Résultats présidentielle 2022 : Un nouveau duel Macron-Le Pen, Mélenchon très proche… Les leçons du premier tour

PREMIER TOUR Selon les dernières estimations, Emmanuel Macron et Marine Le Pen se retrouveront au second tour

Clément Giuliano
— 
Présidentielle 2022: Emmanuel Macron et Marine Le Pen en tête du premier tour — 20 Minutes
  • Le premier tour de la présidentielle avait lieu ce dimanche.
  • Emmanuel Macron arrive en tête avec près de 28 % des voix, devant Marine Le Pen (23,4 %). Ils seront opposés dimanche 24 avril pour un second tour. Jean-Luc Mélenchon arrive juste derrière. Les partis historiques – PS et LR – sont laminés.
  • L'abstention a été l’une des plus élevée de l’histoire de la Ve République.

Sans surprise, c’est un nouveau duel Emmanuel Macron- Marine Le Pen qui attendra les Françaises et les Français le 24 avril. Après une campagne escamotée par la crise sanitaire puis par l’invasion russe en Ukraine, les électrices et électeurs ont parlé ce dimanche et l’affiche du deuxième tour de l'élection présidentielle est connue. On fait le point sur les enseignements de ce premier tour, marqué par une forte abstention.

Macron comme prévu

Les sondages l’annonçaient invariablement depuis de longs mois, le président sortant est arrivé largement en tête de ce premier tour. Selon les résultats partiels portant sur 97% des inscrits, Emmanuel Macron recueille 27,6 % des voix, quatre points devant Marine Le Pen. Le président sortant parvient à améliorer son score de 2017 (24,01 % au premier tour). Devant ses partisans réunis porte de Versailles, Emmanuel Macron s’est voulu rassembleur, faisant applaudir ses concurrents… à l’exception de Marine Le Pen. Car le chef de l’Etat ne s’y trompe pas, « rien n’est joué » et il aura besoin d’une large mobilisation pour l’emporter largement le 24 avril face à la candidate du RN. Aussi Emmanuel Macron s’est-il dit « prêt à inventer quelque chose de nouveau », un « grand mouvement politique d’unité et d’action », afin de « bâtir une action commune au service de la nation ».

Marine Le Pen pour la deuxième fois au second tour

« Le peuple français s’est exprimé et me fait l’honneur d’être qualifiée au second tour face au président sortant. » Souriante, Marine Le Pen a savouré sa deuxième place, ce dimanche soir, appelant « tous ceux qui n’ont pas voté pour Emmanuel Macron » à l’élire le 24 avril pour porter un projet de « justice sociale et de protection ». Avec 23,4 % des voix, la candidate du Rassemblement national se paie le luxe de faire mieux qu’en 2017 (21,3 % au premier tour), alors qu’elle était, cette année, concurrencée par Eric Zemmour. Celle qui veut incarner la « grande alternance dont la France a besoin » promet d’être la « présidente de tous les Français » en cas d’élection. « On va gagner ! », lui ont répondu en chœur les militants réunis dans le bois de Vincennes.

Pas de trou de souris pour la tortue

Le candidat de La France insoumise s’est souvent défini, au cours de cette campagne, comme une « une tortue sagace, qui avance doucement mais qui épuise les lièvres ». Mais les 22 % recueillis ne lui permettent d’arriver qu’en troisième position. « Il ne faut pas donner une seule voix à Madame Le Pen », a-t-il répété à plusieurs reprises ce dimanche devant ses militants, les appelant à continuer la « lutte ». Loin de l’amertume exprimée à l’issue du premier tour il y a cinq ans, le leader insoumis a encouragé ses partisans : « La tâche que nous avons à accomplir est celle du mythe de Sisyphe. Il faut mener cette bataille, et la suivante, autant qu’il y en aura ! »

Pécresse et Zemmour sous les 10 %, la gauche éclatée

Au-delà du trio de tête, Eric Zemmour et Valérie Pécresse enregistrent des résultats largement inférieurs à leurs attentes, avec respectivement 7 % et 4,8 % des voix. « Je prends chacune de vos voix comme le cri d’un peuple qui ne veut pas mourir », a réagi l’ancien journaliste avant d’appeler à voter pour Marine Le Pen. Emue, la candidate des Républicains a pour sa part indiqué qu’elle voterait « en conscience » pour Emmanuel Macron. Mais « la droite et le centre ne doivent rien lâcher » en vue des législatives, a estimé Valérie Pécresse.

Les législatives, c’est également la priorité pour Yannick Jadot : « L’écologie sera absente du second tour mais elle ne devra pas l’être du quiquennat ! » Avec 4,7 % des voix, un score le privant d’un remboursement des frais de campagne, le député européen a également appelé les électeurs écologistes à apporter leur « soutien financier » à EELV. Yannick Jadot a par ailleurs appelé à voter pour Emmanuel Macron le 24 avril pour « faire barrage à l’extrême droite », tout comme Fabien Roussel (2,3 %) et Anne Hidalgo (1,7 %), qui réalise le pire score socialiste à la présidentielle sous la Ve République.

Les autres « petits » candidats ont connu des succès divers : une progression sensible par rapport à 2017 pour Jean Lassalle (3,2 % contre 1,21 % il y a cinq ans), un recul net pour Nicolas Dupont-Aignan (2,1 % contre 4,7 %) et moins de 1 % pour Philippe Poutou (0,8 %) et Nathalie Arthaud (0,6 %).

Participation en forte baisse

On l’annonçait à un record historique, l’abstention a finalement été moins élevée qu’en 2002, où elle avait atteint avec 28,4 %. Selon les principaux instituts de sondage, elle s’établit toutefois à un niveau particulièrement élevé – aux alentours de 25 %, soit une participation de 75 % des électeurs et électrices inscrits. En 2017, le taux de participation s’était établi à 77,77 %.