Résultats des régionales dans le Grand-Est : Rottner en tête avant une quadrangulaire au second tour ?

REGIONALES Le président sortant a obtenu un peu plus de 31 % des voix selon les dernières estimations. Trois autres candidats ont dépassé les 10%

Thibaut Gagnepain
— 
Jean Rottner est bien parti pour rester à la tête du Grand-Est.
Jean Rottner est bien parti pour rester à la tête du Grand-Est. — SEBASTIEN BOZON / AFP

Prime au sortant. La tendance nationale s’est vérifiée dans le Grand-Est dimanche. Président de la grande région depuis octobre 2017 après la démission de Philippe Richert, Jean Rottner a réalisé le meilleur score du premier tour. Mais avec moins d’un tiers des suffrages exprimés et peut-être trois adversaires dimanche prochain, rien n’est encore joué.

Rottner bien parti pour rester

Les sondages se sont vérifiés. Annoncé en tête de ce premier scrutin depuis quelques semaines, le représentant Les Républicains a confirmé son avance dans les urnes. Jean Rottner a terminé largement en tête de ce premier tour (environ 31 %), avec près de dix points d’avance sur son premier poursuivant, la tête de liste du Rassemblement national, Laurent Jacobelli (21,5 %). « Je suis prêt dès ce soir à mener la bataille pour battre le RN au second tour. Comme je m’y suis engagé, je déposerai une liste identique à celle du premier tour et j’invite tous les démocrates et républicains de notre région à m’apporter leur soutien dimanche prochain », a réagi le président sortant, qui est bien parti pour garder son siège.

Le Rassemblement national en recul

Avec sa liste et son nouveau parti Les Patriotes, Florian Philippot (7,5 %) a-t-il fait du mal à son ancien camp ? La question mérite d’être posée vu le score du candidat du Rassemblement National. Laurent Jacobelli n’a en effet séduit « que » 21,5 % des électeurs dimanche, là où le même Philippot, alors sous les couleurs du FN, avait recueilli 36,06 % des suffrages en 2015. « J’appelle solennellement tous les électeurs sincèrement de droite, qui refusent toute compromission avec la Macronie, tous les gaullistes, tous les patriotes, dans tous les sens du terme, à choisir la liste que je conduis au second tour », a lancé la tête de liste RN dimanche, dans une volonté de rassemblement. Laurent Jacobelli devrait logiquement bénéficier du report des voix de son adversaire et prédécesseur, dimanche prochain. Même si Florian Philippot n’a pas donné de consigne de vote. « Rien ne me satisfait dans l’offre du deuxième tour. Nous ne fusionnerons pas », a lancé l’ancien proche de Marine Le Pen.

Quels équilibres pour le second tour ?

L’écologiste d’Eliane Romani (14 %) et la représentante du parti présidentiel Brigitte Klinkert (11 %) se sont aussi officiellement qualifiées pour le second round. La deuxième nommée, ministre déléguée à l’Insertion, pourrait se retirer d’ici-là. « J’attends les résultats définitifs et je me réunirai avec mes têtes de liste », a-t-elle éludé hier soir. Quant à la première, elle a d’ores et déjà reçu le soutien de sa désormais ex-adversaire, Aurélie Filippetti. La tête de liste de l’Appel Inédit (8 %). « Je suis contente de notre très bon score. On va mettre cette dynamique au service des forces de gauche », a-t-elle déclaré en expliquant que les discussions entre les deux camps avaient débuté et allaient « durer une partie de la nuit ». Comme ailleurs. Les candidats ont jusqu’à mardi pour déposer leurs listes en préfecture.

Le Grand-Est mauvais élève de la participation

Bonnets d’ânes pour les électeurs du Grand-Est. De toutes les régions de France, ce sont eux qui se sont le moins déplacés aux urnes dimanche. Le taux d’abstention pourrait atteindre les 70 % selon les dernières estimations, contre environ 66 à 68 % au niveau national. En 2015, un peu plus d’un électeur sur deux (52,1 %) avait boudé ce même scrutin. Tout au long de la soirée, les différentes têtes de liste régionales ont déploré cette faible participation.