Présidentielles 2022 : Eric Zemmour n’est pas raciste mais « hystérise le débat », selon Gérard Larcher

STRATEGIE POLITIQUE Pour le président LR du Sénat, le candidat non déclaré à l’élection de mai « abîme la nation alors qu’il prétend la réhabiliter »

M.F avec AFP
— 
Gérard Larcher, président LR du Sénat.
Gérard Larcher, président LR du Sénat. — J.M. HAEDRICH/SIPA

Interrogé dans les colonnes du JDD sur le fait de savoir si Eric Zemmour était raciste, Gérard Larcher a répondu par la négative. Le président LR du Sénat n’y est cependant pas allé de main morte sur les critiques. « Je n’aime pas sa façon de réécrire l’Histoire. Il hystérise le débat. Il divise, il fracture, alors qu’il faut rassembler. » Selon le sénateur, « il abîme la nation alors qu’il prétend la réhabiliter », or « la France, ça ne peut pas être : haïssez-vous les uns les autres ».

Pour autant, Gérard Larcher juge qu’Eric Zemmour « aborde de vraies questions ». Par exemple, « nos capacités d’intégration et d’assimilation sont saturées », clame le parlementaire.

« Un phénomène électoral »

Alors qu’Eric Zemmour n’est pas déclaré candidat à la présidentielle mais est donné par certains sondages au coude-à-coude avec Marine Le Pen pour rallier le second tour, Gérard Larcher reconnaît qu’il constitue « un phénomène électoral ».

« C’est un miroir que nous tendent des millions de Français, qui nous reprochent nos renoncements, notamment sur la question migratoire, l’insécurité et l’identité », explique-t-il. A ses yeux, « il n’y aurait ni phénomène Le Pen ni phénomène Zemmour si nous avions mieux traité ces questions ».

Gérard Larcher rend hommage au dernier président de la droite classique en date : « Quand Nicolas Sarkozy avait voulu ouvrir le débat sur l’identité nationale, on s’interrogeait, moi le premier. Mais il avait raison ».