Régionales en Pays-de-la-Loire : Linda Rigaudeau, la tête de liste qui veut « changer le système »

POLITIQUE La Nantaise est cheffe de file d’une liste atypique dont le projet principal est de « redonner du pouvoir aux citoyens ». Quitte à flirter avec les thèses complotistes

Frédéric Brenon
— 
Linda Rigaudeau, naturopathe, tête de liste « Un Nôtre monde Pays-de-la-Loire »
Linda Rigaudeau, naturopathe, tête de liste « Un Nôtre monde Pays-de-la-Loire » — F.Brenon/20Minutes
  • La liste « Un Nôtre monde Pays-de-la-Loire » ne défend pas de programme concret, le projet étant de coconstruire les décisions avec les citoyens.
  • Deux autres listes « Un Nôtre monde » sont lancées en Bretagne et en région PACA.
  • Les élections régionales se déroulent les 20 et 27 juin.

Elle ne se voit pas comme un nouveau parti mais comme un « collectif ». Elle ne se considère « ni de droite, ni de gauche » mais préfère le terme « inclassable ». Le moins que l’on puisse dire, c’est que la liste citoyenne « Un Nôtre monde Pays-de-la-Loire » détonne parmi les candidatures à l’élection régionale. Essentiellement constituée de novices en politique, elle est parvenue à présenter des candidats dans chaque département de la région. Objectif : « Changer le système » en « replaçant le citoyen au cœur des décisions ».

« On fait le constat qu’il y a beaucoup de choses qui ne fonctionnent pas dans la gouvernance. Il y a un décalage entre le monde politique, qui décide seul, et les citoyens qui n’y croient plus, qui ne trouvent plus de sens. Il n’y a qu’à voir le niveau de l’abstention. Ou ces élections régionales dont tout le monde se moque. C’est grave. Il y a pourtant plein de belles idées et de solutions venant de la société civile », revendique Linda Rigaudeau, naturopathe-micronutritionniste de profession, qui porte cette liste atypique.

« On ne vient pas avec un programme déjà ficelé »

Cette Nantaise âgée de 41 ans, membre du comité de soutien de Julie Laernoes (EELV) aux municipales 2020, a donc décidé de « s’engager plutôt que de rester à se morfondre chez soi ou de revendiquer des choses dans la rue ». « Même si ce n’est pas simple de se présenter sans moyens, hors des appareils traditionnels », concède la mère de famille.

L’absence de programme clair laissera les observateurs dubitatifs mais est assumée. « Contrairement aux autres listes, on ne vient pas avec un programme déjà ficelé dans lequel les électeurs se retrouveront plus ou moins. Notre projet c’est la démocratie participative opérationnelle. On veut concerter sur un maximum de sujets et coconstruire. » Cette « autre façon de travailler » se manifesterait par une « assemblée citoyenne », des « mini référendums », un « tirage au sort », des « sollicitations d’experts et de techniciens », des « groupes de travail »… « Plus il y a de diversité, plus l’intelligence peut faire émerger un consentement qui va vers le bien commun », est convaincue Linda Rigaudeau.

Face aux enjeux et compétences spécifiques du conseil régional, la cheffe de file exprime tout de même quelques grandes intentions : soutien aux transports doux, désenclavement de la ruralité, sauvegarde des petites gares, développement de l’agroécologie, aide à la consommation de proximité, lutte contre le décrochage scolaire… Elle se positionne aussi contre le « tout numérique » et les caméras de surveillance dans les lycées.

Des anti vaccins et anti masques en soutien

La liste, constituée « grâce au réseau et au bouche-à-oreille », a aussi la particularité d’être soutenue sur Internet par des opposants aux vaccins et aux masques. Certains colistiers, dont le numéro un en Mayenne, partagent eux-mêmes ce discours. « Notre liste est composée d’une pluralité de personnes qui ne se reconnaissent pas forcément dans ces propos. Ce n’est pas du tout la raison d’être de notre engagement. On ne veut ni amalgame, ni récupération de qui que ce soit », répond Linda Rigaudeau.

En Bretagne et en Provence-Alpes-Côte d’Azur, deux listes citoyennes aux projets et soutiens similaires s’intitulent également « Un Nôtre monde ». Il en existe aussi onze autres engagées dans les élections départementales un peu partout en France. Le pilotage réel de ces listes serait-il donc davantage national que régional ? « On a eu l’opportunité de partager une charte commune, mais on n’est pas raccord sur tout. On garde notre autonomie », assure Linda Rigaudeau.

La naturopathe ne nie pas, toutefois, « l’impulsion » donnée « au départ » à ces listes par le médecin marseillais Louis Fouché, l’un des fondateurs du site Reinfocovid, réputé pour diffuser des thèses complotistes. « C’est un site qui a eu le mérite de produire des contenus d’experts qui peuvent servir à débattre. C’est important de confronter les avis. Depuis le début de la Covid, il n’y a qu’une façon de voir les choses », estime-t-elle.

A en croire Linda Rigaudeau, la démarche des listes « Un Nôtre monde » n’a pas vocation à s’arrêter au lendemain des élections régionales. « On n’est pas connu donc on ne s’attend même pas à gagner un siège au conseil régional, confie la Nantaise. Mais des gens se bougent depuis plusieurs semaines, une dynamique est en train de se créer, des citoyens ont repris place dans le débat. C’est déjà une réussite. On a envie de poursuivre ça sur d’autres élections. Changer les choses en profondeur, ça prend du temps. » 

Retrouvez les résultats des élections régionales dans les Pays-de-la-Loire le dimanche 20 juin dès 20H sur 20minutes.fr