Résultats des régionales en Ile-de-France : Pécresse largement en tête, Bayou devrait mener la liste d'union EELV et des gauches

POLITIQUE Alors que l’abstention a atteint des niveaux records dans le pays, retour sur les principaux résultats du premier tour des régionales en Ile-de-France

Aude Lorriaux
— 
Valérie Pécresse vote à Vélizy-Villacoublay.
Valérie Pécresse vote à Vélizy-Villacoublay. — Jacques Witt/SIPA
  • Valérie Pécresse, présidente sortante de la région Ile-de-France, est arrivée en tête du premier tour des régionales loin devant Jordan Bardella (RN) et Julien Bayou (EELV).
  • Ce dernier devrait mener au second tour la liste d’union entre écologistes et les gauches. Des discussions doivent être menées entre le candidat EELV, Clémentine Autain (LFI-PCF) et Audrey Pulvar (Ile-de-France en commun soutenue par le PS).

La présidente sortante Valérie Pécresse en tête, un RN moins fort que prévu, et l’écologiste Julien Bayou en pole position pour créer un rassemblement à gauche : retour sur les principaux enseignements de ce premier tour des régionales en Ile-de-France.

Valérie Pécresse, en tête, a-t-elle bénéficié de la prime aux sortants ?

« Avec ce premier tour, une dynamique est enclenchée, mais nous devons la rendre plus forte encore », a déclaré la présidente sortante de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, un peu avant 22 heures, alors que les premières estimations tombaient. La dynamique en question, ce sont ces 35,94 % de votes, qui la placent en tête des candidats et candidates qui ont passé l'épreuve du premier tour. Soit légèrement moins que les précédents sondages, mais en bonne place tout de même pour l’emporter.

La présidente de Libres !, soutenue par LR et l’UDI, a peut-être bénéficié du même effet de « prime aux sortants » qui a envahi tout le pays pour ces élections. Les électeurs et électrices ont-ils préféré le statu quo et la stabilité, alors que le pays sort tout juste d’une période très forte d’instabilité, marquée par la crise sanitaire et économique ?

Le RN moins fort que prévu

Les récents sondages lui donnaient plutôt autour de 17 %, le candidat du RN en Ile-de-France, Jordan Bardella, a finalement réalisé un score moins élevé que prévu, à 13,12 %. Soit un chiffre plus faible que son prédécesseur Wallerand de Saint-Just, qui avait recueilli 18 % aux élections régionales de 2015.

« On ne peut pas tirer de résultats d’une élection où il y a autant d’abstention », s’est exclamé Jordan Bardella sur France 2. « Râler c’est bien, voter c’est mieux », a-t-il déclaré, exhortant les électeurs et électrices du RN à se rendre aux urnes, alors que l'abstention atteint 69,15 %. Soit un record tous scrutins confondus en France hors référendum.

EELV chef de file d’une alliance des trois candidats de gauche

« L’enjeu, c’est de tourner la page du système Pécresse, voilà ce dont nous allons discuter ce soir pour créer le rassemblement », a promis Julien Bayou, secrétaire national d’EELV, qui fait 12,95 %. Le chef de file de son parti pour les régionales en Ile-de-France visait comme interlocutrices de ces discussions les deux candidates de gauche Clémentine Autain (LFI-PCF) et Audrey Pulvar (dont la liste Ile-de-France en commun est soutenue par le PS) qui le talonnent dans les premières estimations, avec respectivement 10,24 % et 11,07 %.

C’est un bien meilleur score que celui d’Emmanuelle Cosse (8 %) en 2015, et qui lui donne la pole position pour rassembler à gauche. L’ancienne journaliste Audrey Pulvar  a déclaré dans la soirée qu’elle se tenait « à la disposition » de Clémentine Autain et de Julien Bayou pour « trouver le chemin d’une large union de la gauche ». « La victoire est à notre portée », a complété la députée de la 11ème circonscription de Seine-Saint-Denis et tête de liste LFI-PCF, elle aussi d’accord pour une union de gauche.