Résultats des régionales en Corse : Le nationaliste Gilles Simeoni s'impose au second tour

POLITIQUE Le nationaliste l'emporte devant le maire d'Ajaccio Laurent Marcangeli (32,1 %)

20 Minutes avec AFP
— 
Gilles Simeoni est président de la Corse
Gilles Simeoni est président de la Corse — BLONDET-POOL/SIPA

Le président autonomiste sortant du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, l’a emporté ce dimanche au second tour des régionales avec 40,6 % des voix, obtenant la majorité absolue à l’Assemblée de l’île, dans une région où deux électeurs sur trois ont voté nationaliste.

A Bastia, c’est entouré de sa mère et de son frère, sous les drapeaux corses et au son des pétards, coups de feu et bombes agricoles, que Gilles Simeoni a longuement chanté sa victoire avec ses partisans avant de la commenter. Il a ensuite été porté en triomphe sur leurs épaules en brandissant la bandera, le drapeau corse.

Un taux de participation établi en Corse à 58,9 %

« C’est un résultat exceptionnel, c’est une victoire électorale extraordinaire », s’est félicité l’homme fort de la Corse dont le troisième mandat de président du conseil exécutif bénéficiera en outre d’une légitimité que lui envieront nombre des présidents de régions ailleurs en France : le taux de participation s’est établi en Corse à 58,9 %, en hausse de près de deux points par rapport au premier tour, et plus de 20 points supérieur au taux national qui est estimé autour de 35 %.

La liste de Gilles Simeoni, qui a dit souhaiter que cette « victoire électorale se transforme dans les mois et les années à venir en extraordinaire victoire politique pour la Corse », a obtenu dimanche soir la majorité absolue et occupera 32 des 63 sièges de conseillers de l’Assemblée de Corse. Ceux-ci éliront pour presque sept ans jeudi les 11 conseillers exécutifs et leur président ainsi que le président de l’Assemblée de Corse.

Le candidat LR arrive deuxième

« Nous avons aujourd’hui tous les moyens pour que la mandature à venir soit celle de la concrétisation d’un immense espoir, celui de la mise en oeuvre irréversible de notre projet collectif, d’une solution politique avec l’Etat et d’un engagement irréversible de la Corse sur un chemin de paix et d’émancipation », a-t-il dit. Laurent Marcangeli, maire d’Ajaccio et tête d’une liste d’union de la droite investie par Les Républicains, est quant à lui arrivé deuxième avec 32 % des voix.

« Aujourd’hui M. Simeoni a gagné, il faut l’en féliciter mais je suis en tête de l’opposition, une opposition qui sera exigeante, respectueuse, productive, constructive mais néanmoins une opposition. Nous sommes une digue, une digue qui ne rompra pas », a déclaré Laurent Marcangeli devant la mairie d’Ajaccio, entouré de ses partisans, avant de marteler sous les applaudissements de ses supporters : « Nous n’avons pas le même modèle de société. »