Droit de vote à 16 ans : Le Conseil économique et social se dit pour

URNES Le Cese affirme qu’une telle mesure permettrait de donner plus de responsabilités aux jeunes et d’en faire des « citoyens à part entière »

20 Minutes avec agences
Une urne dans un bureau de vote de Saint Vincent d'Olargues (Hérault) lors des élections européennes (illustration).
Une urne dans un bureau de vote de Saint Vincent d'Olargues (Hérault) lors des élections européennes (illustration). — LODI Franck/SIPA

Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) s’est prononcé mercredi pour un abaissement du droit de vote à l’âge de 16 ans, dans un avis intitulé « Engagement et participation démocratique des jeunes », où il « sonne l’alarme » face à l’abstention des jeunes. Cet avis a été approuvé en assemblée plénière par 137 voix pour et 23 abstentions sur 160 votants.

Les groupes Agriculture, Artisanat et Professions libérales, Coopération, Entreprises, Familles ont fait part de leurs réserves sur un abaissement de la majorité électorale, estimant nécessaire « d’engager une expertise approfondie de l’impact sociologique et électoral » de la mesure. L’idée est défendue dans le cadre de l’élection présidentielle par Yannick Jadot (EELV) et Anne Hidalgo (PS). Au sein de la majorité, elle n’a jamais trouvé beaucoup d’écho.


« Une vision profonde de confiance »

Rappelant que « plus d’une quinzaine d’Etats ou entités autonomes » ont instauré le droit de vote à 16 ans, l’avis souligne que « plus qu’une simple possibilité de voter ou qu’une mesure devant permettre l’augmentation de la participation, il s’agit d’une vision profonde de responsabilisation et de confiance envers les jeunes, afin de les inclure et d’en faire des citoyens à part entière ». L’avis formule 20 autres préconisations.

La 12e propose d’octroyer aux jeunes de 18 ans les mêmes droits et aides qu’à leurs aînés, alors qu’ils doivent aujourd’hui attendre d’avoir 25 ans pour toucher le RSA. Là encore, les groupes Agriculture, Artisanat et Professions libérales, Coopération, Entreprises, Familles ont marqué leur désaccord, soulignant que son effet sur la participation électorale « n’est pas démontré » et qu’elle pourrait avoir un effet « désincitatif pour des jeunes à s’engager dans une formation en apprentissage ».

Un taux d’abstention record chez les 18-24 ans

Autres propositions : l’abaissement des seuils de signataires permettant le déclenchement des référendums d’initiative partagée, la comptabilisation du vote blanc dans les suffrages exprimés, l’instauration d’une dose de proportionnelle aux élections législatives, la création d’un statut de l’élu, la limitation à trois du nombre de mandats consécutifs pour les parlementaires ou les élus locaux. Le texte a été élaboré à la suite d’une saisine du Premier ministre Jean Castex en septembre. De manière inédite, 12 citoyens tirés au sort ont participé à l’ensemble des réunions de travail des membres du Cese impliqués.

Devant le Conseil, la Secrétaire d’Etat chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, Sarah El Haïry, a promis que l’ensemble des préconisations seraient « étudiées, travaillées voire expérimentées », sans cacher que certaines n’obtiendraient pas « l’aval du gouvernement ». A l’origine de cette saisine, le constat d’un taux d’abstention record chez les 18-24 ans (87 % lors du premier tour des élections régionales et départementales de 2021), et un phénomène de « mal-inscription » massif (55 % dans la tranche des 25-29 ans).