Résultats des régionales en Auvergne-Rhône-Alpes : Réélu, Laurent Wauquiez se félicite d’avoir tenu « un cap clair »

POLITIQUE Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes attribue sa victoire au « respect de la parole donnée »

Caroline Girardon
— 
Laurent Wauquiez, facilement réélu à la présidence de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a salué la victoire d'un cap clair qu'i s'était fixé.
Laurent Wauquiez, facilement réélu à la présidence de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a salué la victoire d'un cap clair qu'i s'était fixé. — Konrad / Sipa
  • Auréolé d’une victoire à la présidence de la région Auvergne-Rhône-Alpes avec plus de 55 % des suffrages, Laurent Wauquiez se félicite du « cap clair » qu’il doit avoir maintenu lors de son premier mandat.
  • « Ce cap clair c’est le respect de la parole donnée et la fidélité à des valeurs fortes », analyse-t-il.

A peine réélu à la présidence de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez s’est rappelé ces soirs de défaites électorales. Cette obligation de se « remettre en question ». « Je n’ai pas oublié les leçons que j’en ai tirées », annonce-t-il avant de commenter sa victoire. Une victoire « franche » qui, selon lui, « rappelle une leçon essentielle en politique » : « On ne gagne toujours à rester fidèle à ce que l’on est ». L’Auvergnat insiste, il a su tenir « le cap clair » qu’il s’était fixé il y a six ans, lorsqu’il a raflé la région à la gauche.

Retrouvez les résultats commune par commune

« Ce cap clair c’est le respect de la parole donnée », analyse-t-il. Et d’énumérer : « l’arrêt du gaspillage de l’argent public », la priorité accordée à la sécurité, le « refus du communautarisme », la « même attention » portée à chaque territoire.

Accusé par les Verts d’avoir « siphonné les voix de l’extrême droite »

« Ce cap clair c’est encore la fidélité à des valeurs fortes. La politique ne grandit pas dans les reniements », poursuit le président de région se félicitant des résultats. « Ce soir, les extrêmes ont reculé fortement dans notre région car nous ne leur laissons aucun terrain pour prospérer », poursuit-il devant ses militants réunis dans un restaurant du quartier de la Confluence de Lyon.

Dans les camps adversaires, on affichait la mine des mauvais jours. Devant la presse, l’écologiste Fabienne Grebert tente pourtant de faire bonne figure en se congratulant de son résultat autour de 33 %. Si les Verts ne transforment pas l’essai des élections municipales, ils peuvent néanmoins se vanter d’être devenus la première force d’opposition à gauche. « Nous avons un des meilleurs scores cumulés des écologistes et des forces de gauche en France », se réjouit-elle. Et d’accuser Laurent Wauquiez d’avoir « siphonné les voix du rassemblement national. » « Aujourd’hui, les digues ont sauté entre la droite républicaine et l’extrême droite », ajoute l’élue d’Annecy.

Andrea Kotarac, candidat du RN, avait bien du mal à masquer sa déception, préférant attribuer les raisons de son échec (environ 11 %, soit deux fois moins qu’en 2015) à la faible mobilisation des électeurs. « Avec un tel taux d’abstention, on ne pouvait pas espérer de grands changements, lâche-t-il. Il faudra garder en tête que la légitimité de cette assemblée est quand même à discuter. »

Retrouvez tous les résultats des élections régionales dans le Rhône ce dimanche dès 20 heures sur notre site.