Présidentielle 2022 : Accusé d’emploi fictif, le candidat communiste Fabien Roussel assure avoir des preuves de son travail

DEFENSE « A un mois et demi du premier tour, un truc qui sort comme ça, je me suis dit, sereinement, "c’est le jeu" », a déclaré Fabien Roussel

20 Minutes avec AFP
— 
Présidentielle 2022: Fabien Roussel répond aux attaques de Mediapart — 20 Minutes

Le candidat communiste Fabien Roussel, mis en cause par Mediapart qui l’accuse d’avoir été payé entre 2009 et 2014 comme assistant parlementaire sans avoir réellement travaillé, a assuré lundi qu’il avait « les documents » prouvant son activité.

« Je dis aujourd’hui que j’ai travaillé pendant ces cinq années avec (l’ex-député du Nord) Jean-Jacques Candelier, avec les collègues que j’avais auprès de lui. Jean-Jacques comme eux pourront témoigner du travail que nous avons fait ensemble », a-t-il déclaré sur Europe 1.

Roussel montrera les « documents de travail »

« J’ai été avec lui, et sans lui, pour suivre des conflits dans le Douaisis, chez lui, (…) j’ai les documents du travail que j’ai fait avec lui sur ces sujets, avec des syndicalistes », a assuré Fabien Roussel : « Je les montrerai ».

« J’ai des documents des combats que nous avons menés ensemble sur ce terrain-là dans les bassins miniers », a-t-il poursuivi, assurant que l’ancien député « était fier d’avoir un responsable politique comme collaborateur ». Dans un communiqué, Jean-Jacques Candelier s’est dit lundi « surpris et indigné de l’article laissant entendre que Fabien Roussel ne travaillait pas pour [lui] ».

« Jamais gagné 3.000 euros par mois »

« Il était un collaborateur précieux et efficace, sur le terrain, constamment en relation avec de nombreux acteurs syndicaux, des élus, des habitants du Douaisis comme de tout le bassin minier et du Nord-Pas de Calais », affirme l’ex-député, qui précise que Fabien Roussel « avait une connaissance très fine de la situation économique et sociale, mais aussi des liens étroits avec de nombreux acteurs du territoire ». « C’est pour cela que je l’ai embauché », souligne-t-il.

Fabien Roussel a aussi assuré que son travail était « dans tous les discours, les questions écrites, les combats, les lois déposées par Jean-Jacques Candelier ». Le candidat, qui a affirmé être trop respectueux du travail des journalistes pour le remettre en cause, a précisé qu’il n’avait cependant « jamais gagné 3.000 euros par mois comme l’écrit Mediapart ». « J’ai commencé à 2.460 nets, j’ai fini à 2.700 ».

Des « gens en guerre contre moi »

« Ils ont enquêté en interrogeant des gens qui sont en guerre contre moi. Je n’ai pas que des amis, c’est normal (…) Mais j’ai des dizaines de personnes qui pourront dire ce que nous avons fait ensemble, les combats que nous avons même gagnés ensemble avec Jean-Jacques Candelier », a-t-il affirmé.

« A un mois et demi du premier tour, un truc qui sort comme ça, je me suis dit, sereinement, "c’est le jeu" », a encore déclaré Fabien Roussel, qui a officiellement déposé sa candidature au Conseil constitutionnel « ce week-end », après avoir obtenu ses 500 parrainages​.