Résultat des régionales en Nouvelle-Aquitaine : « Avoir une liste encore plus rassembleuse » au second tour, annonce Alain Rousset

POLITIQUE Sorti largement en tête du premier tour des élections régionales avec 28,84 % des voix, Alain Rousset appelle au rassemblement avec les Verts qui ont fait 12,08 %

Mickaël Bosredon
— 
Alain Rousset (PS), est arrivé largement en tête au soir du premier tour des régionales.
Alain Rousset (PS), est arrivé largement en tête au soir du premier tour des régionales. — UGO AMEZ/SIPA
  • Alain Rousset est en tête au soir du premier tour avec 28,84 % des voix.
  • Le RN est deuxième, mais loin derrière avec 18,21 %.
  • Le jeu des alliances, notamment entre Alain Rousset et Nicolas Thierry (EELV), va se poursuivre jusqu’au dépôt des listes mardi soir.

Les sondages d’avant-premier tour annonçaient des élections serrées, notamment entre le président sortant Alain Rousset (PS) et la candidate du Rassemblement national Edwige Diaz, celle-ci étant même annoncée parfois en tête. C’est finalement le candidat socialiste qui est arrivé devant, et largement, avec 28,84 % des voix, quand Edwige Diaz plafonne à 18,21 %. A noter aussi les bons scores du candidat EELV Nicolas Thierry (12,08 %) et de celui du « Mouvement de la Ruralité, Résistons avec Jean Lassalle », liste menée par Eddie Puyjalon (7,3 %). Voici ce qu’il faut retenir de ce premier tour.

Rousset largement en tête

Le président sortant, qui brigue à 70 ans un cinquième mandat à la tête d’une liste PS-PC-PRG, était donné dans les sondages aux alentours de 25 % des voix, au coude-à-coude avec le RN. Alain Rousset est finalement arrivé très largement en tête avec 28,84 % des voix. « Il y a notamment des résultats très positifs en milieu rural, a-t-il réagi auprès de 20 Minutes, et je trouve que c’est positif par rapport aux critiques qui m’étaient formulées. Maintenant, il faut rassembler [avec les Verts] pour le deuxième tour. C’est la tendance naturelle, j’ai toujours été celui qui rassemble. On va travailler pour avoir une liste encore plus rassembleuse. Le bon score de Nicolas Thierry [le candidat EELV qui était vice-président de la région durant la précédente mandature] montre que le travail que nous avons fait autour de Néo Terra [politique de transition écologique de la région] nous a permis d’avancer dans ce sens. J’espère que l’on pourra continuer. »

Avec ses 12,08 %, Nicolas Thierry n’avait pas encore pris position dimanche soir, indiquant toutefois qu’un « rassemblement ne pourra se construire que sur une volonté politique commune et forte ». Les téléphones entre les deux camps devraient chauffer jusqu’à mardi soir, avant le dépôt des listes du deuxième tour.

Le RN très en dessous des estimations

« Je lance un appel aux électeurs du RN et de la droite, si vous voulez en finir avec cette région de gauche, le seul vote utile c’est celui du Rassemblement national » a lancé dimanche soir Edwige Diaz depuis le plateau de France 3 Nouvelle-Aquitaine. La candidate du RN a réalisé un score très en dessous des estimations, avec seulement 18,21 % des votes. Avec des réserves de voix relativement maigres, elle va effectivement chercher à mobiliser largement à droite.

Eclatement à droite

La donne a complètement changé à droite entre 2015 et 2021. Il y a six ans, Virginie Calmels réalisait à la tête d’une liste d’union LR-MoDem, 27,19 %. Dimanche soir, Nicolas Florian n’a pu faire que 12,46 % à la tête d’une liste LR et du centre, quand Geneviève Darrieussecq (LREM-MoDem) décevait avec ses 13,71 %. La plus grosse surprise vient finalement du candidat du « Mouvement de la ruralité, Résistons avec Jean Lassalle », Eddie Puyjalon, avec un étonnant 7,30 %. « Notre liste a pu trouver un écho incroyable des ruraux dans cette élection, a réagi ce dernier dans un communiqué. Dans de nombreuses communes rurales elle est arrivée en tête et a souvent fait jeu égal avec les favoris des sondages… LMR a posé la première pierre de la construction d’un mouvement durable dans le paysage politique. »

A voir comment ces listes vont se recomposer pour le second tour [seules celles ayant réalisé plus de 10 % peuvent se maintenir, mais des fusions sont possibles], même si le LR Nicolas Florian a assuré dimanche soir qu’il ne ferait pas d’alliance avec LREM.