Régionales dans les Pays-de-la-Loire : En cinquième place, de Rugy (LREM) évoque une « grosse déception »

POLITIQUE François de Rugy a annoncé qu'il se maintiendrait pour le second tour, malgré un score d'environ 11%

Julie Urbach avec AFP

— 

Des affiches électorales de François de Rugy dans les Pays-de-la-Loire. (illustration)
Des affiches électorales de François de Rugy dans les Pays-de-la-Loire. (illustration) — GILE Michel/SIPA
  • François de Rugy (LREM) arrive loin derrière au premier tour des régionales en Pays-de-la-Loire.
  • Alors que la droite lui demandait de se retirer, il annonce ce dimanche soir qu'il sera bien présent dimanche prochain.

Il est arrivé dimanche en 5e position à la tête de la liste LREM dans les Pays-de-la-Loire. Visiblement ému, François de Rugy, a reconnu ce dimanche soir « une grosse déception » et annoncé qu’il se maintenait pour le second tour des régionales. François de Rugy a obtenu 11,1 % des suffrages (selon une première estimation de l’institut de sondage Ipsos/Sopra Steria) derrière le candidat du Rassemblement National Hervé Juvin (11,9 %).

Retrouvez tous les résultats dans votre commune

« Je le dis ce soir évidemment sans détour, c’est une grosse déception pour la majorité présidentielle, c’est une grosse déception dans la région des Pays-de-la-Loire, c’est une grosse déception dans l’ensemble des régions de France », a déclaré François de Rugy à l’Hôtel de région, à Nantes.

Il maintient sa candidature

« La majorité présidentielle est encore un mouvement jeune, est encore un mouvement qui a du mal à incarner nationalement une ligne claire, un projet politique, une identité politique claire et par ailleurs la majorité présidentielle dispose de très peu de relais parmi les élus locaux », a-t-il analysé.

Il fera donc face au second tour à la présidente sortante Christelle Morançais (LR), arrivée en tête, à une liste d’union de l’écologiste Matthieu Orphelin et du socialiste Guillaume Garot, et à celle du RN Hervé Juvin. « Dimanche prochain s’affronteront deux camps : une droite avec un score élevé et qui bénéficie de la prime au sortant, et une gauche divisée sur les idées mais unie dans la conquête électorale », a-t-il dit.

La droite lui demandait de se désister, ce ne sera pas le cas. « Beaucoup d’électeurs ne s’y reconnaissent pas : pour eux, la liste que je conduis sera présente au deuxième tour. C’est utile qu’il y ait une force d’équilibre qui permette de tempérer les excès de la future majorité, quelle qu’elle soit. Je serai là pour constituer un groupe d’élus progressistes, qui agira de façon constructive et pour valoriser les idées de progrès que j’ai défendues. »