Régionales en Bretagne : Transports, lycées, formation… Que proposent les candidats pour les jeunes ?

PROGRAMME Aides à la mobilité et au logement, développement de l’alternance, modernisation des lycées… Alors que les jeunes ont payé un lourd tribut à la crise sanitaire, les candidats et candidates aux élections régionales en Bretagne ont des propositions pour améliorer leur avenir

Jérôme Gicquel

— 

Illustration d'une distribution de colis alimentaires pour les étudiants et étudiantes en mars sur le campus de Rennes 2.
Illustration d'une distribution de colis alimentaires pour les étudiants et étudiantes en mars sur le campus de Rennes 2. — J. Gicquel / 20 Minutes
  • Les élections régionales se déroulent les 20 et 27 juin.
  • En Bretagne, les têtes de listes essaient de capter l’électorat jeune qui a particulièrement souffert de la crise sanitaire.
  • Les candidats et candidates évoquent des propositions pour aider à la mobilité ou à l’insertion des jeunes sur le marché du travail.

Vie sociale en sommeil, finances en berne, études chamboulées… Victimes silencieuses de la crise sanitaire, les jeunes sont depuis plus d’un an dans la galère. Des aides financières ont bien sûr été débloquées pour les aider à surmonter la crise. Mais elles paraissent bien maigres tant la précarité des jeunes est croissante. Alors qu’ils profitent de leur liberté retrouvée, on se doute que les élections régionales, qui se tiennent les 20 et 27 juin, sont loin d’être leur priorité. En Bretagne, les candidats et candidates en lice ont pourtant des propositions pour améliorer leur avenir.

Certains promettent ainsi un petit coup de pouce financier de la région pour les aider à boucler leurs fins de mois. Le président socialiste sortant Loïg Chesnais-Girard évoque par exemple la création d’un pass « Breizhgo illimité » qui permettra à tous les jeunes de moins de 30 ans de voyager à prix réduit sur l’ensemble du réseau de transport breton (train, car, bateaux). Tête de liste de la France insoumise, Pierre-Yves Cadalen propose quant à lui la gratuité des TER pour les moins de 25 ans quand l’écologiste Claire Desmares-Poirrier milite pour « la gratuité des transports régionaux pour les étudiants boursiers ».

L’emploi des jeunes passe par la formation

Rendue encore plus compliquée par la crise, l’insertion des jeunes sur le marché du travail est également au cœur des priorités des candidats. Cela passe notamment par la formation, avec la création d’un plan souhaité par David Cabas (Debout la France) pour les jeunes sortis de l’école sans diplôme. La candidate LR Isabelle Le Callennec propose de « développer massivement l’alternance » et d’instaurer « une bourse au mérite pour les jeunes alternants ». Idem pour Gilles Pennelle (Rassemblement national) qui entend attribuer « des bourses au mérite pour récompenser les talents de demain » et revaloriser les filières manuelles et professionnelles.

Sur la question de la formation, Loïg Chesnais-Girard propose pour sa part de créer « un réseau régional d’entreprises accueillantes pour faciliter la recherche de stages » tandis que la candidate écologiste Claire Desmares-Poirrier souhaite mettre l’accent « sur les filières d’avenir, créatrices d’emplois durables ». Leader de la liste Bretagne ma vie, Daniel Cueff évoque enfin « la gratuité des inscriptions en première année post-formation initiale sous conditions de ressources ».

Du bio dans les assiettes des lycéens

Pourtant parmi les préoccupations majeures chez les jeunes, la question du logement n’est pas beaucoup évoquée par les candidats et candidates. Isabelle Le Callennec entend bien « favoriser le logement des jeunes », sans toutefois apporter de proposition concrète sur le sujet. Loïg Chesnais-Girard promet, lui, d’investir 50 millions d’euros sur le logement universitaire afin de répondre notamment à l’enjeu de la rénovation thermique.

Compétence des régions, les lycées sont également l’objet de toutes les attentions pendant cette campagne. Sans surprise, Claire Desmares-Poirrier propose « des repas bio et locaux dans les restaurants, avec une option végétarienne à chaque repas », tout comme Pierre-Yves Cadalen. Candidat soutenu par LREM, le Modem et l’UDI, Thierry Burlot insiste plus sur la fracture numérique et propose de fournir une tablette ou un ordinateur aux jeunes qui n’en possèdent pas. Gilles Pennelle veut quant à lui réduire le coût de la rentrée scolaire avec notamment « la gratuité réelle des manuels ».

Loïg Chesnais-Girard évoque enfin « un budget participatif par lycée pour favoriser la créativité et l’engagement des jeunes ». Une idée peu ou prou similaire à celle de Thierry Burlot qui milite pour « une aide financière de 150 à 500 euros pour permettre la participation des lycéens dans un projet collectif » avec un soutien de la région de 400.000 euros pour soutenir mille projets par an.

Retrouvez les résultats des élections régionales en Bretagne le dimanche 20 juin dès 20H sur 20minutes.fr