Résultats des régionales en Auvergne-Rhône-Alpes : Laurent Wauquiez est-il déjà assuré de reconquérir la présidence de la région ?

REGIONALES Avec 43,79 % des suffrages récoltés, dimanche soir lors du premier tour des élections régionales, Laurent Wauquiez se sait en position de force pour se succéder à lui-même

Jérémy Laugier
— 
Laurent Wauquiez, ici en train de voter dimanche matin dans un bureau du Puy-en-Velay (Haute-Loire).
Laurent Wauquiez, ici en train de voter dimanche matin dans un bureau du Puy-en-Velay (Haute-Loire). — THIERRY ZOCCOLAN / AFP
  • Laurent Wauquiez a raflé 43,79 % des voix, dimanche soir, ce qui en fait l’immense favori pour prendre à nouveau la tête de la région.
  • Souvent attaqué pour son « clientélisme », le candidat républicain a infligé une grosse défaite au RN, et surtout à LREM.
  • 20 Minutes se projette à la semaine prochaine en Auvergne-Rhône-Alpes, avec comme configuration une triangulaire LR-PS-RN.

Il n’y aura a priori pas de suspense dimanche soir en Auvergne-Rhône-Alpes. Au terme d’un premier tour des régionales marqué par un taux de participation historiquement bas (32,59 %, très loin donc des 48,91 % de 2015), Laurent Wauquiez est plus qu’en position de force. La forte tendance est à une triangulaire : le candidat LR se retrouve face à la gauche unie et le RN. Le deuxième tour s’annonce avec une triangulaire, à savoir le candidat LR face à la gauche unie et le Rassemblement national.

Laurent Wauquiez survole le premier tour

Aucun sondage n’avait donné le président sortant au-dessus des 40 % des intentions de vote. Ce premier tour en Auvergne-Rhône-Alpes peut pourtant bien se résumer à un raz-de-marée Laurent Wauquiez, annoncé dimanche soir à 43,79 % des suffrages. « Ce soir, c’est un choix net pour un cap clair, a-t-il fièrement clamé, lors d’une brève conférence de presse bouclée avant 20h20. Je veux remercier du fond du cœur tous ceux qui nous ont témoigné une si large confiance, qui est allée bien au-delà de toutes les attentes. » Plus que jamais, ses adversaires lui ont reproché son « clientélisme » durant toute la soirée. Il faudrait un sacré coup de théâtre pour que le candidat républicain ne soit pas réélu dans un fauteuil dimanche prochain.

Une claque pour LREM, une déception pour le RN

Avec Lyon comme capitale historique de la « Macronie » et des derniers sondages le positionnant fréquemment comme le troisième homme de ces régionales en Auvergne-Rhône-Alpes, Bruno Bonnell devait compter. Mais le candidat LREM n’a même pas pu hériter des 10 % synonymes de maintien au second tour (9,87 %). C’est donc une énorme claque pour la majorité présidentielle, alors que Bruno Bonnell a assuré dimanche soir qu’il ne fusionnera avec aucune liste. Si Andréa Kotarac (Rassemblement national) sera bien au second tour, ce ne sera pas dans la peau de la deuxième force politique comme c’était attendu. Derrière Fabienne Grébert (EELV), il est crédité de 12,33 % des suffrages, ce qui ne lui laisse aucun espoir de surprise.

« Une union de la gauche » pour relancer le second tour ?

Perçue comme inévitable avant même le premier tour pour bloquer le deuxième mandat consécutif annoncé de Laurent Wauquiez, l’union de gauche a été officialisée en fin de soirée dimanche par Najat Vallaud-Belkacem. « Ce soir, j’ai la responsabilité de rassembler toutes les forces citoyennes, de gauche, écologistes et humanistes, tous ceux qui aspirent à la justice sociale et environnementale, et qui refusent de laisser la région à la droite extrême et à la droite du Rassemblement national », avait préalablement indiqué Fabienne Grébert, force vive de cette « gauche unie » avec 14,45 % récoltés. Najat Vallaud-Belkacem (11,40 %) a donc reconnu qu’elle serait à ses côtés, sans doute comme la communiste Cécile Cukierman (5,56 %). « Ce qu’il faut retenir, c’est que la sociale écologie n’a pas dit son dernier mot dans notre pays », veut croire la candidate socialiste. Mais même l’addition potentielle des trois forces de cette « alternative politique » de gauche est loin d’atteindre l'imposant électorat de Laurent Wauquiez.