Résultats départementales en Hauts-de-France : RN en recul, Le Pen et Darmanin élus… Cinq choses à retenir du scrutin dans la région

POLITIQUE Marquées par un fort taux d’abstention, les départementales dans les Hauts-de-France ont été avares en surprises

François Launay
Le Ministre de l'Interieur, Gerald Darmanin, a été élu conseiller départemental du Nord
Le Ministre de l'Interieur, Gerald Darmanin, a été élu conseiller départemental du Nord — J.E.E/SIPA
  • Les élections départementales n’ont pas mobilisé les foules dans la région des Hauts-de-France.
  • Parmi les enseignements à retenir figurent le net recul du RN mais aussi l’arrivée d’élus écologistes au département du Nord.

Elles n’ont pas passionné les foules. Comme les régionales, les élections départementales ont été marquées par un fort taux d’abstention. Avec seulement 34 % de participation dans la région, le scrutin a été clairement déserté par les électeurs. Retout sur les enseignements à tirer de ce scrutin dans les cinq départements (Aisne, Nord, Oise, Pas-de-Calais, Somme) qui composent la région Hauts-de-France.

Une large prime aux sortants

Parmi les cinq départements de la région, aucun n’a basculé lors de ces élections. La Somme, l’Oise, l’Aisne et le Nord restent à droite tandis que le Pas-de-Calais garde la barre à gauche. Aucune surprise et même des majorités confortées dans la plupart des cas.

Le Nord va changer de président de département

Si le département du Nord reste à droite avec 25 cantons sur 41 remportés, son président va changer. Elu en 2015, Jean-René Lecerf a décidé de passer la main. Pour lui succéder, son 1er vice-président Christian Poiret fait figure de grand favori pour diriger le département le plus peuplé de France (2,5 millions d’habitants).

Les écologistes font leur entrée au département du Nord

Absents jusqu’ici du conseil départemental du Nord, les écologistes font une entrée remarquée dans l’hémicycle. En l’emportant dans deux cantons de Lille à chaque fois face à des candidats socialistes, les Verts prouvent que leur défaite sur le fil l’an passé aux municipales de la plus grande ville de la région (227 voix d’écart) n’était pas un accident.

Le RN en net recul

Comme aux régionales, le  Rassemblement National a subi un échec aux départementales. Dans le Nord, malgré sa présence dans 20 cantons au second tour, il n’en a remporté aucun et n’aura donc aucun élu au conseil général. Dans le Pas-de-Calais, s’il sera bien représenté au conseil, le RN a perdu la moitié de ses élus par rapport à 2015. Ils ne seront plus que six à siéger au lieu de douze dans la précédente mandature. Enfin, dans l’Aisne, l’Oise et la Somme, le Rassemblement national perd tous les sièges remportés en 2015.

Le Pen et Darmanin se consolent au niveau local

Si le RN et LREM n’ont pas brillé lors de ce scrutin au niveau national, Marine Le Pen​ et Gérald Darmanin ont malgré tout été élus conseillers départementaux. Dans le Pas-de-Calais, la présidente du RN associée à Steve Briois, maire d’Hénin Beaumont, ont remporté le deuxième canton d’Hénin avec 59,72 % des suffrages. L’abstention s’établissant à 65,98 %. Dans le canton de Tourcoing-Nord, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, associé à Doriane Bécue, se sont imposés 64,98 % des voix avec une abstention qui a atteint 80 %.