Régionales en Ile-de-France : Que promettent les principaux candidats pour les 18-25 ans ?

POLITIQUE « 20 Minutes » a recensé les promesses faites par les candidats aux régionales en Ile-de-France à destination des 18-25 ans

Floréal Hernandez

— 

Un jeune homme dans sa chambre. (Illustration)
Un jeune homme dans sa chambre. (Illustration) — Gabrielle Cezard/SIPA
  • Les 20 et 27 juin se tiennent les élections régionales en Ile-de-France.
  • Selon les derniers sondages, six listes obtiendraient 10 % au premier tour et seraient en mesure de se maintenir au second tour.
  • Voici les premières mesures à destination des 18-25 ans que Valérie Pécresse (Libres !), Jordan Bardella (RN), Audrey Pulvar (Ile-de-France en commun), Julien Bayou (EELV), Clémentine Autain (LFI-PCF) et Laurent Saint-Martin (LREM) promettent d’appliquer en cas d’élection à la présidence de la région.

Ces promesses séduiront-elles les jeunes électeurs et électrices ? Ce dimanche, se tient le premier tour des élections régionales et les principaux candidats en Ile-de-France n’ont pas manqué d’évoquer dans leur programme ce qu’ils feront pour les 18-25 ans. 20 Minutes a recensé leurs premières mesures en cas d’élection à la présidence de la région.

Autain multipliera par 10 le budget de l’aide alimentaire pour la jeunesse

La candidate LFI-PCF propose «un choc de solidarité » si elle est élue. Pour les 18-25 ans, cela se traduira notamment « dès juillet » par « la gratuité totale pour les moins de 25 ans dans les transports en commun, la cantine gratuite pour les lycéens des quatre premières tranches du quotient familial et un plafonnement à 10 euros de la licence dans les clubs sportifs, le reste étant compensé par la région ». Clémentine Autain annonce également « l’ouverture de 20.000 places de formation de soignants et soignantes rémunérées pendant leurs études », en contrepartie, l’étudiant s’engage « à travailler 5 ans dans le service public ». La députée de Seine-Saint-Denis compte « multiplier par 10 le budget de l’aide alimentaire pour la jeunesse » et « relancer la production de logements sociaux, nous en réserverons aux étudiants ». Sur « les 30.000 emplois solidaires que je vais créer dans des activités socialement utiles – aide à la personne, entretien des espaces verts, recyclage/réparation…-, les jeunes pourront en bénéficier même s’ils ne sont pas réservés à eux ». La candidate créera « un lycée agricole par département ».

Bayou veut un RSA pour les moins de 25 ans

Julien Bayou mène la liste EELV, soutenue notamment par Génération.s ou Cap écologie. Dans son projet, on trouve « le Green New Deal qui permet de lutter contre le dérèglement climatique et de créer 200.000 emplois qui ont du sens en particulier pour la jeunesse qui cherche un avenir professionnel ». Autre mesure « nécessaire » qu’il mettra en place une fois président de la région Ile-de-France, « le RSA pour les moins de 25 ans. Ce revenu de solidarité a été mis en place par Bruno Bernard, président de la métropole de Lyon, et demain nous le passerons à l’échelle régionale en Ile-de-France ». Julien Bayou propose une licence sportive et culturelle pour les jeunes à 10 euros.

Le RN promet des prêts aux jeunes entrepreneurs

En cas de victoire électorale en Ile-de-France, le candidat du Rassemblement national, Jordan Bardella (25 ans), a annoncé via sa tête de liste à Paris, Philippe Ballard, l’ambition de «  soutenir tous les jeunes jusqu'à 30 ans qui veulent créer leur entreprise, à une concurrence de 5.000 euros. Nous serons à leur côté, nous amènerons cette somme, ça peut être moins évidemment, 3.500 euros si eux-mêmes ont 3.500 euros, en fonds propres ou bien crédit auprès d’une banque, pour que ces jeunes puissent créer, libérer leurs énergies. Parce qu’on sait que la jeunesse francilienne, française, est bourrée de talent et d’énergie. »

Un passe Imagine R culture dès cet été avec Pécresse

Présidente sortante, Valérie Pécresse (Libres ! soutenue par LR et l’UDI) est candidate à sa réélection. La première mesure pour les 18-25 ans de son second mandat ? « Un revenu jeune actif de 4.000 euros – 670 euros par mois – pour 100.000 jeunes qui accepteront de se former dans les métiers qui recrutent, parce que je veux les amener vers des chemins de réussite et pas dans des impasses. » L’ex-ministre du Budget promet également « la création d' une banque régionale des jeunes, qui aidera les étudiants qui n’ont pas de caution parentale à financer leurs études, et qui aidera les jeunes qui veulent devenir entrepreneur à créer leur entreprise, et donc des prêts jusqu’à 20.000 euros. » La candidate à qui l’on prête des ambitions présidentielles annonce également « une aide de 1.300 euros pour permettre aux jeunes en insertion d’avoir le permis de conduire gratuitement, parce qu’on le sait, l’absence de permis, c’est très souvent un frein à l’embauche des jeunes ». Et pour cet été, elle souhaite la mise en place d’un « passe Imagine R culture. Ce sont des réductions de 5 à 15 % sur plus de 200 lieux culturels pour tous nos jeunes, pour leur permettre d’avoir à nouveau un bel accès à la culture ».

Pulvar créera une allocation pour les 100.000 jeunes le plus en précarité

C’est la mesure phare de la candidature d’Audrey Pulvar (Ile-de-France en commun, liste soutenue par le PS), la gratuité des transports. Cette mise en place sera faite par étapes durant le mandat mais débutera par «  la gratuité des transports en commun pour les moins de 18 ans sur l’ensemble de l’Île-de-France et les 18-25 ans étudiant ou demandeur d’emploi. C’est du pouvoir d’achat en plus pour les jeunes et de la mobilité ». L’adjointe d’Anne Hidalgo à la mairie de Paris veut créer « créer dès le mois de septembre une allocation de 150 euros par mois pour les 100 à 150.000 jeunes les plus en précarité en Île-de-France, qui ont entre 18 et 25 ans. Cette allocation sera versée pour moitié par la région et pour moitié par le département ». L’ex-journaliste mettra en place « un passe jeune Francilien, passe jeune Francilienne ». Il coordonnera « toutes les aides prévues pour les jeunes : départementales, régionales et même d’État. Et il permettra à chaque jeune Francilien à partir de 18 ans de savoir à quelle aide, il ou elle a droit. »

L’objectif de zéro vétusté de Saint-Martin

Le candidat LREM fait de « la jeunesse la grande cause régionale de mon mandat ». Il se fixe l'« objectif de zéro vétuste dans les lycées à l’horizon 2030 parce qu’on doit étudier dans des conditions dignes ». Il ambitionne « aussi de mettre en place du mentorat avec "un jeune, un mentor" pour faire rentrer les métiers dans les lycées pour une meilleure orientation et une connaissance de la vie professionnelle ». Laurent Saint-Martin​ annonce également son intention « d’aider les jeunes en grande difficulté, dans la précarité notamment les étudiants avec un revenu d'urgence temporaire exceptionnel parce que notre région est plus chère qu’ailleurs, parce qu’il est plus difficile parfois de trouver un emploi ». Il compte aussi « aider la jeunesse qui a des projets, qui veut créer des entreprises, qui veut monter des projets collaboratifs », il créera « un capital jeune. Le capital jeune » soit « 5.000 euros garantis par la région pour avoir le capital de départ pour monter son projet »

Retrouvez les résultats des élections régionales en Île-de-France le dimanche 20 juin dès 20 heures sur 20minutes.fr

Les autres listes

Outre ces six candidats, les électeurs pourront se prononcer ou non en faveur de Nathalie Arthaud (LO), Lionel Brot (France démocratie directe), Fabiola Conti (Ile-de-France, Ile d’Europe), Victor Pailhac (Oser l’écologie) ou Eric Berlingen (Agir pour ne plus subir) lors du premier tour des régionales en Ile-de-France, le 20 juin.