France Inter, Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national à l’élection présidentielle a rappelé son projet d’interdire le voile de l’espace public en France si elle était élue présidente de la République à l’issue du second tour.

Face à Léa Salamé qui lui fait remarquer que la France serait le seul pays à interdire le voile dans la rue, la candidate défend sa position en prenant l’exemple de « Monsieur Bourguiba qui avait interdit le voile en Algérie ».


Sa réponse a beaucoup fait réagir à cause d’une première erreur importante qui a fait bondir les réseaux sociaux, puisqu’Habib Bourguiba a été le président de… la Tunisie de 1957 à 1987.

Reste à savoir si Marine Le Pen voulait prendre en exemple l’Algérie ou la Tunisie. Puisque nous ne sommes pas dans la tête de la candidate, on fait le point sur la situation dans les deux pays.

FAKE OFF

Comme le souligne la chercheuse Maryam Ben Salem dans un article universitaire publié en 2010, quatre circulaires prises à partir de 1981 et ont interdit « la tenue confessionnelle » dans les établissements scolaires publics, les écoles supérieures d’enseignement, les cités et les foyers universitaires, chez les agents de l’administration et des établissements publics des deux sexes. « La prohibition du port du voile a été élargie aux établissements privés par une autre circulaire datée de décembre 1991 ». Interrogée par nos confères de Libération, Maryam Ben Salem insiste bien sur le fait que « le voile n’a jamais été interdit dans la rue ».

Si ces circulaires sont en théorie toujours en application, elles ne sont plus appliquées depuis la révolution de 2011, indiquait Loïc Le Pape, sociologue spécialiste de l’islam, toujours à Libération.

Pas d’interdiction en Algérie, ni en Tunisie

La question du voile en Algérie est ancienne et profonde. Elle avait même été au centre de la colonisation française. Toutefois, tous les spécialistes contactés par 20 Minutes s’accordent sur ce point : le port du voile n’a jamais été interdit dans l’espace public en Algérie. Razika Adnani, islamologue, philosophe et membre du conseil d’orientation de la Fondation de l’islam de France, évoque certes une « interdiction sociale dans les années 1960 et 1970 ». « Les femmes qui travaillaient, allaient à l’université ou au lycée ne le portaient pas pour montrer qu’elles étaient ce que l’on appelait des "femmes civilisées", en opposition aux femmes d’intérieur, qui restaient à la maison. »