Présidentielle 2022 : Macron et Le Pen débattent à distance du pouvoir d'achat sur TF1

LIVE Retrouvez l’actualité de la campagne présidentielle à quatre jours du premier tour

X.R et M.P
— 
Emmanuel Macron et Marine Le Pen (montage).
Emmanuel Macron et Marine Le Pen (montage). — ALAIN JOCARD, Eric FEFERBERG / AFP

L’ESSENTIEL

  • Lors de la deuxième soirée « Elysée 2022 » sur France 2, où les candidats étaient interrogés par les journalistes, Emmanuel Macron a annulé sa venue. Pour respecter son temps de parole, un extrait de son meeting a été diffusé.
  • Dans les sondages, Marine Le Pen remonte face au locataire actuel de l’Elysée, désormais créditée de 23 % d’intentions de vote au premier tour par Elabe et Kantar-Epoka.
  • Alors que la campagne se termine vendredi soir, les candidats doivent jeter leurs dernières forces dans la bataille pour convaincre les indécis, alors qu’on annonce une abstention record.

EN VIDEO

A LIRE AUSSI

 

Ce live est terminé, bonne soirée à tous. La synthèse du duel télévisé à distance entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen est à retrouver ici.
18h53 : Valérie Pécresse dans une cité d'Aubervilliers pour parler sécurité et femmes

Valérie Pécresse s'est rendue mercredi après-midi dans une cité d'Aubervilliers, en banlieue parisienne, pour parler sécurité et squats, lors d'un déplacement qui a tourné à l'affirmation de la place des femmes dans la République.

18h40 : Et le chouchou de Borloo, c’est Macron

Rock’n’roll toujours avec Jean-Louis Borloo. L’ancien ministre a certes « de l’estime et de l’affection » pour Valérie Pécresse, mais c’est à Emmanuel Macron qu’il donnera sa voix au premier tour, explique-t-il au Parisien.

« Je ne suis ni son porte-parole ni membre du fan-club », justifie l’ancien président de l’UDI, mais « il est le mieux armé pour répondre aux défis actuels ».

18h33 : Le chouchou de Renaud, c'est Poutou

« Bien sûr, je vais voter, je ne suis pas du camp des abstentionnistes », a déclaré le chanteur Renaud ce mercredi sur RTL.

Oui, mais pour qui ? « Au premier tour, pour choisir un candidat », et au deuxième, «pour en éliminer un, une», a-t-il poursuivi. 

Mais encore ? « Le candidat le plus à l'extrême gauche, quasiment un "anar"».

Soit ? « Philippe Poutou ».

C'est dit.

 «Bien sûr que je vais voter. Je ne suis pas du camp des abstentionnistes»; clame également Renaud
https://t.co/WahXQw0pm1
— RTL France (@RTLFrance) April 6, 2022
17h53 : Nos élections à la télé espagnole


 

17h50 : Petit rappel de la phrase choc du jour


 

17h46 : Un peu moins de la moitié de la propagande électorale distribuée

Un peu moins de la moitié (45,5 %) de la propagande électorale pour le premier tour de la présidentielle a été distribuée par la Poste « mercredi à 12heures », à quatre jours du premier tour, ont affirmé le ministère de l’Intérieur et La Poste. Dans un communiqué commun, ils ont assuré que cette distribution se déroulait « conformément au planning prévu ».

17h45 : Macron et Le Pen sur TF1 ce soir

S’ils ne se croiseront pas sur le plateau, Emmanuel Macron et Marine Le Pen participeront tous les deux à l’émission du 20 Heures de TF1, 10 minutes pour convaincre. Ils seront tour à tour interrogés sur les cent premiers jours de leur présidence, s’ils sont élus le 24 avril, et leurs premières décisions ou gestes symboliques de chef (fe) de l’Etat.

17h30 : Animaux score

Le collectif Engagement Animaux 2022 a lui fait le bilan des engagements des candidats en faveur de la condition animale. Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon obtiennent un score de 98 % d’engagement aux 22 mesures proposées par le collectif. Avec un score de 92 %, Anne Hidalgo s’engage sur tout sauf la chasse. Nathalie Arthaud, Philippe Poutou et Nicolas Dupont-Aignan « se sont engagés sur la majorité des 22 mesures », selon le collectif. Amie des chats, Marine Le Pen obtient « un score moyen, refusant notamment de s’engager sur les problématiques liées à l’élevage ». Les autres candidats n’ont pas répondu.

17h20 : Et après les hologrammes

Les hologrammes de Jean-Luc Mélenchon, mardi soir dans 11 villes de France, visaient déjà à quadriller le territoire. Ils seront suppléés mercredi et jeudi par pas moins de 90 réunions publiques dans toute la France, une au moins par département, et nombre d’entre elles dans des sous-préfectures. Elles seront tenues par des lieutenants et figures de la campagne. Ce qui fait dire aux stratèges Insoumis que leur campagne est « collective ». Un porte-à-porte « géant » est par ailleurs prévu vendredi soir, dans les tout derniers moments de la campagne.

17h15 : « Waterloo »

« Cette campagne électorale n’a ressemblé à aucune autre », a soupiré Valérie Pécresse après une visite au centre pénitentiaire de Nanterre en compagnie de Rachida Dati. « On n’a absolument pas traité les vrais problèmes, notamment la chaîne d’autorité qui commence à l’école et se termine par la réinsertion n’a pas été traitée » a ajouté la candidate LR selon qui « c’est normal, on a d’un côté des extrêmes qui n’ont rien à dire, n’ont jamais gouverné, et de l’autre un Emmanuel Macron pour qui c’est la culture de l’excuse, et l’autorité n’est pas un sujet ». « Nous on va prendre à bras le corps ce sujet », a-t-elle promis en taclant « le Waterloo de la sécurité d’Emmanuel Macron ».

17 heures : « Foi des convertis »

Interrogée sur BFMTV et RMC sur son très faible niveau dans les sondages, Anne Hidalgo a reconnu des « erreurs » passées de la gauche et fait valoir la difficulté pour les idéaux portés par le PS de se retrouver confrontés à la réalité. « Quand on porte un idéal aussi fort sur la justice sociale et quand on accepte de ne pas être dans l’incantation, de relever les manches et de se coltiner à la réalité, forcément il y a des déceptions ». Elle a de nouveau refusé de choisir entre Emmanuel Macron, qui « n’est plus une option pour la gauche », et le candidat LFI Jean-Luc Mélenchon, « une impasse pour la gauche », même s’ils viennent tous deux du PS. Ceux-là « c’est les pires en général quand ils s’en vont : c’est la foi des convertis », a-t-elle lâché.

16h55 : Points communs

La candidate LR Valérie Pécresse s’est trouvé sur Franceinfo deux points communs avec le candidat communiste Fabien Roussel. Demandant des comptes au gouvernement sur les biens des oligarques russes saisis en France, elle a réclamé que les réfugiés ukrainiens soient accueillis dans ces propriétés. Une proposition du candidat PCF, lui a-t-on fait remarquer. « Eh bien j’ai au moins deux points communs avec Fabien Roussel », a-t-elle répondu du tac-au-tac. Le deuxième ? « J’aime la viande ! Une bonne entrecôte ! », a-t-elle lâché, alors que Fabien Roussel a dit son amour de la gastronomie française qu’il définit comme « un bon vin, une bonne viande, du fromage ».

16h50 : Marine Le Pen peut-elle gagner ?

La candidate du Rassemblement national n’a jamais été aussi près du pouvoir, d’après les sondages, mais le cap des 50 % reste encore un défi pour la députée. Marine peut-elle gagner l'élection ? Réponse avec Rachel Garrat-Valcarcel

 

16h15 : Pécresse face au risque du crash de la droite

Passée sous les 10 % dans les sondages, Valérie Pécresse risque un score historiquement bas à la présidentielle, au grand dam de la droite qui s’interroge sur son avenir. « On part du principe que rien n’est joué, il y a des retournements de situation, le message est de rester mobilisé », assure un membre de l’organigramme, sans pour autant cultiver beaucoup d’espoir. « Pour notre famille politique, il faudrait qu’elle fasse 10 à 12 %. Mais j’ai l’impression que ce sera plutôt 8-9 % » soupire-t-il.

Un très mauvais score de Valérie Pécresse dimanche aurait évidemment des conséquences pour l’avenir immédiat de la droite, déjà éliminée dès le premier tour en 2017. « Certains parient sur la défaite pour ramasser les miettes, c’est une logique mortifère », soupire le membre de l’organigramme déjà cité, alors que le parti devra de toutes façons se trouver un nouveau président et une nouvelle direction après les législatives de juin.

 

 

16 heures : Apparition discrète du quotient conjugal dans les débats présidentiels

Passée relativement sous les radars lors de la campagne présidentielle, la proposition d’Emmanuel Macron de permettre aux couples en union libre de déclarer conjointement leurs impôts comme un couple marié ou pacsé fait débat. Le président sortant met en avant une « simplification » collant aux « évolutions de la société » et permettant aux couples en union libre de réduire leurs impôts.

A l’inverse, le candidat écologiste Yannick Jadot et celui de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon proposent de supprimer le quotient conjugal, qui accroît selon eux les inégalités entre les femmes et les hommes.

15h30 : Voter Zemmour, ce tue-l’amour


 

15 heures : Gabriel Attal « appelle les Français à se rendre aux urnes »

« J’appelle les Français à se rendre aux urnes les 10 et 24 avril, parce que c’est une élection majeure, importante », a fait savoir Gabriel Attal lors d’un point presse donné à l’issue du Conseil des ministres ce mercredi. Le porte-parole du gouvernement les a appelés aux urnes « quel que soit le candidat » pour lequel ils voteront. 



Et Gabriel Attal d’argumenter : « Ce qui est attaqué en Ukraine, c’est la démocratie, c’est le droit pour des peuples à disposer d’eux-mêmes et à choisir leurs représentants (…). Nous avons la chance en France de vivre en démocratie, de pouvoir choisir nos représentants, il faut faire vivre ce droit », a-t-il ajouté.

 

14h30 : Marine Le Pen à Avignon jeudi (peut-être)

En cas de qualification pour le second tour, Marine Le Pen tiendra un meeting jeudi prochain à Avignon, selon BFMTV. Et un autre le dimanche 21 avril, à Arras, dans le Pas-de-Calais.

14 heures : On sait où ira voter Anne Hidalgo

Selon France Télévisions, la candidate socialiste Anne Hidalgo votera dimanche à 8h30 dans le bureau de vote du 3 rue Corbon, dans le 15e arrondissement de Paris.

13h30 : Emmanuel Macron s’adresse en 11 vidéos aux habitants d’Outre-mer

Les habitants de Guadeloupe, Martinique, Mayotte et les huit autres départements d’Outre-Mer ont le droit à leur vidéo personnalisée sur la chaîne YouTube du président juste ici.

12h48 : C'est moi l'ouvrier, non c'est moi


 

12h35 : Marine Le Pen en forte hausse, Macron se tasse

Marine Le Pen confirme sa forte progression depuis un mois et atteint 21,5%, encore à bonne distance toutefois d'Emmanuel Macron (26,5%), mais loin devant Jean-Luc Mélenchon, également en hausse (16%), selon un sondage Ipsos/Sopra Steria pour Le Monde, la fondation Jean-Jaurès et le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof). Le président sortant reste en tête (26,5%) mais continue sa décrue (-1,5 point), observée aussi dans d'autres enquêtes.

Jean-Luc Mélenchon (Union populaire) poursuit également sa progression (+ 2 points) et creuse l'écart avec Eric Zemmour (Reconquête!) qui s'érode encore (10%, -1,5), tout comme la candidate LR Valérie Pécresse (8,5%, -1,5 point). A gauche, l'écologiste Yannick Jadot est en baisse (6%, -1 pt), devant le communiste Fabien Roussel et la socialiste Anne Hidalgo, stables à respectivement 3,5% et 2% des intentions de vote. Jean Lassalle (Résistons) est toujours à 2,5% et Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) à 2%. Philippe Poutou (NPA) enregistre 1% des intentions de vote et Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) 0,5%.

12h30 : Enquête ouverte dans l'affaire McKinsey

Le parquet national financier (PNF) a ouvert le 31 mars une enquête préliminaire pour blanchiment aggravé de fraude fiscale après les accusations de la commission d'enquête du Sénat sur l'influence des cabinets de conseil privés sur les politiques publiques, a annoncé mercredi le procureur national financier dans un communiqué.

 

12 heures : Le Pen veut faire oublier sa proximité avec Poutine

A l’approche de la présidentielle, Marine Le Pen tente de faire oublier sa proximité avec la Russie, accusée de massacres en Ukraine, mais reste hostile aux sanctions économiques contre Moscou altérant le pouvoir d’achat des Français. « On aurait pu se foirer » sur la Russie, admet un proche de la candidate du Rassemblement national.

Depuis le début de l’invasion, elle joue la prudence. La candidate convient d’abord avec son équipe de « ne pas jouer au président » de la République, car « on n’a pas les éléments », selon ce proche. Marine Le Pen, refuse ainsi de qualifier Vladimir Poutine de « criminel de guerre » ou de « dictateur », a « retourné un désavantage à son profit, en faisant oublier tout le reste », souligne Nonna Mayer, spécialiste de l’électorat RN.

Marine Le Pen « est obligée de faire une petite opération de lustration pour lever le dernier obstacle pour la campagne du second tour » durant laquelle « se joue la capacité des candidats d’incarner la France à l’étranger », souligne auprès de l’AFP François Heisbourg, de l’International Institute for Strategic Studies (IISS). « Mais si elle avait vraiment des problèmes avec Vladimir Poutine, elle se serait exprimée plus tôt », note l’ancien diplomate.

11h27 : Comment les Français de l’étranger vivent-ils la campagne ?

C'est l'heure de notre podcast. Dans ce numéro de Minute Papillon!, on part interroger les Français de l’étranger, à quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle 2022. Comment vivent-ils cette campagne électorale, parfois loin du territoire ? Est-ce que la présidentielle les intéresse ? Alors qu’une forte abstention est redoutée dans l’hexagone et en outre-mer, ces expatriés vont-ils aller voter ?

 



11h23 : Anne Hidalgo sait avec qui elle matche, elle




 

11h10 : Avec quel candidat matchez-vous ?

La « Boussole présidentielle » du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof) vise à orienter les électrices et électeurs vers le ou la candidate à l’élection présidentielle qui leur correspond le mieux. Lancé en partenariat avec Ouest-France et 20 Minutes, ce projet propose aux utilisateurs de se positionner sur les questions saillantes de la campagne. La « Boussole » est un outil indépendant, à but non lucratif et strictement non partisan. A vous de jouez !



11h05 : Les jeunes s’intéressent enfin à la campagne

Le baromètre OpinionWay - 20 Minutes - Ouest-France - Journaux de Loire mesure chaque mois l’intérêt et la mobilisation de 18-30 ans pour la campagne, mais également leur adhésion et leur confiance dans les candidats. Et à moins d’une semaine du premier tour de la présidentielle, 58 % des jeunes ont l’intention d’aller voter dimanche, d’après notre baromètre OpinionWay-20 Minutes-Ouest-France-Journaux de Loire publié ce mercredi. Un bond de dix points en un mois qui traduit un intérêt accru pour la campagne : 67 % des jeunes se disent intéressés par les débats (+5 points). Plus d'infos ci-dessous avec  Charlotte Murat :




  
 

11 heures : Dupont-Aignan demande au PNF d’enquêter sur Macron

Nicolas Dupont-Aignan a demandé au Parquet national financier d’enquêter sur le patrimoine personnel d’Emmanuel Macron et sur « l’affaire McKinsey ». « Il y a un président de la République qui devrait faire l’objet d’une enquête du parquet financier sur son patrimoine personnel, sur ses déclarations de patrimoine, sur l’affaire McKinsey et il n’y a rien, silence radio », a dénoncé sur Public Sénat le président de Debout la France, pour qui « les Français ont compris qu’il se passait quelque chose de très grave au sommet de l’Etat ».



« Où est le parquet financier ? Le parquet financier a disparu de notre pays », a-t-il critiqué, lui demandant de se saisir de l’affaire des cabinets de conseil. « J’accuse Emmanuel Macron sur les cabinets de conseil », a ajouté le député, pour qui « on serait dans une démocratie normale, le président de la République ne pourrait pas se représenter ».

10h25 : L'adhésion en voix

A partir des résultats de sept instituts de sondage et de quatre configurations de participation électorale, l'Observatoire de la vie politique et parlementaire s'est penché sur l'adhésion du vote au 1er tour c'est-à-dire les différentes situations projetées en voix et non en pourcentages. Résultat: Emmanuel Macron est le seul candidat qui égaliserait et améliorerait en voix son score de 2017 (8.656.346 suffrages) sauf si le taux d'abstention est supérieur à 30%. La gauche s'écroulerait et ne retrouverait son score de 2017 (9.351.239 voix) que sous le seuil de 25% d'abstention. La droite s'écroulerait plus sévèrement encore et ne retrouverait son score de 2017 (14.891.486 voix) que sous le seuil de 22,2% d'abstention, soit le taux d'il y a cinq ans.

10h20 : Dutronc roule pour Roussel

« Je dis souvent : que les cigares changent de bouche ! mais je pense qu’on peut faire une exception », a twitté mardi le candidat communiste Fabien Roussel, après avoir appris que le chanteur Jacques Dutronc, grand amateur de cigares, voulait voter pour lui.



Le chnateur a en effet expliqué sur RTL qu’il souhaitait donner son vote au « Roussellement », terme inventé par Fabien Roussel pour s’opposer au « ruissellement » défendu par Emmanuel Macron. Mais Jacques Dutronc a donné procuration pour son vote, et « je connais bien les gens là-bas, ils ne vont pas voter ce que j’ai demandé ».

10h15 : Qui a fait « une bonne campagne » ?

Marine Le Pen, qui devait dire sur France Inter qui, à part elle-même, faisait une bonne campagne, a estimé que Jean-Luc Mélenchon « incontestablement, a fait une bonne campagne ».

L’entourage du candidat Reconquête Eric Zemmour a également couvert d’éloges la campagne du leader « insoumis » : « une campagne ça se mérite et lui il fait campagne », a-t-on salué.

10h10 : « Ça fout les boules »

Un cadre de la campagne de la socialiste Anne Hidalgo dit s’être étranglé en découvrant la vidéo de soutien de Pierre Larrouturou, eurodéputé Nouvelle donne, à Jean-Luc Mélenchon. « Il n’a été réélu eurodéputé que parce qu’on a lui a laissé la place d’un socialiste (en 2019)… Ça fout les boules ». Quant à l’Insoumis et la main tendue à tous ceux qui veulent travailler avec lui, ce sénateur ironise : « C’est "venez avec la robe de bure et la corde autour du cou et vous serez les bienvenus". »

10h05 : Sandrine Rousseau et la loyauté

La finaliste de la primaire écologiste Sandrine Rousseau, dont la « radicalité » est proche de celle de LFI, s’est adressée sur Twitter à tous les sympathisants de Jean-Luc Mélenchon qui lui ont demandé de rejoindre sa campagne :



Une manière peu enthousiaste de réaffirmer son soutien au candidat écolo Yannick Jadot, plusieurs semaines après avoir été exclue de sa campagne pour des propos incendiaires. Il y a plusieurs jours, Sandrine Rousseau avait admis qu’il était « tentant » pour un électeur de gauche de voter Jean-Luc Mélenchon pour faire barrage à Marine Le Pen, avant de souligner, déjà, sa loyauté à sa famille politique.

10 heures : Ours et fluo pour une soirée électorale kawaï

Nous vous parlions (enfin, notre journaliste politique Rachel Garrat-Valcarcel) de l’habillage de la soirée électorale :



Eh bien aujourd’hui, nous avons découvert l’identité visuelle « un level au-dessus » de la soirée électorale de la télé sud-coréenne. Un régal pour les yeux (et les oreilles) :

 

9h38 : Valérie Pécresse veut « des énergies vertes tous azimuts » après le rapport du Giec

La candidate LR, interrogée sur France Info sur le recyclage des éoliennes et des panneaux solaires, a insisté sur le besoin d’investir massivement dans les énergies renouvelables, deux jours après le dernier volet du rapport du Giec sur les solutions pour lutter contre le dérèglement climatique.



 

9h06 : Marine Le Pen estime qu'elle aurait pu être en tête au premier tour

 

8h24 : Mélenchon ressort ses hologrammes

En troisième place dans les sondages, Jean-Luc Mélenchon caresse toujours l’espoir d’éliminer Marine Le Pen, s’inviter au second tour et y porter le débat sur la retraite et l’écologie. Pour mieux convaincre, le candidat de la France Insoumise se démultiplie sur le terrain : comme en 2017, il a relayé son meeting d’hier soir à Lille dans onze autres villes grâce à des hologrammes.

8h17 : Dans les sondages, Le Pen se rapproche de Macron

Marine Le Pen réalise une lente mais régulière remontée dans les sondages d'intentions de vote du premier tour, étant désormais créditée de 23% contre 28% pour le président sortant, selon un sondage Elabe publié mardi soir. Un autre sondage Kantar-Epoka, également mardi soir, la place de la même manière à 23%, juste derrière le président-candidat à 25%, soit pour lui une chute de quatre points en deux semaines.

8h12 : Zemmour ouvre la voie à une candidature aux législatives

Le candidat d’extrême droite à la présidentielle Eric Zemmour a ouvert la voie mardi à une candidature aux élections législatives en cas de défaite dans la course à l’Elysée. « Je serai candidat, mais je serai au second tour » de la présidentielle, a-t-il assuré lors de l’émission Elysée 2022 sur France 2. « Je n’abandonnerai pas les gens qui m’ont fait confiance », a-t-il ajouté, visiblement troublé, alors qu’il était relancé sur la perspective d’une candidature aux législatives.

8 heures : Sept meetings jeudi

Allez on fait la liste des meetings qui doivent se tenir demain, alors que la campagne se termine vendredi soir : Valérie Pécresse (LR) à Lyon, Marine Le Pen (RN) à Perpignan, Fabien Roussel (PCF) à Lille, Philippe Poutou (NPA) à Toulouse, Anne Hidalgo (PS) à Rouen et Yannick Jadot (EELV) à Nantes, ainsi qu’Eric Zemmour (Reconquête !) au palais des sports à Paris.

7h52 : Philippe Poutou roi du monde

Hier soir sur France 2, le candidat du NPA Philippe Poutou s’est rappelé au bon souvenir du grand débat de 2017, quand il avait épinglé plusieurs candidats sur leurs casseroles en direct. Cette fois-ci, pas d’adversaire sur le plateau, mais l’ouvrier a brossé le portrait de son successeur Eric Zemmour en quelques secondes. Une saillie qui a fait le tour des réseaux sociaux.



 

7h45 : Macron et Le Pen sur TF1 ce soir

Les prémices du débat de l’entre-deux tours ? S’ils ne se croiseront pas sur le plateau, Emmanuel Macron et Marine Le Pen participeront tous les deux à l’émission du 20 Heures de TF1,  10 minutes pour convaincre. Ils seront tour à tour interrogés sur les cent premiers jours de leur présidence, s’ils sont élus le 24 avril, et leurs premières décisions ou gestes symboliques de chef (fe) de l’Etat.

Bonjour et bienvenue sur ce live !

Le premier tour de la présidentielle est dans quatre jours, alors pas question de lâcher la campagne ! On va suivre avec vous toutes les déclas du jour, les déplacements des candidats, parler sondages et propositions.