Présidentielle 2022 : François Hollande regrette que la gauche fasse « comme si elle avait déjà perdu ces élections »

PS Selon l’ancien président, il est pourtant possible d’avoir une majorité électorale pour la gauche, malgré la candidature de Jean-Luc Mélenchon

M.F avec AFP
— 
François Hollande, ancien président de la République.
François Hollande, ancien président de la République. — Romain GAILLARD-POOL/SIPA

La gauche aurait-elle jeté l’éponge avant même d’entrer dans l’arène ? Alors que l’élection présidentielle est dans six mois maintenant et que la campagne ne devrait plus tarder à commencer, « la gauche fait comme si elle avait déjà perdu ces élections », a regretté mercredi François Hollande sur France Inter. Certains disent « « on va enjamber la présidentielle, et nous allons préparer les législatives ». Mais il n’est pas possible de gagner aux législatives quand on a été morcelé à la présidentielle », a estimé  l’ex-président.

Selon lui, si Emmanuel Macron se trouve en haut des intentions de vote c’est simplement parce qu’il « n’y a pas d’alternative sérieuse ». D’après l’ancien candidat du Parti socialiste, il est pourtant « possible d’avoir une majorité électorale pour la gauche. Ceux qui sont difficiles à concilier hélas, ce sont les appareils partisans, et un certain nombre de personnalités qui ne veulent pas l’unité ».

Mélenchon est « un fardeau pour la gauche »

Il a réitéré les critiques formulées dans son livre Affronter paru ce mercredi, concernant Jean-Luc Mélenchon : « Oui c’est un fardeau pour la gauche », « par ses positions, par sa personnalité » il « interdit un programme et un gouvernement communs ».

Pour que la gauche puisse arriver au pouvoir, François Hollande considère encore qu’il faut « une personnalité, une candidature, que j’estime devoir être social-démocrate, pour être la force principale autour de laquelle l’union se fait au second tour ». Mais pour l’instant, juge-t-il, « il n’y a pas de début de campagne » d’Anne Hidalgo, « c’est dans les semaines qui viennent qu’il y aura l’affirmation d’un projet ».

« Au secours le zombie Hollande est de retour »

Interrogé sur son rôle dans l’état de la gauche, François Hollande répond : « La gauche, je l’ai laissée il y a cinq ans, je veux bien croire à ma responsabilité (…) mais depuis cinq ans, est-ce que la gauche a travaillé, a bâti un programme ? ». Les commentaires de l’ancien président, qui avait déjà brocardé lundi dans le journal Le Parisien, les « candidatures lilliputiennes » à gauche et Emmanuel Macron, « un voyageur sans boussole », ont suscité de vives critiques à gauche et dans la majorité mardi.

« Au secours le zombie Hollande est de retour. Plus méchant que jamais il mord tout ce qui bouge. Changez de trottoir quand il passe », a réagi le leader LFI sur Twitter. Lieutenant de Jean-Luc Mélenchon, le député LFI Adrien Quatennens l’a qualifié de « fossoyeur de la gauche ».

« Chez François Hollande l’amertume est plus forte que tout. Il démolit son camp, étrille ses adversaires, étale sa rancœur, mais jamais ne se place à la hauteur de ce que devrait être celle d’un ancien Président. Il est devenu le commentateur aigri de la vie politique du pays », a commenté le député LREM Pieyre-Alexandre Anglade.