Présidentielle 2022 : La SPA demande un Défenseur des droits des animaux

PROTECTION « Le Défenseur des droits des animaux aura un rôle calqué sur celui du Défenseur des droits », précise la SPA

20 Minutes avec AFP
 81 % des Français se déclarent sensibles aux questions ayant trait à la condition et à la protection animales.
81 % des Français se déclarent sensibles aux questions ayant trait à la condition et à la protection animales. — Pixabay

Chiens faméliques, cerf abattu, chat malade... Dans un clip, posté sur les réseaux sociaux, la SPA  demande au futur président de la République de nommer dès son investiture un Défenseur des droits des animaux pour condamner toutes formes de maltraitance.


A l'approche des élections, la SPA martèle ses ambitions : faire abolir la corrida, en finir avec l'animal objet et la vente de tous les animaux de compagnie en animalerie et faire interdire la chasse à courre en affirmant que «cette autorité indépendante centralisera, contrôlera et multipliera les actions pour garantir le respect du bien-être animal».

«Un rôle calqué sur celui du Défenseur des droits»

A travers cette vidéo sur fond d'images qu'elles a filmées au cours d'opérations de sauvetages ou d'enquêtes, la SPA «en appelle à la mobilisation des citoyens pour faire émerger cette idée, dont nous devons le concept au président Robert Badinter», explique-t-elle.

«Le Défenseur des droits des animaux aura un rôle calqué sur celui du Défenseur des droits», dit-elle jugeant que «sa nomination incarnera un véritable tournant dans la perception de l'animal dans la société». L'action de cette autorité indépendante s'étendra à toutes les espèces d'animaux et à toutes les situations de leur rapport aux humains.

«La relation Homme-Animal, un bien précieux»

Elle devra remplir un triple rôle : rendre à l'Etat le rôle moteur qui doit être le sien en termes de protection animale et pour cela, dresser un état des lieux ; proposer toute avancée législative et réglementaire ; disposer du pouvoir de mobiliser les autorités judiciaires et administratives dans toute question relative à sa charge.

«En cette période de tension, la relation Homme-Animal est un bien précieux qu'il faut préserver et soutenir. Qui de mieux qu'un Défenseur des Droits des Animaux pour y parvenir ?» fait valoir Jacques-Charles Fombonne, président de la SPA.

81% des Français sensibles à la protection animale

Selon un sondage Ifop pour l'association «Engagement Animaux 2022», composée d'une trentaine d'ONG de protection animale, 81 % des Français se déclarent sensibles aux questions ayant trait à la condition et à la protection animales.

Ce sondage été réalisé le 15 mars auprès d'un échantillon de 1.005 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.