Présidentielle 2022 : En meeting à Cannes, Eric Zemmour s’affiche avec Gilbert Collard, sa nouvelle prise

RALLIEMENT Lors de son déplacement dans les Alpes-Maritimes, le candidat à la présidentielle a une nouvelle fois demandé aux électeurs du RN et de LR de le rejoindre

20 Minutes avec AFP
— 
Eric Zemmour et Gilbert Collard lors d'un meeting de campagne au Palais des Victoires, à Cannes le 22 janvier 2022.
Eric Zemmour et Gilbert Collard lors d'un meeting de campagne au Palais des Victoires, à Cannes le 22 janvier 2022. — SYSPEO/SIPA

En meeting à Cannes samedi soir, Eric Zemmour en a profité pour exhiber sa nouvelle prise au sein des troupes du RN. L’Eurodéputé,  Gilbert Collard était ainsi présent au Palais des Victoires, une salle de 4.000 places pleine pour le candidat à  la présidentielle, en conclusion de son déplacement dans les Alpes-Maritimes.

L’avocat de 73 ans, qui était relativement marginalisé au RN, a souligné n’avoir « rien contre Marine Le Pen. Je ne dirai jamais rien contre elle », avant de faire l’éloge de son nouveau champion. Eric Zemmour a quant à lui multiplié les appels à « l’union des droites » entre électeurs du RN et de LR, pour « stopper immigration et assistanat ».

Les kebabs dans le viseur de Zemmour

Après plusieurs affaires de « squats » fortement médiatisées dans la région, le candidat Reconquête ! a aussi dénoncé le « scandale » des « violations de domiciles » et promis « l’expulsion immédiate des squatteurs sans passer par les tribunaux ». « Je ne veux pas de kebab dans tous les villages de France ! », a-t-il également lâché sous les vivats.

Samedi matin, le candidat a déambulé deux heures durant au marché Forville de Cannes, recevant un accueil favorable. Il était entouré de deux transfuges du RN : l’eurodéputé Jérôme Rivière et l’ancien membre de Génération identitaire Damien Rieu. De sensibilité proche de Marion Maréchal, ils ont en commun d’invoquer « l’union des droites », l’identité catholique de la France, et de juger que Marine Le Pen s’est « ramollie » dans son discours anti-immigration.

La réponse du Rassemblement national ne s’est pas fait attendre. « Les égos surchauffent et les trahisons baignent dans tous les rubicons des aigreurs et des jalousies puériles », a fustigé sur Twitter Louis Aliot, le maire RN de Perpignan, resté fidèle au camp Le Pen. De nombreux élus et militants RN postent aussi des photos de Marine Le Pen avec le mot-dièse #fidélité.

Le Pen toujours devant

La candidate aura, elle, l’occasion de réagir ce dimanche, lors de son passage à l’émission Dimanche en politique sur France 3. Puis la semaine prochaine, elle se rendra à Madrid auprès de partis alliés, pour afficher sa stature internationale. La candidate a déjà annoncé la présence de l’eurodéputé Nicolas Bay en Espagne, en réponse aux rumeurs sur son possible ralliement à Eric Zemmour.

A ce stade, la candidate du RN reste au-dessus d'Eric Zemmour (autour de 13 %) dans les enquêtes d’opinion, qui la placent au coude-à-coude avec la candidate de la droite Valérie Pécresse, souvent autour de 17 ou 18 % au premier tour, mais loin derrière Emmanuel Macron (24 % à 25 %).