Résultats des régionales en Paca : Une triangulaire marquée par le duel Mariani-Muselier

POLITIQUE Thierry Mariani (RN) est bien arrivé en tête en Paca au 1er tour des régionales. Mais avec un score bien moins important qu’attendu et moins conséquent que celui de Marion Maréchal-le Pen en 2015

Alexandre Vella
— 
Avec une triangulaire, le second tour des élections régionales s'annonce incertain en Paca
Avec une triangulaire, le second tour des élections régionales s'annonce incertain en Paca — SYSPEO / SIPA
  • Thierry Mariani (RN) recueille 35,5 % des voix lors de ce premier tour des régionales en Paca. Il est talonné par Renaud Muselier (LR) avec 33 %.
  • Le candidat de la liste de rassemblement social et écologique Jean-Laurent Félizia est crédité de 15 % des suffrages. Pourtant, le premier secrétaire du PS lui demande de retirer sa liste au second tour.
  • Avec tout juste plus de 5 % des voix, Jean-Marc Governatori, candidat de l’écologie du centre, sera-t-il le faiseur de roi ?

Seule certitude de ces élections régionales, la région Paca restera à droite. La France entière avait les yeux tournés vers cette région, où le Rassemblement national semblait être en position d’apporter à l’extrême droite sa première région. Les résultats ont toutefois déjoué les pronostics d’un scrutin où l’ abstention a tutoyé des sommets jamais atteints. Voici trois points saillants du premier tour de ces élections régionales en Paca, et un candidat qui pourrait changer la donne.

Mariani finalement moins bien que Marion-Maréchal

Le casting semblait parfait pour le Rassemblement national. En recrutant Thierry Mariani, ex-ministre de Nicolas Sarkozy, le parti de Marine Le Pen tenait son totem de normalisation. Une normalisation peut-être telle, que le RN, dont l’électorat se montre d’ordinaire fidèle, subit désormais aussi les effets de l’abstention. Avec 35,5 % des voix exprimées, Mariani fait moins bien que Marion Maréchal-Le Pen en 2015. Un score qui place Thierry Mariani en ballottage défavorable, alors qu’il était donné gagnant au second tour dans les sondages pré-électoraux. « Ce n’est pas une fatalité », a-t-il répété deux fois, s’estimant « première victime » de l’abstention.

Renaud Muselier a toutes les raisons d’y croire, mais

A l’inverse de son ancien ami de l’UMP et adversaire dans cette élection, Renaud Muselier avait le sourire dimanche soir, se réjouissant d’avoir « déjoué tous les sondages ». Talonnant d’un point la liste de Thierry Mariani, le président de région sortant et ses 33 %, peut entrevoir sa réélection, estimant pouvoir « gagner cette élection ». Renaud Muselier qui espérait notamment de Jean-Laurent Félizia, le candidat du rassemblement social et écologique, une « prise de responsabilité face à l’extrême droite » et un « dépassement des clivages », va cependant devoir composer avec le maintien de ce dernier au second tour.

Jean-Laurent Félizia et le baiser de la mort ?

A 22h30, Jean-Laurent Félizia et ses colistiers ont annoncé se maintenir au second tour des élections régionales, et ce malgré l’appel « solennel au retrait de la liste » par le premier secrétaire du PS, Olivier Faure. Sa liste de rassemblement social et écologique a emporté un peu plus de 15 % des suffrages et veut être présente dans l’assemblée régionale « Nous n’avons pas proposé aux électeurs de la gauche et de l’écologie de voter pour leurs idées, pour leur proposer ensuite de disparaître et de s’effacer pendant les six prochaines années », a-t-il déclaré dans la soirée. Une décision qui risque de peser lourd dans le résultat final de cette élection.

La surprise Jean-Marc Governatori, faiseur de roi ?

Avec tout juste plus de 5 % des voix, Jean-Marc Governatori, candidat de l’écologie du centre, n’est pas en position de se maintenir au second tour mais peut mener des négociations pour une éventuelle fusion de liste. Son choix devrait naturellement se tourner vers Renaud Muselier, et lui porter une caution « verte ». Si les voix s’additionnent correctement, et sans présager du comportement des électeurs s’étant portés sur l’une des cinq autres listes sous les 5 %, Renaud Muselier devancerait mathématiquement Thierry Mariani d’un peu plus de deux points.