Régionales en Pays-de-la-Loire: Mais quelles sont les mesures phares des candidats?

PROMESSES Pas facile de s'y retrouver parmi les programmes. Pour tenter d'y voir plus clair, « 20 Minutes » a compilé les principales mesures des quatres listes engagées au second tour des élections régionales

Frédéric Brenon
— 
Christelle Morançais, Matthieu Orphelin, Hervé Juvin et François de Rugy briguent la présidence des Pays-de-la-Loire.
Christelle Morançais, Matthieu Orphelin, Hervé Juvin et François de Rugy briguent la présidence des Pays-de-la-Loire. — E.Piermon/AFP - T.Coex/AFP - A.Robert/Sipa - P.Villard/Sipa
  • Christelle Morançais (LR) est arrivée nettement en tête du premier tour.
  • L’écologiste Matthieu Orphelin a fusionné avec la liste PS
  • Le second tour des élections régionales se déroule ce dimanche 27 juin.

Après un premier tour marqué par une abstention record, place au second tour des élections régionales. En Pays-de-la-Loire, quatre listes sont encore qualifiées : la liste LR conduite par Christelle Morançais, la liste écologiste-PS menée par Matthieu Orphelin, le Rassemblement national porté par Hervé Juvin et La République en marche de François de Rugy. Les candidats n’ont pas ménagé leurs efforts cette semaine pour faire connaître leurs programmes, notamment auprès des électeurs ne s’étant pas déplacés le week-end passé. Le point sur les principales mesures.

Christelle Morançais (LR) à fond pour l’emploi

Arrivée en tête du premier tour, la présidente sortante du conseil régional considère le soutien aux entreprises et la création d’emplois comme « la première des batailles ». Cette volonté se traduit par la proposition d’une « voiture à 1 euro par jour pour les personnes en réinsertion professionnelle », d’une aide à la garde d’enfant des parents isolés, de l’accélération des démarches des entreprises, d’une aide à la transmission d’entreprise, ou encore par le projet de faciliter la reconversion des entrepreneurs en difficulté… Christelle Morançais parie aussi sur l’hydrogène comme carburant et pousse pour que les Pays-de-la-Loire soient leaders de cette « filière d’avenir » porteuse de « milliers d’emplois » en investissant 100 millions d’euros sur le mandat à venir.

Pour la santé, elle suggère des « doctobus » pour assurer des consultations médicales dans les déserts médicaux. Côté biodiversité, elle propose de planter 500 km de haies en bordure de chemins. Enfin, même si ce n’est pas une compétence spécifique de la région, Christelle Morançais veut installer des caméras et alarmes intrusion dans tous les lycées publics de la région.

Matthieu Orphelin (écologistes) roule pour la transition écologique

Deuxième du premier tour, l’écologiste Matthieu Orphelin a fusionné le lendemain avec la liste socialiste de Guillaume Garot. Ensemble, ils misent fortement sur la transition écologique et promettent ainsi « un milliard d’euros d’investissement supplémentaire pour rénover les lycées et convertir 100 % des transports régionaux aux énergies renouvelables » Dans la même veine, ils veulent investir « 25 millions d’euros dans des projets de relocalisation et de conversion écologique » ou « expérimenter un revenu de transition écologique pour les salariés en reconversion », sans oublier un « fonds anti-faillite » pour les petites entreprises.

En matière de santé, Matthieu Orphelin prévoit de salarier 180 médecins et des infirmières en pratiques avancées dans les secteurs en « manque de professionnels », ainsi que de former « 2.000 infirmiers et infirmières supplémentaires par an » pour « compenser le manque d’encadrement infirmier ». Sa liste entend proposer un « chèque bien manger » de 50 euros par mois ciblé dans un premier temps vers les jeunes les plus précaires, et des licences sportives à « 10 euros pour les 15-25 ans ». Autres idées sortant du lot : la création de dix nouvelles réserves naturelles régionales à l’horizon 2030, et celle d’un bac fluvial entre Saint-Nazaire et Saint-Brévin, « dédié aux cyclistes et aux piétons ».

Hervé Juvin (RN), le local et la sécurité

Déçu par son score du premier tour, Hervé Juvin compte bien jouer les trouble-fêtes dimanche lors de ce second tour. Parmi ses mesures phares, il promet une subvention de « 20.000 euros de fonds propres » à une entreprise qui embauchera un jeune ou à un jeune qui créera sa société. Il propose aussi de « financer le remplacement de leur véhicule ancien » par un véhicule propre à tous les « personnels médicaux et de la sécurité publique », ou de verser une bourse pour les futurs médecins « s’engageant à s’installer huit ans au moins dans la région ».

Il suggère également d’organiser des référendums d’initiative locale sur les sujets relevant des responsabilités de la région afin de mieux « faire entendre la voix des Ligériens ». Par ailleurs, même si ce ne sont pas des compétences du conseil régional, le Rassemblement national entend soutenir significativement les investissements des collectivités locales en matière de sécurité, et créer deux maisons d’arrêt supplémentaires. Dans la même veine, il promet de soutenir les associations locales en lutte contre des projets d’éoliennes.

François de Rugy (LREM), le « progrès » par l’économie et l’écologie

Qualifié de justesse pour le second tour, François de Rugy espère convaincre davantage les électeurs ce dimanche avec son concept d’une « région de tous les progrès ». Le « progrès économique » passerait notamment par la création d’un « livret d’épargne populaire régional », au rendement supérieur au Livret A, dont les fonds permettraient de « soutenir prioritairement le développement et la relocalisation » des emplois d’avenir, ou encore l’accélération du déploiement de la 5G.

En matière d’écologie, sa liste prévoit aussi un « bonus-malus écologique et social pour l’attribution des aides aux entreprises », la « mise en place d’un conseil scientifique régional pour lutter contre le réchauffement climatique » et le doublement des dépenses liées à la transition énergétique. François de Rugy veut également un titre unique de transport valable pour les TER, cars et les réseaux d’agglomération, financer des agents régionaux pour sécuriser les TER et lycées, organiser deux grands débats par an avec les habitants, et faire de la prévention du suicide une « grande cause régionale ».