Elections régionales : L’abstention explose à nouveau au second tour

POLITIQUE Au premier tour des élections régionales et départementales, l’abstention s’est élevée à 66,7 %

20 Minutes avec AFP
— 
Régionales: 27,89% à 17 heures au second tour — 20 Minutes

L’abstention aux élections régionales et départementales répète ce dimanche son record du premier tour, avec un rebond minime d’un peu plus d’un point de participation, et confirme sa montée en flèche vertigineuse depuis les scrutins de 2015.

Elle se situe entre 64,3 et 65,5 % au second tour contre 66,7 % au premier tour, selon les estimations d’Ifop Fiducial pour TF1/LCI, Elabe pour BFM/RMC, Opinionway pour CNews, Ipsos pour France Télévisons Radio France et La Chaîne parlementaire. L’institut Harris pour M6 est celui qui donne l’abstention la plus faible à 64,3 %.

En hausse en Provence Alpes Côte d’Azur

Selon les chiffres officiels, la participation à 17 heures s’établit à 27,89 % en France métropolitaine, soit un point de plus qu’au premier tour (26,72 %) et en chute libre par rapport aux régionales de décembre 2015 (50,54 %) et aux départementales de mars 2015 (41,92 %).

Ces chiffres confirment les craintes d’une abstention record déjà enregistrée au premier tour pour ce double scrutin placé à 10 mois de la présidentielle, laissant planer le doute sur son issue, y compris en Paca où le duel est serré entre la liste RN de Thierry Mariani et LR du sortant Renaud Muselier. Dans cette région, la participation au second tour est de 32,95 %, soit deux points de plus qu’au premier (30,64 %).

La Corse bonne élève

Comme au premier tour, outre Paca, la participation la plus importante a été enregistrée en Corse (48,61 %), et en Occitanie 31,33 %. Viennent ensuite la Bourgogne Franche-Comté (30,98 %), la Bretagne (30,64 %) et la Nouvelle-Aquitaine (30,56 %).

En revanche, c’est dans le Grand-Est (22,32 %), en Ile-de-France (23,67 %), et en Auvergne-Rhône-Alpes (26,63 %) qu’on a le moins voté. Quelque 48 millions de Français sont appelés aux urnes pour élire leurs conseillers régionaux et départementaux pour les six prochaines années.