Départementales à Marseille : Une requête au tribunal administratif pour suspendre les opérations électorales

JUSTICE Les candidats « 13 indépendants » du canton 12 ont déposé une requête en référé-liberté qui devrait être examinée d’ici vendredi soir

A.V.

— 

Illustration du tribunal administratif de Marseille.
Illustration du tribunal administratif de Marseille. — GERARD JULIEN / AFP

Julien Ayoun et Catherine Merveilleux, de la microformation 13 indépendants (3,86 %) ont déposé mercredi soir une requête en référé-liberté au tribunal administratif de Marseille afin de « suspendre les opérations électorales à Marseille ». Cette procédure d’urgence ne vise que les élections départementales, et devrait être examinée d’ici vendredi soir.

Les auteurs de ce recours pointent la mauvaise distribution des professions de foi, « l’ouverture tardive de bureaux de vote » et « l’absence de matériel électoral » dans certains d’entre eux. En outre, ils estiment « qu’il n’y a eu aucune couverture médiatique des élections départementales qui ont été phagocytées par les régionales » et que « les médias n’ont pas joué le jeu du débat démocratique ».

Pour mémoire, Yves Moraine, arrivée en tête dans ce canton, a déposé une plainte​ au pénal concernant le couac des bureaux de vote à Marseille. Pour éviter que cela ne se reproduise au second tour, la mairie a porté la prime pour la tenue des bureaux à 350 euros.