Régionales en Paca : « Je voterai Renaud Muselier », affirme le candidat de gauche Jean-Laurent Félizia

FRONT REPUBLICAIN La tête de liste de la coalition de gauche en Paca a annoncé officiellement son retrait, et son intention de voter pour le président LR sortant Renaud Muselier pour contrer Thierry Mariani

Mathilde Ceilles

— 

La tête de liste d'union de la gauche en Paca, Jean-Laurent Félizia.
La tête de liste d'union de la gauche en Paca, Jean-Laurent Félizia. — NICOLAS TUCAT / AFP
  • Le candidat EELV en Paca Jean-Laurent Félizia arrivé en troisième position a justifié son retrait face au risque de victoire du RN.
  • Il a également annoncé son intention de voter pour Renaud Muselier, et souhaite qu’une majorité de ses électeurs fasse de même.

Sur le pas de la porte du local de campagne de Jean-Laurent Félizia, tête de liste de la coalition de gauche aux régionales en Paca, les mines sont graves, interdites. L’écologiste varois se présente à l’heure dite devant une horde de journalistes venus nombreux écouter sa déclaration. Quelques heures plus tôt, Jean-Laurent Félizia avait annoncé sa décision de se retirer de l’entre-deux-tours, après avoir un temps envisagé de se maintenir dans une triangulaire qui l’opposait au RN Thierry Mariani et au candidat LR sortant Renaud Muselier.

« Croyez-bien que personne n’a plus de peine que moi à vous le dire ce soir, mais, aux régionales, je voterai dimanche prochain Renaud Muselier pour battre Mariani et sa triste cohorte », lance la tête de liste, les yeux rougis.

« Propriétaire d’aucune voix »

Le candidat de gauche affirme n’être « propriétaire d’aucune voix dans cette élection », et estime que « les fronts républicains trahis et les promesses oubliées alimentent l’abstention, le sentiment que tout se vaut. » Pour autant, Jean-Laurent Félizia dit ne pas accepter « que notre Provence devienne dans le monde un symbole d’intolérance et de haine. »

« L’écart entre Renaud Muselier et le candidat de l’extrême droite est hélas plus élevé que celui qui a été annoncé dans les premières heures de la soirée », justifie l’écologiste varois. Et d’estimer : « Je n’ai pas le droit de jouer avec le feu ».

Les électeurs de gauche vont-ils le suivre dans cette voie pour contrer le RN, arrivé en tête lors du premier tour ? « Je souhaite de tout coeur que nous soyons une majorité à le faire », demande Jean-Laurent Félizia. Dans le discours écrit distribué à la presse après sa prise de parole, la tête de liste devait affirmer, avec plus de certitude : « Je le ferai, et je sais que nous serons une majorité à le faire. »