Régionales en Bretagne : « Le Drian, il regarde dans le passé »… La réponse des écologistes aux propos de l’ancien président

POLITIQUE L’ancien président de région a évoqué « une ligne rouge» à ne pas dépasser en référence à la potentielle fusion avec les écologistes

Camille Allain

— 

La candidate écologiste aux élections régionales Claire Desmares-Poirrier a reçu la visite de Delphine Batho ce lundi à Rennes.
La candidate écologiste aux élections régionales Claire Desmares-Poirrier a reçu la visite de Delphine Batho ce lundi à Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  1. Critiquée par Jean-Yves Le Drian, la candidate écologiste Claire Desmares-Poirrier estime que la voix de l’ancien président de région ne compte plus.
  2. Elle espère bien figurer au premier tour de l’élection régionale ce dimanche et souhaite discuter avec Loïg Chesnais-Girard.
  3. La perspective d’une quinquangulaire (cinq listes au second tour) n’est pas à exclure en Bretagne.

Il n’a jamais été tendre avec les écologistes. De tout temps, Jean-Yves Le Drian a malmené ses adversaires encartés chez EELV, refusant systématiquement de s’allier à eux lors des scrutins régionaux. Sa posture n’a pas changé. Dans une interview accordée à Ouest-France, le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères a exhorté son successeur Loïg Chesnais-Girard à faire alliance avec le candidat LREM Thierry Burlot au soir du premier tour des élections régionales. Etrillant au passage la liste de lécologiste Claire Desmares-Poirrier.

« EELV, c’est une ligne rouge », a déclaré l’ancien maire de Lorient évoquant « une écologie idéologique de stigmatisation, de culpabilisation et d’accusation » menée par la jeune agricultrice. Des déclarations qui ont fait réagir la principale intéressée ce lundi. « Le Drian dit qu’il veut ramener autour de la même table ceux qui se sont divisés. Ils ont essayé quinze fois, ils ont fait deux listes séparées et ils s’entre-tuent sur les plateaux télé et moi je compte les points. Mais c’est fini, c’est terminé, l’échec est déjà cuisant », tacle la tête de liste de Bretagne d’avenir.

« Cette région, elle est très en retard »

A moins d’une semaine du premier tour, la jeune candidate a reçu la visite de Delphine Batho, ancienne ministre de l’Ecologie. Cette dernière a bien connu Jean-Yves Le Drian, pour l’avoir côtoyé au gouvernement en 2012 et 2013. « Ce n’est pas un jugement sur la personne de Jean-Yves Le Drian mais je ne suis pas surprise qu’il soit opposé à la transformation écologique de la Bretagne. C’est pourtant une urgence absolue. Cette région, elle est très en retard par rapport à ce qu’est l’attente des citoyens et citoyennes », glisse la présidente de Génération Ecologie.

Donnée à 12 % dans un récent sondage, la liste EELV espère être en mesure de se qualifier pour le second tour et croit beaucoup en sa capacité « à créer la surprise en Bretagne ». Mais que fera-t-elle dimanche soir si elle échoue derrière le Rassemblement national, la droite, LREM ou la majorité de gauche sortante ? L’idée d’une fusion avec la liste du président Loïg Chesnais-Girard n’a jamais été écartée. « J’espère qu’on discutera. J’espère qu’il prendra ses responsabilités. La perspective d’une quinquangulaire [quatre ou cinq listes qualifiées au second tour] pourrait offrir une prime pour le Front national (s’il arrivait en tête) », critique la jeune candidate.

Le socialiste va-t-il écouter la voix de son mentor et se marier à La République en marche ? Pas impossible mais pas certain. « C’est comme un propriétaire qui désigne ses héritiers, tacle la candidate. Le Drian fait des discours depuis Paris et veut nous faire croire qu’il a un leadership en Bretagne et qu’il peut proposer l’avenir. Le Drian, il regarde vers le passé et moi je regarde devant ».

Les débats s’annoncent houleux jusqu’au scrutin. Et on ne vous parle même pas des tractations qui rythmeront l’entre-deux tours.

Retrouvez les résultats des élections régionales en Bretagne le dimanche 20 juin dès 20h sur 20minutes.fr