Elections territoriales en Guyane : Le président sortant Rodolphe Alexandre (DVG) largement en tête avec 43,72 % des voix

POLITIQUE Incertain en raison de l’épidémie de Covid-19, le scrutin avait finalement été maintenu, sur décision du Gouvernement, début juin

20 Minutes avec AFP
— 
Rodolphe Alexandre est soutenu par l'ex-Garde des Sceaux, Christiane Taubira.
Rodolphe Alexandre est soutenu par l'ex-Garde des Sceaux, Christiane Taubira. — jody amiet / AFP

Le président sortant de Guyane Rodolphe Alexandre (DVG) est arrivé largement en tête du premier tour des élections dimanche avec 43,72 % des suffrages exprimés, sans obtenir la victoire qu’il espérait dès cette première échéance.

Rodolphe Alexandre, dont certains des colistiers sont de droite, dirige la CTG, collectivité territoriale de Guyane (fusion de la région et du département fin 2015).

Retrouvez les résultats des élections dans votre commune

Le maintien du scrutin critiqué

Ses adversaires ont critiqué le maintien de l’élection en raison d’un contexte sanitaire difficile sur ce territoire français d'Amérique du Sud où perdure une troisième vague de l’épidémie de Covid-19 avec un taux d’incidence moyen autour de 300 cas sur 7 jours pour 100.000 habitants depuis au moins 2 semaines. Le taux de positivité reste élevé autour de 12 % et même 19 % sur le littoral ouest où règne une tension hospitalière en matière d’occupation des lits de réanimation.

Dix-sept personnes sont décédées des suites du Covid-19 en onze jours entre le 6 et le 17 juin sur ce territoire de 300.000 habitants d’une superficie proche de l’Autriche.

Soutenu par Christiane Taubira

« Avoir maintenu ces élections dans ce contexte sanitaire a engendré ce taux exceptionnel d’abstention, un taux record pour des élections locales », a déploré Jean-Paul Ferreira (DVG) sur Guyane la 1ère dimanche soir. Ce maire amérindien de la petite commune d’Awala Yalimapo sur le littoral Nord Ouest arrive en 3e position avec 23,34 % des suffrages exprimés. Soutenu par l’ex-Garde des sceaux, la Guyanaise Christiane Taubira, quelques jours avant le scrutin, l’édile amérindien ne l’emporte que sur sa commune.

Le député candidat Gabriel Serville (DVG) a fustigé une campagne avec « des moyens à deux vitesses. Certains se déplacent en voiture et en pirogue quand d’autres sillonnent la Guyane en hélicoptère », visant l’équipe du président sortant.