Présidentielle 2022 : Christiane Taubira en Seine-Saint-Denis pour son premier déplacement

DEJA EN CAMPAGNE? Premier bain de foule pour l’ancienne garde des Sceaux après l’annonce de sa probable candidature à l’élection présidentielle

20 Minutes avec AFP
— 
L'ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira.
L'ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira. — AFP

Christiane Taubira, qui a dit vendredi « envisager » une candidature à la présidentielle, s'est déplacée ce samedi matin à  Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) pour une déambulation « autour du marché de Noël puis de la Basilique cathédrale », « à la rencontre des gens », précise son entourage. 

Il s’agit du premier déplacement de campagne de l’ancienne garde des Sceaux après sa prise de parole vendredi sur les réseaux sociaux assurant « envisager d’être candidate à l’élection présidentielle », tout en « donnant rendez-vous à la mi-janvier » à ses sympathisants, favorables en grande partie à une « union » de la gauche pour avril 2022.

Elle était accompagnée à 10h30 du maire socialiste de Saint-Denis Mathieu Hanotin, pour « visiter le marché de Noël et les activités mises en place par la mairie », notamment à destination des « enfants qui ne partent pas en vacances », a précisé une source proche de Christiane Taubira. 

Saint-Denis « est à la fois notre histoire et notre avenir »

Puis, elle est s'est rendu en fin de matinée autour de la Basilique dans le centre-ville pour évoquer « le projet » de la ville de devenir « Capitale européenne de la culture en 2028 ». Saint-Denis « est à la fois notre histoire et notre avenir, pleine d’énergie, de promesses et de défis », avait jugé Christiane Taubira sur Twitter vendredi en fin d’après-midi.

La jeunesse et les enjeux sociétaux et culturels étaient au cœur des priorités évoquées par l’ancienne ministre de François Hollande dans son intervention matinale, disant vouloir notamment « ouvrir un chemin commun » pour « inventer l’avenir ».

La potentielle candidature de Christiane Taubira, qui veut « parler à tous et écouter », ne manque pas de faire réagir à gauche, où les prétendants déjà déclarés à l’Elysée, hormis Anne Hidalgo, refusent à ce stade de se rassembler autour d’une candidature commune.