Régionales en Île-de-France : Audrey Pulvar et Laurent Saint-Martin sont d’accord pour « un barrage » au RN

POLITIQUE Audrey Pulvar et Laurent Saint-Martin tiennent tête au RN et préfèrent l’un comme l’autre le « front républicain » à une éventuelle poussée de l’extrême droite, aux régionales comme à l’élection présidentielle dans un an

20 Minutes avec AFP

— 

Lors du dernier débat avant les élections régionales, sur LCI, Audrey Pulvar et Laurent Saint-Martin ont fait front contre le RN.
Lors du dernier débat avant les élections régionales, sur LCI, Audrey Pulvar et Laurent Saint-Martin ont fait front contre le RN. — AFP

Audrey Pulvar et Laurent Saint-Martin, candidats respectivement PS et LREM aux élections régionales en Île-de-France, s’accordent sur un point : leur opposition face au RN. Une posture qu’ils ont tous deux réaffirmée ce lundi, lors du dernier débat télévisé sur LCI.

« Est-ce qu’En Marche sera toujours du côté de la République à faire le front républicain contre l’extrême droite, systématiquement ? », a demandé Audrey Pulvar, candidate soutenue par les socialistes, à Laurent Saint-Martin, candidat de la majorité présidentielle. « Oui et sans aucun doute oui, je ferai toujours barrage au Front national, je ferai toujours partie de ceux qui défendent le front républicain », lui a répondu le député du Val-de-Marne.

Pour Pulvar, Macron plutôt que Le Pen

« Emmanuel Macron ne sera toujours pas mon candidat en 2022 », a dit l’ancienne journaliste, suspendue d’antenne en 2017 pour avoir signé une pétition appelant à voter pour Emmanuel Macron contre Marine Le Pen dans l’entre-deux-tours. Mais « si je dois choisir entre Emmanuel Macron et l’extrême droite, mon vote ira de toute façon à Emmanuel Macron parce qu’il faut impérativement faire barrage à ce parti de la haine », a affirmé l’adjointe à la maire de Paris Anne Hidalgo.

Vice-président du RN et candidat en Ile-de-France, Jordan Bardella a qualifié cet échange de « concours Jean Moulin ». Candidate des communistes et insoumis, Clémentine Autain a accusé la présidente sortante Valérie Pécresse (Libres !, ex-LR) de « marcher dans les pas de l’extrême droite » avec ses propositions sur la sécurité.

Précresse sur le front de la sécurité

« On le voit, il y a deux projets de société qui s’opposent », a répondu l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, dénonçant celui « d’une gauche qui va s’unir avec l’extrême gauche ». Elle propose aux Franciliens de « tenir le cap de la sécurité et des valeurs de la République, de l’écologie des résultats et de l’égalité des chances ».

« J’ai fait ce que j’avais dit ce que je ferai » au cours de mon premier mandat, a-t-elle assuré, mettant en avant 650 trains neufs et rénovés en 2021, un chiffre contesté par ses adversaires de gauche. « L’essentiel des nouvelles rames, elles ont été commandées par un vice-président écologiste » en poste avant 2015, lui a répondu Julien Bayou. « La dernière [révolution des transports] qui a été mise en œuvre, celle des écologistes, c’est le pass Navigo à tarif unique », a-t-il estimé.

Le premier tour des régionales est ce dimanche, le second le dimanche 27 juin.

Retrouvez les résultats des élections régionales en Île-de-France le dimanche 20 juin dès 20 heures sur 20minutes.fr