Régionales en Ile-de-France : « L’écologie des résultats, c’est nous », assure Valérie Pécresse

DECLARATIONS Valérie Pécresse, la tête de liste soutenue par LR à Paris pour les régionales en Ile-de-France, était l’invité de l’émission de BFM Paris « Paris politiques », en partenariat avec « 20 Minutes »

David Blanchard

— 

Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France et candidate à la réélection, sur le plateau de BFM Paris pour "Paris Politiques" en partenariat avec "20 Minutes".
Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France et candidate à la réélection, sur le plateau de BFM Paris pour "Paris Politiques" en partenariat avec "20 Minutes". — F. Hernandez / 20 Minutes
  • Valérie Pécresse, présidente sortante de la région Ile-de-France, est candidate à sa réélection, soutenue par LR, était l'invitée de l’émission de BFM Paris Paris politiques, en partenariat avec 20 Minutes, ce jeudi.
  • « Quand j’entends Julien Bayou [le candidat EELV] oser m’imputer des morts liés à la pollution atmosphérique, c’est factuellement faux puisque la pollution a diminué de 30 % depuis dix ans. Ce sont des accusations ignobles », tonne la candidate.
  • La présidente sortante souhaite plafonner à 4 euros au maximum les tickets de RER.

Valérie Pécresse est donnée grande favorite pour les régionales en Ile-de-France, à la tête d’une liste de son mouvement Libres ! soutenue par Les Républicains. Elle était ce jeudi l’invitée de Paris politiques, l’émission de BFM Paris en partenariat avec 20 Minutes. L’occasion de revenir sur son bilan, qu’elle assure très fort sur l’écologie, et de mettre en avant ses propositions.

La circulation

« L’offre de transports en commun est revenue à 100 %. Si on veut désaturer, il faut doubler le réseau des transports en commun, de banlieue à banlieue. C’est mon projet. Il faut un métro qui fasse le tour de Paris : ce sera le Grand Paris Express. Il faut offrir plus de qualité de transports, ce qui est incompatible avec la gratuité que souhaite Audrey Pulvar [la candidate PS]. La Région doit gérer l’autoroute et le périphérique pour ajouter une voie pour le covoiturage. On ne peut pas supprimer une voie sur le périphérique comme le veut Anne Hidalgo [la maire PS de Paris] : ce serait la thrombose. Le covoiturage fait perdre du temps. Ce qui changera les choses, c’est si faire du covoiturage fait gagner du temps. »

Le financement des projets de transports en commun

« Nous avons un sujet, qui est l’addition de la crise Covid. En 2021, nous avons perdu 40 % de nos abonnés Navigo mensuels. Je demande à l’Etat de renflouer les caisses d’Ile de France Mobilités, comme dans tous les autres pays. Nous avons besoin de cet argent. Sinon, je bloquerai les paiements de la SNCF et de la RATP. Nous ne sommes pas responsables des confinements. Je ferai tout pour que les usagers ne paient pas, et ne pas augmenter les abonnements. »

La sécurité dans les transports en commun

« Les caméras de vidéoprotection ont permis d’améliorer de 20 à 30 % l’élucidation de faits selon les chiffres que me remontent des maires de terrain comme Aulnay ou Meaux. J’ai mis en place le 31.17 qui permet d’appeler immédiatement. Les chiffres ont augmenté parce qu’on les dénonce. Les Franciliens ont l’impression qu’il y a plus de vols à l’arraché, car les réseaux ne s’en prennent plus aux touristes mais à eux. J’ai demandé au gouvernement de voter une interdiction de paraître sur les réseaux de transports aux récidivistes. »

L’écologie

« Quand j’entends Julien Bayou [le candidat EELV] oser m’imputer des morts liés à la pollution atmosphérique, c’est factuellement faux puisque la pollution a diminué de 30 % depuis dix ans. Ce sont des accusations ignobles. J’aimerais qu’il fasse moins le fier. Le bilan écologique de mon prédécesseur, dont Julien Bayou faisait partie, est calamiteux. On achetait encore des bus diesel. C’est nous qui avons commandé des bus électriques. Sur le vélo, rien n’avait été fait non plus : qui a lancé le Véligo ? C’est nous. L’aide de 500 euros pour l’achat de vélos électriques ? C’est nous. Le RER vélo ? C’est nous. La conversion des terres agricoles au bio ? C’est nous. A son époque, on artificialisait 1.300 ha de terres agricoles par an. Aujourd’hui, ce n’est que 500. L’écologie des résultats, c’est nous. »

La région la plus riche et la plus inégalitaire de France

« La Région a lutté tout mon mandat contre ces inégalités. Nous avons durant ce mandat investi un tiers de plus en six ans Seine-Saint-Denis par rapport aux Hauts-de-Seine. Nous avons diminué les dotations à Paris au profit des territoires ruraux de la grande couronne, les grands oubliés de la politique régionale de la majorité précédente. Et nous allons plafonner les tickets de transport à 4 euros maximum. Ils peuvent aller jusqu’à 10 ou 15 euros actuellement pour un aller simple. Cela coûtera 145 millions d’euros. »

Les lycées

« Il n’y a pas de lycée dont l’état soit en urgence absolue. On a mis en place un système de recrutement intérimaire pour remplacer chaque personnel absent immédiatement pendant la crise Covid pour le nettoyage. Je n’ai pas réussi à tout rénover, mais j’ai hérité de 200 lycées vétustes. En cinq ans, on ne résout pas un tel abandon. »

Ses ambitions présidentielles

« Je présente un programme très ambitieux. Ce que je garantis aux Franciliens, c’est que tout ce qui est dans mon programme sera réalisé dans les six ans qui viennent. Je ne me pose pas la question d’être candidate à la présidentielle. L’enjeu est trop important. Les Franciliens, cette question ne les intéresse pas : ce qui les intéresse, c’est ce qu’on va faire. Ce que je dis, je le fais. »