Présidentielle 2022 : Xavier Bertrand et Valérie Pécresse affichent leur unité dans le Nord

RASSEMBLEMENT Valérie Pécresse, grande gagnante du congrès LR et candidate à la présidentielle, s’est déplacée ce vendredi dans le Nord chez Xavier Bertrand, grand perdant de l’investiture

François Launay
— 
Valérie Pécresse et Xavier Bertrand lors d'une réunion publique à La Madeleine (Nord).
Valérie Pécresse et Xavier Bertrand lors d'une réunion publique à La Madeleine (Nord). — AFP
  • Les deux ex-adversaires n’ont pas hésité à afficher leur unité retrouvée pour remporter la présidentielle.
  • Un rassemblement qui semble avoir plu aux militants présents dans la salle.

« Mon cher Xavier », « ma chère Valérie », regards doux et accolades appuyées, l’heure était à la câlinothérapie chez Les Républicains vendredi matin dans la métropole lilloise. Après avoir rencontré cette semaine tous ses concurrents à la primaire sur leurs terres (Ciotti, Juvin et Barnier),  Valérie Pécresse, désignée candidate du parti à la présidentielle, est venue terminer son tour des battus dans le Nord chez   Xavier Bertrand, le grand perdant du scrutin.

Au programme : un café en tête à tête le matin sur la Grand’Place de Lille, une visite d’entreprise à Croix et une réunion publique en forme de mini-meeting en fin de matinée à La Madeleine, commune limitrophe de Lille.

La tristesse de Xavier Bertrand

Dans la salle communale, de nombreux élus du Nord mais aussi une bonne centaine de militants LR de la région sont venus assister aux échanges d’amabilité entre les deux anciens rivaux qui appellent désormais à l’unité de la famille de la droite.

Un message martelé par Xavier Bertrand qui n’a pas non plus cherché à cacher sa désillusion après la claque reçue la semaine dernière. « Je voudrais dire à tous ceux et celles qui m’envoient des messages et qui me demandent : alors comment ça va ? Pas trop déçu ? La première des choses, c’est que j’ai ressenti une profonde tristesse, après les résultats et après avoir dit mon soutien à Valérie, pour toutes celles et ceux qui étaient tristes », a débuté le président des Hauts-de-France.

Pécresse passe de la pommade dans le dos de Bertrand

Avant d’appeler à soutenir sans arrière-pensées son ex-adversaire pour la présidentielle. « Il y a des choses qui dépassent les ambitions personnelles : le sens des responsabilités, le sens de l’Etat et le sens des Français. Si vous ne voulez pas que notre pays soit confronté à des difficultés plus importantes dans les cinq années qui viennent, alors faites le choix de Valérie Pécresse », a scandé Xavier Bertrand sous les applaudissements des militants.

Un discours qui est allé droit au cœur, enfin semble-t-il, de Valérie Pécresse qui a adressé une belle accolade à son ex-adversaire. Avant de lui passer un tube de pommade dans le dos une fois arrivée à la tribune en s’adressant aux adhérents nordistes.

« Je sais que vous êtes un peu déçu, je sais que certains d’entre vous doivent être un peu tristes depuis quelques jours. Mais je voulais vous dire une chose : les combats qu’on perd à 1 % sont les défaites les plus difficiles mais ce sont aussi les défaites dans lesquelles on montre son caractère et dans lesquelles on montre le cuir dont est fait. Et Xavier Bertrand est fait du cuir des hommes d’Etat. Xavier, tu es indispensable dans cette campagne qui s’ouvre ». Ovation générale, émotions garanties, ne manquaient plus que les violons et les lampions pour se croire à un discours de mariage.

Macron ciblé, Royal ovationné

Et pour célébrer cette union entre ces deux cadors de la droite, qui avaient quitté LR avant d’y revenir, un adversaire commun a été désigné : Emmanuel Macron. Le président de la République, après « un quinquennat de malheur » dixit Xavier Bertrand, est clairement la cible des Républicains pour la présidentielle. Talonné dans les derniers sondages par Valérie Pécresse, le chef de l’Etat en a pris pour son grade. « Notre ardente obligation est de mettre fin à ce quinquennat pour rien, à ce quinquennat qui a abîmé la France, à ce quinquennat qui a fracturé la France comme jamais et dans lequel les Français ne se sentent pas entendus ni respectés », lâche la candidate LR. 

Des autres candidats à la présidentielle, il n’en sera pas fait question nommément. Même si, à la surprise générale, Ségolène Royal a eu droit à une ovation d’élus et militants LR (si, si) sous l’injonction de Valérie Pécresse. Du jamais vu, tout simplement. « A l’issue du congrès, elle a dit qu’elle saluait l’élégance des hommes des Républicains. En ajoutant que les socialistes n’avaient pas eu cette élégance quand elle avait gagné la primaire du PS [2006]. Je vais faire applaudir pour la première fois Ségolène Royal dans une réunion militante des Républicains. »

Moins surprenant, les mots d’ordre du programme de la candidate martelés pendant le discours : ordre, sécurité, immigration, retraites. Puis en s’inspirant des exemples Margaret Thatcher au Royaume-Uni et d’Angela Merkel en Allemagne, Valérie Pécresse a salué « l’audace » des militants LR d’avoir désigné pour la première fois une femme comme candidate de la droite. N’en jetez plus pour conquérir définitivement des militants heureux de voir leur famille unie. Et peu importe si la plupart d’entre eux n’avaient pas fait de Pécresse leur favorite lors du congrès.

Des militants heureux de l’unité retrouvée

Retraités, Alain et Servane ont voté Ciotti aux deux tours mais soutiennent désormais leur candidate sans réserve. « On va voter Pécresse car on veut foutre Macron dehors. On veut que la droite revienne au pouvoir. » Même son de cloche chez Roger, pourtant partisan de Bertrand à la primaire. « Je n’ai aucun pincement au cœur. C’est une excellente candidate et elle m’épate à chaque fois qu’elle prend la parole. Pour moi, Macron est trop mou. Il veut plaire à tout le monde mais il ne plaît à personne », assure ce retraité lillois.

Soutien de Xavier Bertrand à la primaire, Arnaud ne regrette pas non plus la défaite de son champion, bien au contraire. « J’aurais été déçu s’il n’y avait pas eu de rassemblement. Pour moi, c’est formidable. On a trouvé une femme politique qui rassemblait rapidement et on est prêt à gagner. C’était le bon choix. C’est un nouveau chapitre pour LR ».

Oublier la campagne cauchemar de Fillon en 2017

A croire qu’après la campagne cauchemardesque de François Fillon en 2017, les militants voulaient surtout retrouver l’unité de leur famille politique. Maire de La Madeleine et soutien de Fillon il y a cinq ans, Sébastien Leprêtre compare les deux périodes. « Ce rassemblement est bien plus qu’une image, c’est une réalité. Il y a cinq ans, on sentait bien que le rassemblement n’était pas au rendez-vous à l’issue du vote. Là, on sent que c’est réel. Tous les candidats de la primaire sont vraiment derrière Valérie Pécresse. Je ne sens pas une mise en scène. Ça fait dix ans que la droite n’a pas exercé le pouvoir au niveau national. L’enjeu nécessite aussi que chacun se rassemble », insiste l’élu.

Qu’importe le candidat, pourvu qu’on retrouve l’Elysée, c’était le mot d’ordre partagé par le cœur ou la raison des LR vendredi dans le Nord. Reste à voir si le mur de l’unité ne se lézardera pas d’ici le 10 avril, date du premier tour de la présidentielle.