Présidentielle 2022 : Les candidats de droite et Darmanin au chevet ce mercredi des policiers

SECURITE Pécresse, Zemmour et Le Pen participeront au « grand oral » du syndicat Alliance. Hidalgo, Roussel et Jadot ont décliné l’invitation et Mélenchon n’a pas été convié

20 Minutes avec AFP
— 
Des policiers lors d'une manifestation de l'Education nationale, à Paris le 13 janvier 2022.
Des policiers lors d'une manifestation de l'Education nationale, à Paris le 13 janvier 2022. — zz/GWR/STAR MAX/IPx/AP/SIPA

Une partie des candidats à la présidentielle vont venir écouter ce mercredi les doléances des  policiers​. Une partie seulement car si Alliance, un des principaux syndicats de la profession, a invité mercredi quelques-uns des prétendants à l’Elysee, la gauche ne sera pas représentée à ce « grand oral » sur les questions de sécurité.

Valérie Pécresse (LR), Gérald Darmanin au nom du candidat putatif LREM  Emmanuel Macron,  Eric Zemmour (Reconquête !) et  Marine Le Pen (RN) sont attendus pour ce débat qui se tiendra au cinéma le « Club de l’étoile » à Paris à partir de 11h30. La candidate PS  Anne Hidalgo et le communiste  Fabien Roussel ont décliné l’invitation, tout comme  Yannick Jadot (EELV).

Quant à Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise), Alliance ne l’a pas invité. « Quel intérêt de discuter avec un candidat qui ne fait que prôner la haine anti-flic, le police bashing ? », a justifié le secrétaire général d’Alliance Fabien Vanhemelryck, « ça n’aurait pas fait avancer le débat ». « On est pas là pour noter les candidats, mais pour faire vivre le débat sur un sujet primordial pour les Français », a poursuivi le syndicaliste, qui a dit « regretter » l’absence des autres candidats de gauche.

Les participants viendront un par un devant l’auditoire. Ils disposeront de 15 minutes pour exposer leur « vision de la sécurité de demain » avant de répondre aux questions de la salle. Certaines porteront sur des aspects techniques, comme le maintien de l’ordre par exemple, ou des aspects plus généraux tels que la réforme des retraites ou la protection du policier.

Projection du film Bac Nord

Pour lancer le débat, premier du genre pour un syndicat policier, Alliance a choisi de projet le film Bac Nord, qui s’inspire de l’histoire vraie de trois policiers mis en cause pour leurs dérives dans les quartiers Nord de  Marseille. Plusieurs candidats de droite et d’extrême droite s’y sont référés pour appuyer leurs propositions sécuritaires, au grand dam de son réalisateur Cédric Jimenez. Des policiers impliqués dans l’affaire seront d’ailleurs présents au débat.

Sujet de préoccupation pour les Français la lutte contre la délinquance donne lieu à de nombreuses propositions des candidats à la présidentielle. Marine Le Pen promet un budget en hausse de 7,7 milliards d’euros sur cinq ans pour créer 7.000 postes de policiers et gendarmes et doubler le nombre de magistrats. Elle a aussi critiqué la notion de « défense excusable » qu’Eric Zemmour veut introduire pour riposter aux « voyous ». De son côté, Valérie Pécresse défend « l’impunité zéro » pour réduire l’insécurité. Même s’il n’a pas encore officiellement sollicité un deuxième mandat, Emmanuel Macron veut lui doubler le nombre de policiers sur le terrain d’ici à 2030.