Départementales : Battu dans le Val-de-Marne, le Parti communiste ne dirige plus aucun département

POLITIQUE La liste de droite « Ensemble réveillons le Val-de-Marne », emmenée par Olivier Capitanio, l’a emporté dans le dernier bastion tenu par le Parti communiste

20 Minutes avec AFP
— 
Le Parti communiste (illustration).
Le Parti communiste (illustration). — Irina Kalashnikova/SIPA

C’est un coup dur pour le Parti communiste qui vient de perdre un bastion historique. Surtout, depuis dimanche soir avec sa défaite dans le  Val-de-Marne dont il avait les clefs depuis 1976, le PCF ne dirige plus de département.

La liste de droite « Ensemble réveillons le Val-de-Marne », emmenée par Olivier Capitanio, l’a emporté devant l’alliance de gauche dirigée par le communiste et président sortant Christian Favier, qui a fait part de sa « profonde tristesse ».

« Un évènement historique », selon la droite

« Attaché aux valeurs républicaines, j’ai félicité le chef de file de la droite Olivier Capitanio mais je mesure les conséquences pour les Val-de-Marnais d’une droite omniprésente à la Région, au Département et dans de nombreuses communes », écrit Christian Favier, qui a été défait dans son canton de Champigny. « C’est un évènement historique, à l’échelle de notre département et au-delà. Cette victoire exprime la volonté de changement que nous avions ressentie ces dernières années », a pour sa part réagi Olivier Capitanio.

« Une autre très bonne nouvelle ce soir : la droite républicaine fait basculer le dernier département communiste de France, le Val-de-Marne ! Un grand bravo à tous nos valeureux élus qui depuis des décennies défendent leurs convictions face à des vents parfois violents », a de son côté indiqué sur Twitter Valérie Pécresse, réélue dans la soirée à la tête de l’Île-de-France.

Depuis la perte de l’Allier lors des élections de 2015, le Val-de-Marne était le dernier département dirigé par les communistes, à la faveur d’une alliance avec les forces de gauche. Déjà l’année dernière, lors des élections municipales, les communistes avaient reçu un sérieux avertissement : les bastions historiques de Champigny-sur-Marne (la ville de Georges Marchais, dirigée par le PCF depuis 1950), Choisy-le-Roi (1959) ou encore Valenton (sous pavillon rouge depuis 1920 et le Congrès de Tours) étaient tombés aux mains de la droite. Dimanche soir, les deux cantons de Champigny et celui de Choisy ont été pris par la droite à la gauche.