Régionales : Gabriel Attal favorable au vote électronique pour lutter contre l’abstention

POLITIQUE Les électeurs ont été près de 66% à s'abstenir de voter au premier tour des élections régionales

J.-L.D. avec AFP

— 

Gabriel Attal imagine le vote électronique plus accessible pour les jeunes
Gabriel Attal imagine le vote électronique plus accessible pour les jeunes — Thomas SAMSON / AFP

Le porte-parole du gouvernement  Gabriel Attal s’est dit ce mercredi « favorable au vote électronique » pour lutter contre l'absention qui a atteint un niveau record ce dimanche lors du premier tour des élections régionales.

« Je suis favorable au vote électronique », a indiqué Gabriel Attal sur BFMTV et RMC, en invitant à « être très ouvert » et à « avoir une vraie discussion transpartisane avec l’ensemble des formations politiques » pour trouver des solutions à cette panne démocratique.

Les élections consulaires comme révélation finale

« Dès la campagne présidentielle, Emmanuel Macron s’était engagé sur ces questions-là, mais à chaque fois qu’on fait des propositions depuis le début de ce quinquennat, les oppositions, elles bloquent, elles veulent voter comme on votait il y a 100 ans », a-t-il dénoncé. Selon les chiffres définitifs publiés mardi par le ministère de l’Intérieur, 66,72 % des électeurs se sont abstenus de voter dimanche au premier tour des élections régionales, un record pour une élection depuis le début de la Ve République.

Sur le vote électronique, « ce qui a peut-être achevé de me convaincre », a expliqué, Gabriel Attal, ce sont « il y a quelques semaines les élections consulaires » des Français de l’étranger. « Pour la première fois, ils l’ont fait avec un vote électronique, ça s’est bien passé, il n’y a pas eu de contestation particulière », a plaidé Gabriel Attal.

En place dès 2022 ?

Le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes Clément Beaune, lui aussi favorable au vote électronique, a suggéré sur France Inter d’examiner cette piste avant la présidentielle de 2022. « Je suis favorable à ce qu’on regarde cette piste. Ouvrons ce débat. Quand on a 70 % d’abstention, on ne peut pas se payer le luxe de fermer des pistes », a-t-il déclaré, en rappelant qu’il « y a des grandes démocraties où ça fonctionne ».

« Si on ne fait pas cela d’ici la présidentielle, si on ne regarde pas cette option, on se tromperait. Ca fait partie de notre boîte à outils », a-t-il ajouté. Le gouvernement va lancer une campagne de communication « éclair sur les réseaux sociaux » pour inciter à voter dimanche au second tour des élections régionales et départementales, a par ailleurs annoncé ce mercredi Marlène Schiappa.