Régionales dans le Grand-Est : Le sortant Jean Rottner veut un front républicain au second tour

POLITIQUE Le président sortant de la région Grand-Est se voit en tête au premier tour et demande dans ce cas aux autres listes de l’aider à faire barrage au Rassemblement national

20 Minutes avec AFP
— 
Jean Rottner, président sortant de la région Grand-Est, le 29 août 2020.
Jean Rottner, président sortant de la région Grand-Est, le 29 août 2020. — PATRICK GELY

La question des alliances au second tour des régionales continue d’être au cœur de la campagne pour le premier tour. Dans la région Grand-Est, le président sortant (LR) Jean Rottner a ainsi laissé entendre mercredi soir qu’il n’excluait pas une alliance au second tour avec la ministre macroniste Brigitte Klinkert.

« Quand il fallu choisir il y a quelque temps entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, j’ai fait le choix qu’a fait Xavier Bertrand cette semaine dans les Hauts-de-France qui est de dire, je soutiendrai Mme Bourguignon (candidate de la majorité à une législative partielle) parce que je fais le front républicain », a déclaré Jean Rottner sur France 3. « La porte n’a pas à être fermée ou ouverte. Je serai premier, je serai en tête (du premier tour) et c’est aux listes derrière de faire leur choix, un choix qui est celui de faire barrage ou non au Rassemblement national et à l’extrême droite », a-t-il ajouté lors d’un débat organisé entre les six principales têtes de liste dans la région Grand-Est, avant le premier tour du 20 juin.

Nouveau sondage, nouveau discours

La semaine dernière, le candidat à sa succession avait exclu l’hypothèse d’une fusion au second tour avec la liste sans étiquette de Brigitte Klinkert. Mais depuis, un sondage Ipsos Sopra Steria pour France 3, publié mercredi, donne vainqueur au second tour la tête de liste du RN, Laurent Jacobelli, en cas de quadrangulaire (32 %), avec trois points d’avance sur le candidat LR.

Pour gagner au jeu du désistement, l’ordre d’arrivée le 20 juin devrait peser. « Moi, je me présente pour gagner et je pense pouvoir être en tête au soir du premier. Quoi qu’il en soit, je ferai tout ce qu’il faut pour défendre les valeurs qui sont les miennes », a ainsi souligné Brigitte Klinkert, ministre déléguée chargée de l’insertion.