Hauts-de-France : Qui sont les nouveaux présidents des cinq départements de la région ?

POLITIQUE A l’instar du président des Hauts-de-France, les présidents des cinq départements de la région ont été élus à leur tour cette semaine

Mikaël Libert
— 
L'hémicycle du conseil départemental du Nord.
L'hémicycle du conseil départemental du Nord. — M.Libert / 20 Minutes
  • Les assemblées départementales ont élu leurs présidents respectifs jeudi.
  • Parmi les cinq départements des Hauts-de-France, le seul à changer de tête est le Nord.
  • Jean-René Lecerf ne s’est en effet pas représenté, laissant sa succession à Christian Poiret.

Comme les présidents des régions, les présidents des départements sont élus au suffrage universel indirect. Au cours de cette semaine, les assemblées des cinq départements de la région des Hauts-de-France se sont réunies pour installer les nouveaux conseillers départementaux, lesquels ont élu leurs présidents. Pas de surprise au menu, mais, là encore, une prime aux sortants.

Le Nord change de tête mais pas de ligne

L’ancien patron du département, Jean-René Lecerf (DVD), ne s’était pas représenté. Il n’a toutefois pas manqué de soutenir son poulain, Christian Poiret, le maire de Lauwin-Planque. Ce dernier, réélu de justesse dans le canton de Douai, dimanche dernier, l’a été plus largement (52 voix sur 82), jeudi, dans l’hémicycle du Nord. Pour autant, Christian Poiret ne débarque pas au sein de l’institution. Depuis 2015, il en était d’ailleurs premier vice-président en charge des finances. Il a assuré vouloir « travailler de manière constructive » avec les élus de toutes sensibilités. Notamment les écologistes, qui font leur entrée dans l’hémicycle pour la première fois.

Leroy sacré à nouveau dans le Pas-de-Calais

Dimanche dernier, le socialiste Jean-Claude Leroy avait été largement réélu dans son canton de Lumbres, dont il avait été maire. A la tête du département depuis 2017, il n’a eu aucun mal à se faire réélire, jeudi, aucun autre parti n’ayant présenté de candidat.

Si la majorité de gauche a été renforcée de quatre sièges supplémentaires par rapport au mandat précédent, l’éventail politique de l’assemblée est très coloré. Pas moins de neuf tendances sont représentées, majoritairement de gauche. Le RN garde six sièges, dont un pour la patronne du parti, Marine le Pen. A noter aussi l’entrée dans l’hémicycle de la ministre Brigitte Bourguignon.

Continuité dans l’Aisne, la Somme et l’Oise

L’UDI Nicolas Fricoteaux se succède à lui-même. Lui aussi a été réélu, dimanche, dans son canton. Et lui aussi a été réélu, jeudi, à la tête du département. Il fait même mieux, puisqu’il a désormais une majorité qui passe à 36 élus sur 42. L’opposition de gauche compte 12 sièges, dont six pour les écologistes.

Dans la somme, c’est aussi le président sortant qui a retrouvé son siège. Stéphane Haussoulier. Jeudi, il a recueilli 26 voix, contre 18 pour Zohra Darras candidate de l’union de la gauche et des écologistes.

En enfin dans l’Oise, Nadège Lefebvre est elle aussi réélue. La majorité reste très largement à droite avec 34 sièges, contre huit sièges à gauche et aucun représentant écologiste.