Résultats des régionales en Occitanie : Carole Delga (PS), avec près de 40% des voix, balaie le RN

ELECTIONS Revivez les résultats du premier tour des élections régionales et départementales en Occitanie

Jérôme Diesnis

— 

Carole Delga (PS), présidente sortante de la région Occitanie, est arrivée largement en tête aupremier tour, avec près de 40% des suffrages exprimés.
Carole Delga (PS), présidente sortante de la région Occitanie, est arrivée largement en tête aupremier tour, avec près de 40% des suffrages exprimés. — Alain Robert / Sipa

L’ESSENTIEL

  • Même si les Occitans ont davantage voté que dans le reste de la France, l'absention a néanmoins atteint 59,63% dans la région.
  • Carole Delga (PS) est arrivé très largement en tête après le dépouillement de 88% des bulletins, avec 39,62% des suffrages exprimés. Favori des sondages au premier tour, Jean-Paul Garraud (RN) se situe à 23,48%, dix points en dessous des estimations.
  • Aurélien Pradié (12,3%) de l’Union de la droite est également en capacité de se maintenir. Aucun autre des six candidats n’atteint la barre fatidique des 10 % des suffrages exprimés. Retrouvez tous les résultats de ce premier tour des élections régionales en Occitanie sur 20minutes.fr

A LIRE AUSSI

A VOIR

 

Merci d’avoir suivi en notre compagnie cette soirée électorale. Elle aura été marquée par la très large avance de Carole Delga (PS) à l’issue de ce premier tour. La présidente sortante du conseil régional bénéficie d’une voie royale vers sa réélection. Mais aussi par le score du Rassemblement national largement en deçà des estimations des instituts de sondage et par la très forte abstention.

 

Retrouvez tous les résultats en Occitanie par ici

23h59 Aurélien Pradié (LR) tend la main aux électeurs du RN

Arrivée en troisième position, la liste d’union de la droite menée par Aurélien Pradié va se maintenir au second tour des élections régionales en Occitanie. « Les habitants n’ont pas cédé à l’injonction des sondages qui les poussaient à voter pour le Rassemblement national, estime le député du Lot. Le RN perd dix points par rapport aux estimations. Les habitants de notre région ont compris que derrière ces candidats, il y a des femmes et des hommes parachutés qui n’ont aucun projet pour notre territoire. Nous, la droite républicaine, sommes ceux qui pouvons incarner une alternance crédible », explique-t-il. « Voter RN au second tour, c’est perdre sa voix. Le RN ne gagnera pas cette région », conclut le député.

23h47 Hermeline Malherbe (PS) face à un binôme RN au second tour

La présidente socialiste du conseil départemental des Pyrénées-Orientales Hermeline Malherbe, est arrivée en tête au premier tour dans son canton des Aspres, mais avec seulement six points d’avance sur le duo du RN, Sophie Delort et Georges Puig. Alors que six binômes se présentaient dans ce canton, le second tour sera donc un duel dimanche prochain. Présidente du conseil départemental depuis le 21 novembre 2010, elle avait ensuite battu en 2015 un certain Jean Castex pour conserver sa place de présidente.

23h41 Michel Pélieu réélu dans les Hautes-Pyrénées

Le président du conseil départemental des Hautes-Pyrénées, Michel Pélieu (PRG), a été confortablement réélu avec 76,88 % des suffrages exprimés dans son canton de Neste, Aure et Louron. Président de l’assemblée depuis 2011, il devrait briguer un troisième mandat.

23h31 En Lozère, Sophie Plantel (PS), l’exception qui confirme la règle

Nombre de candidats n’ont pas atteint le quorum nécessaire des 25 % d’inscrits sur les listes électorales pour être élus au premier tour des élections départementales. Ce n’est pas le cas de la présidente du conseil départemental de la Lozère Sophie Plantel (PS). Dans l’unique département qui était passé de droite à gauche en 2015, elle sera bien candidate à sa réélection. Dans le canton de Saint-Etienne-du-Valdonnez, elle s’impose haut la main au premier tour avec 83,07 % des suffrages exprimés.

 

23h25 Malgré la majorité absolue, il faudra revoter dans de très nombreux cantons

A l’image du président du conseil départemental de l’Hérault, Kleber Mesquida (PS), de très nombreux candidats ayant obtenu la majorité absolue devront néanmoins repasser devance les électeurs dimanche prochain. Outre la majorité absolue, le code électoral impose aux binômes de candidats arrivés en tête de disposer d'un nombre de voix supérieur à 25 % des électeurs inscrits, pour être élus. Compte tenu de la très forte abstention, peu d’entre eux ont atteint ce chiffre.

23h02 En Aveyron, le président du conseil départemental seulement deuxième

Jean-François Galliard (UDI), le président du conseil départemental de l’Aveyron, est au coude à coude dans son canton de Millau-2. Deuxième du premier tour avec son binôme Karine Orcel, pour dix voix, il semble néanmoins bénéficier d’une importante réserve de voix à droite afin d’assurer sa réélection. L’Aveyron est l’un des rares départements à avoir une majorité de droite en Occitanie.

22h57 : Dans l’Ariège, Christine Téqui en ballottage très favorable

Christine Téqui (PS), présidente du conseil départemental de l’Ariège, a obtenu avec son binôme Olivier Raton, 51,42 % des suffrages exprimés dans son canton de Couserans Est. Mais comme pour Kleber Mesquida, faute d’un nombre de votants suffisants, elle devra repasser par les urnes dimanche prochain.

22h45 Dans l’Hérault, Kleber Mesquida large vainqueur… mais pas élu

En binôme avec Marie-Pierre Pons, le président du conseil départemental de l’Hérault Kleber Mesquida a obtenu 57,63 % des suffrages exprimés dans son canton de Saint-Pons-de-Thomières… il devra néanmoins patienter pour assurer sa réélection dans l’hémicycle. Outre la majorité absolue, les candidats doivent obtenir au moins le quart des suffrages des électeurs inscrits. La forte abstention dans ces élections départementales l’en empêche. Il lui aurait fallu 6.692 voix pour être élus, il lui en manque un peu plus de 300.

22h30 EELV appelle au rassemblement à gauche

La vague verte des élections municipales n’a pas trouvé de prolongement dans ces élections régionales. Candidat d’EELV, Antoine Maurice plafonne à 8,09 % des suffrages exprimés (après dépouillement des trois-quarts des bulletins). Un score modeste qui les empêche de se maintenir au second tour. Le candidat vert a appelé à la fusion des listes avec Carole Delga. « Le premier tour, c’est celui du choix des projets, le second tour c’est le temps du rassemblement. J’ai déjà adressé un message à Carole Delga. Nous espérons aboutir à un accord juste et équilibré pour faire gagner l’écologie et le progrès social en Occitanie ».

22h23 Aurélien Pradié prive Carole Delga de grand chelem dans le Lot

Grande vainqueur du premier tour des élections régionales en Occitanie, la présidente sortante Carole Delga (PS), est en tête dans douze des treize départements, selon les résultats encore partiels. Y compris dans le Gard, l’Hérault et sur les terres de Louis Aliot dans les Pyrénées-Orientales.

Proche des 50 % des suffrages exprimés en Lozère ou dans l’Ariège, elle rate le grand chelem pour un seul département. Sur ses terres, le député du Lot Aurélien Pradié (union de la droite) passe le premier tour en tête avec 34,85 % des suffrages, un point devant Carole Delga.

 

21h52 Carole Delga n'a « jamais baissé les yeux devant l’extrême droite »

Dans son allocution, la présidente sortante de la région, Carole Delga (PS), a rappelé son combat contre le Rassemblement national, qu’elle devance de près de 18 points au soir du premier tour. « Je n’ai jamais baissé les yeux. Je sais ce qu’amènent les idées de l’extrême droite : c’est le chaos. [Il faut dire] haut et fort ce qu’est l’extrême droite, et rappeler que les idées d’extrême droite ont amené des régimes tel le nazisme et le fascisme. »

En ballottage très favorable pour sa succession, la présidente sortante de la région Occitanie rappelle qu’en 2015 «le total de l’extrême droite était à 36,5 %. C’est la preuve qu’en politique, il faut avoir une éthique, de l’honnêteté et de la constance. Je n’ai jamais cédé aux sirènes, je suis restée fidèle aux valeurs socialistes.»

 

21h28 Carole Delga à 40,79 % des voix après plus de la moitié des dépouillements

Après le dépouillement de 55 % des bulletins de vote, Carole Delga (PS) pointe très largement en tête au premier tour des élections régionales. Elle devance celui qui était le favori des instituts de sondage, Jean-Paul Garraud (RN), limité à 22,46 % selon ces résultats encore partiels. Aurélien Pradié (Union de la droite) est en capacité de se maintenir à 12,44 %.

Les six autres candidats sont éliminés : Vincent Terrail Novès (Union du centre, soutenu par LREM), 8,32 %, Antoine Maurice (EELV), 7,99 %, Myriam Martin (LFI) à 4,9 %, Malena Adrada (EXG), 1,87 %, Jean-Luc Davezac (REG) à 0,85 % et Anthony Lebout (DIV) à 0,38 %.

 

20h55 Myriam Martin (LFI) évoque une « démocratie plus que défaillante »

La candidate de la France insoumise, Myriam Martin, est créditée d’environ 5 % des votes selon les premières estimations. Elle pointe du doigt la crise de démocratie. « Ce qu’on craignait est arrivé : c’est l’abstention qui gagne ce soir. Ça devrait alerter de manière plus conséquente les différents partis politiques et les classes dirigeantes de ce pays. Nous avons un sacré problème avec une abstention record et des conditions de vote lamentables, énormément de cas ou les bulletins de vote et les professions de foi ne sont jamais arrivés, parce qu’on a privatisé la démocratie. Il faut que ce gouvernement et M. Darmanin en particulier rende des comptes sur cette situation catastrophique. Nous avons une démocratie plus que défaillante ». Myriam Martin espère franchir la barre des 5 % qui lui permettrait de fusionner avec la liste de Carole Delga avant le second tour et figurer dans le conseil régional.

20h35 « Notre électorat ne s’est pas déplacé », estime Jean-Paul Garraud (RN)

Jean-Paul Garraud (RN), annoncé comme le favori du premier tour par les instituts de sondage, est le grand battu. « Malheureusement comme lors des dernières élections municipales où notre électorat ne s’était pas déplacé, il y a une difficulté si cela se confirme. J’en appelle à la mobilisation. Ce n’est pas terminé, il y a un dégoût de la politique et il faut y répondre. On ne pourra pas y répondre avec ces élections régionales et départementales, mais lors des élections présidentielles. »

20h23 Les premières estimations en Occitanie

Selon les premières estimations (après le dépouillement du tiers des communes), Carole Delga est créditée de 42,82 % des suffrages exprimés, devant Jean-Paul Garraud (RN), 21,31 %, Aurélien Pradié (LR), 12,65 %. Suivent Vincent Terrail Novès (Union du centre, soutenu par LREM), 8,30 %, Antoine Maurice (EELV), 7,78 %, Myriam Martin (LFI) à 4,95 %, Malena Adrada (EXG), 1,88 %, Jean-Luc Davezac (REG) à 0,94 % et Anthony Lebout (DIV) à 0,39 %.

Dans ces chiffres encore parcellaires ne figure pas le vote des grandes communes de la région.

20h01 Carole Delga (PS) serait largement en tête

Selon une première projection des résultats, Carole Delga (PS) arriverait très largement en tête à l’issue du premier tour des élections régionales en Occitanie. Elle obtiendrait plus de 42 % des suffrages exprimés, devant Jean-Paul Garraud (RN) à 22 % et Aurélien Pradié (LR), à 14 %. Tous trois seraient les seuls à plus de 10 % et donc en capacité de se maintenir au second tour. Ces estimations sont effectuées à partir du tiers des communes dépouillées en Occitanie.

19h46 Déjà dix élus !

Avant même de connaître les dépouillements des élections départementales, certains candidats ne sont pas trop touchés par le stress du résultat. En Occitanie, dans certaines zones rurales, il n’y a qu’un binôme sur la ligne de départ : c’est le cas dans deux cantons de l’Aveyron, deux autres du Lot et un en Lozère, touchés par la crise des vocations. En revanche, c’est l’embouteillage à Montpellier 2, Montpellier 4 et Montauban 2, où il y aura presque (vu les taux d’abstention…), autant de candidats que d’électeurs : 16 dans chacun de ces cantons.

19h34 Plus que Montpellier et Toulouse

Dans la quasi-totalité des communes d’Occitanie, les bureaux de vote sont désormais fermés et l’heure est aux dépouillements. A Toulouse et Montpellier, les électeurs ont jusqu’à 20 heures pour se présenter dans l’isoloir.

19h21 L’abstention à son sommet

Quelle que soit l’issue de ce premier tour de scrutin, l’abstention sera le grand vainqueur. Dans la région, il atteint un plancher historique dans le Gard avec un taux de participation à 25,15 % à 17h, en chute de 19 points par rapport à 2015. C’est en Lozère que la participation était la moins faible à 17h : 39,57 %

 

Bonjour à tous ! Vous souhaitez connaître les principaux résultats des élections régionales et départementales en Occitanie ? Vous êtes au bon endroit. Tout au long de la soirée, nous vous tiendrons informés du verdict des urnes. En Occitanie, comme dans le reste de la France, la participation est en très nette baisse par rapport à 2015. On se retrouve dès 19 heures.