Régionales en Paca : Les électeurs de gauche désabusés malgré la main tendue de Muselier

POLITIQUE Renaud Muselier tente de rallier à sa cause un électorat de gauche désabusé et tenté par l’abstention pour le second tour des élections régionales

Mathilde Ceilles

— 

Le candidat de la coalition de gauche en Paca est arrivé largement en tête à Port-de-Bouc
Le candidat de la coalition de gauche en Paca est arrivé largement en tête à Port-de-Bouc — Mathilde Ceilles / 20 Minutes
  • Les électeurs de gauche en Paca doivent choisir dimanche au second tour des régionales entre le président LR sortant Renaud Muselier et son adversaire, le RN Thierry Mariani.
  • Renaud Muselier a annoncé ce mercredi des mesures à l’intention de l’électorat de gauche, pour le rallier à sa cause.
  • Mais une grande partie d’entre eux compte s’abstenir, à l’image des électeurs de Port-de-Bouc, bastion communiste ayant placé Jean-Laurent Félizia en tête

« Tu ne vas pas voter Mariani tout de même ? » Devant le cinéma de Port-de-Bouc,​ le jeune Ilyes peine à croire son ami. « Franchement je vais regarder les programmes, lui répond Vincent. Mariani et Muselier, ils sont proches de toute façon. Je vais me décider comme ça. »

Dans ce bastion historique du parti communiste, situé sur le pourtour de l’étang de Berre, le candidat de la coalition de la gauche aux élections régionales, Jean-Laurent Félizia, est arrivé largement en tête, avec pas moins de 40.81 % des suffrages. « Arrivé dans le bureau de vote, je savais même pas qu’il y avait des élections régionales, sourit Ilyes. Je venais voter pour les communistes aux départementales. J’ai demandé : " C’est quoi la liste où il y a le PCF ?" Et les assesseurs m’ont renseigné. Mais dimanche prochain, clairement, ce sera tout sauf le RN. »

Un comité pour la gauche

En effet, pour ce second tour, après quelques heures de flottement et d’hésitation, le candidat de gauche s’est retiré et a fait savoir son intention de voter pour Renaud Muselier au nom du front républicain. Mais avec sa seconde position, quatre points et demi derrière le candidat RN Thierry Mariani, le président LR sortant sait qu’il a besoin d’un report des voix de gauche pour s’assurer une réélection. Aussi, dans la matinée, ce mercredi, Renaud Muselier a tenté d’envoyer un message à l’électorat de Jean-Laurent Félizia, afin de le rallier à sa cause.

Lors d’une conférence de presse, Renaud Muselier s’est ainsi « engagé » , en cas de victoire dimanche au second tour, à créer un « comité » pour donner la parole à la gauche et aux écologistes. Ce comité d’une vingtaine de personnes pourrait se réunir à l’hôtel de région avant chaque assemblée plénière et chaque commission permanente et pourra à chaque fois « proposer deux délibérations, un vœu et une motion », qui seront concrètement déposés par le président du groupe LR ou un membre de l’exécutif régional.  « Je dis aux gens qui ont voté pour Jean-Laurent Félizia qu’en votant pour moi, ils font barrage », lance Renaud Muselier.

L’option abstention

Un appel du pied qui ne trouve qu’un écho très modéré auprès de la gauche provençale, déjà échaudée par une promesse similaire du candidat LR Chistrian Estrosi. A l’époque, dans une même configuration, le maire de Nice avait mis sur pied un « Conseil territorial » de quelque 150 membres, extérieur au conseil régional. Une véritable « usine à gaz », du propre aveu de Renaud Muselier, qui n’a jamais fonctionné.

« Tout signal d’écoute et de main tendue est positif, estime Capucine Edou, ancienne tête de liste de Jean-Laurent Félizia dans les Bouches-du-Rhône. Après, il ne faut pas que ce soit un gadget. » « Il était impossible pour Renaud Muselier de faire moins que cette proposition, peste Jérémy Bacchi, le patron des communistes dans les Bouches-du-Rhône. Nos électeurs jugeront sur pièce. Il faut que Renaud Muselier ait une réelle volonté de mettre ce conseil en place, au risque d’aggraver la crise politique en vigueur dans notre pays, et l’abstention. »

Dans les allées du marché de Port-de-Bouc, nombreux sont en effet les électeurs qui n’ont aucune intention d’aller voter ce dimanche. « C’est la première fois que je ne vote pas pour ces régionales, confie Nathalie. La politique m’a tellement déçue. Quand on voit le merdier qu’a été la gestion de la crise sanitaire, à quoi ça sert ? » « Les politiques, c’est tous les mêmes, soupire Karim. Ils nous sollicitent un peu avant les élections, et après, ils ne nous calculent plus. Pas même un regard. » « Aucun homme ou femme politique n’a les épaules assez larges pour régler tous les problèmes, estime Sylvie. Je n’ai plus voté depuis les dernières élections présidentielles, car de toute façon, c’est toujours une déception… » Dimanche dernier, 72.9 % des électeurs de Port-de-Bouc ont boudé les urnes.