Présidentielle 2022 : Avec Marine Le Pen élue, les classes populaires seront « ruinées », estime Gérald Darmanin

PREDICTIONS Le ministre de l’Intérieur prédit chômage et perte des investisseurs étrangers avec l’arrivée de la candidate d’extrême droite au pouvoir

M.F avec AFP
— 
Marine Le Pen, candidate du parti d'extrême droite Rassemblement national (RN) à l'élection présidentielle française de 2022, visite une ferme céréalière dans le cadre de sa campagne pour le second tour de l'élection présidentielle française, le 11 avril 2022 à Soucy , Bourgogne.
Marine Le Pen, candidate du parti d'extrême droite Rassemblement national (RN) à l'élection présidentielle française de 2022, visite une ferme céréalière dans le cadre de sa campagne pour le second tour de l'élection présidentielle française, le 11 avril 2022 à Soucy , Bourgogne. — Alain ROBERT/SIPA

Gérald Darmanin a prédit un avenir noir à certains Français en cas d’élection de la candidate RN à la tête du pays. « Madame Le Pen est l’ennemie des classes populaires » et son élection « les ruinerait », a déclaré le ministre de l’Intérieur sur Cnews. « Elle essaye de raconter que du miel alors qu’on sait bien qu’une fois qu’elle sera élue, il n’y aura que du sel », a-t-il assuré.

« Si Madame Le Pen était élue présidente de la République, vous auriez une augmentation extrêmement forte des taux d’intérêt pour notre pays, autour de nous le monde nous verrait comme un pays à part, (…) les investisseurs étrangers ne viendraient plus chez nous et le travail, qui est la valeur des classes populaires, ce serait plutôt le chômage », a-t-il développé.

Gérald Darmanin, accompagnait ce lundi le candidat président en déplacement dans les Hauts-de-France, deuxième région la plus pauvre de France où la candidate RN est arrivée en tête dimanche, a reconnu qu’il fallait être « plus à l’écoute des classes moyennes et populaires ». « Il faut avoir une forme d’empathie supplémentaire avec ceux qui n’arrivent pas à terminer les fins de mois », a-t-il ajouté, appelant à entendre le « cri d’alarme » du vote des extrêmes.