Régionales dans le Grand-Est : Ex-Miss Ronde, athlète, sosie de Johnny… Ces candidats atypiques aux élections

POLITIQUE Ils ne sont ni cadres, ni commerçants, ni fonctionnaires… Zoom sur ces candidats aux élections régionales aux profils peu communs

Thibaut Gagnepain

— 

De gauche à droite : Jean-Claude Bader, Audrey Kessouri et Bob Tahri.
De gauche à droite : Jean-Claude Bader, Audrey Kessouri et Bob Tahri. — Montage photos
  • Les élections régionales sont programmées les 20 et 27 juin partout en France. Dans le Grand-Est, neuf listes ont été constituées avec près de 200 candidats à chaque fois.
  • Parmi eux, certains présentent des profils atypiques. Une ex-Miss Ronde Univers, un grimpeur-arboriste, un ancien athlète international ou encore un sosie vocal de Johnny Hallyday.
  • 20 Minutes est allé à la rencontre de ces quatre candidats issus de quatre listes différentes.

Neuf listes avec près de 200 noms à chaque fois… Les 20 et 27 juin, les élections régionales dans le Grand-Est mettront aux prises pas loin de 2.000 candidats. Parmi eux, certains présentent des parcours atypiques. 20 Minutes en a sélectionné quatre.

Audrey Kessouri, l’ex-Miss Ronde Univers qui « adore les défis »

Les flashs des appareils photos, les coups d’envois de matchs, une apparition sur TF1… La vie d’Audrey Kessouri, 39 ans, a pris un tour inattendu il y a quelques années. Quand la jeune femme, aujourd’hui 15e sur la liste de l’Appel Inédit d’Aurélie Filippetti en Alsace, s’était lancée dans l’aventure Miss Ronde. « J’étais tombée par hasard sur un concours et ça m’avait donné envie de me donner un défi, ce que j’adore », retrace la Strasbourgeoise de naissance, qui s’était vite prise au jeu. Au point de devenir Miss Ronde France comité Alsace en 2016 puis… Miss Ronde Univers en 2018 ! « L’élection, par Internet, avait duré six mois et c’était génial car j’étais régulièrement challengée. J’ai dû enregistrer une musique, faire des défilés, des séances photos, etc. Ça m’a permis de travailler sur ma confiance en moi et de rencontrer des gens, c’était une expérience unique », s’enthousiasme encore la directrice du service scolaire et périscolaire de Molsheim, dans le Bas-Rhin.

Audrey Kessouri, 15e en Alsace sur la liste de l'Appel Inédit
Audrey Kessouri, 15e en Alsace sur la liste de l'Appel Inédit - Audrey Kessouri

Son arrivée en politique remonte, elle, à 2016, pour un mandat de conseillère municipale à Souffelweyersheim. « Je trouve important de s’investir et de participer à la vie locale. »

Frédéric Mathias, le grimpeur-arboriste devenu maire par hasard

Sans ce fameux rendez-vous médical en 1989, il serait peut-être encore documentaliste. Sauf que Frédéric Mathias a lu les revues qui traînaient ce jour-là dans la salle d’attente. « Et dedans, on parlait d’une formation de grimpeur-élagueur. A l’époque, la profession était en plein renouveau », retrace le sexagénaire, qui sera 3e sur la liste écologiste d’Eliane Romani dans les Ardennes. Une vocation était née. Elle l’a ensuite emmené à des hauteurs inimaginables.

Frédéric Mattias au sommet d'un arbre. Il est 3e dans la liste des Ardennes portée par Eliane Romani.
Frédéric Mattias au sommet d'un arbre. Il est 3e dans la liste des Ardennes portée par Eliane Romani. - Frédéric Mattias

« Le plus grand arbre du monde, en Amérique du Nord, doit faire 110 mètres. Moi, j’ai dû monter jusqu’à environ 80 mètres en Afrique. » À l’occasion de missions scientifiques, tantôt pour aller chercher des graines, des fleurs, étudier… « Ça m’a fait pas mal voyager, en Amérique du Sud aussi, au Vanuatu mais maintenant, je sors rarement du Grand-Est », reprend le Perpignanais d’origine, arrivé dans les Ardennes en 1978. Où il s’est depuis stabilisé, au point de devenir le maire de son petit village de Boult-aux-Bois, en 2008. Là encore par hasard. « Il n’y avait aucun candidat, alors… » Frédéric Mathias en est désormais à son troisième mandat et espère bien transmettre ses convictions, forgées au gré de ses expériences. « Toute la planète est reliée. Ce qu’il se passe au Vanuatu peut avoir des incidences ici. Si je peux avoir une petite action… »

Bob Tahri a changé de courses

Longtemps, l’athlète a trusté les podiums. Avec une médaille mondiale et trois européennes, Bouabdellah (« Bob ») Tahri n’est plus à présenter. Il a été l’un des plus grands spécialistes français du demi-fond jusqu’à sa retraite en 2017. Depuis, le Messin a pris d’autres départs. D’abord comme préparateur physique du club de foot de l’AS Monaco en 2018 et 2019, puis comme consultant sur la chaîne L’Equipe. « J’ai une entreprise de consulting sportif », détaille l’entrepreneur, devenu conseiller municipal dans la capitale mosellane l’été dernier avec l’élection de François Grosdidier. « Il m’a donné les responsabilités en adéquation avec ce que je voulais, la politique de la ville et la jeunesse », détaille-t-il, ravi de pouvoir « aider les nouvelles générations à se projeter et essayer de les inspirer avec mon parcours »

Bob Tahri (à gauche), médaillé de bronze aux championnats d'Europe 2000 sur 3000 m steeple. Il sera 15e de la liste portée par Jean Rottner, en Moselle.
Bob Tahri (à gauche), médaillé de bronze aux championnats d'Europe 2000 sur 3000 m steeple. Il sera 15e de la liste portée par Jean Rottner, en Moselle. - Manu Fernandez/AP/SIPA

Cette nouvelle course, l’ancien champion n’en voit pas la ligne d’arrivée. « Je prends tout ça avec beaucoup d’humilité et je sais que ça peut être éphémère. Mais j’essaie d’être le plus altruiste possible là où j’étais très égoïste dans ma carrière de sportif de haut niveau. » Bob Tahri est inscrit à la 15e place de la liste de Jean Rottner (Les Républicains) en Moselle.

Jean-Claude Bader, ne l’appelez pas le « Johnny alsacien »

En Alsace, son visage est connu. Sa voix surtout. Depuis près de vingt-cinq ans, Jean-Claude Bader interprète Johnny Hallyday à sa façon. « Beaucoup me comparent à un sosie vocal mais je ne cherche pas à l’imiter. Moi, j’aime le partage d’émotions », tranche l’intéressé, qui n’aime pas qu’on le réduise à cette activité en vue des élections. « Ça m’énerve quand mes adversaires parlent du Johnny alsacien mais je ne suis pas fou, ils le font exprès. Moi, j’aime dire que je ne mélange pas les 3P, pour le politique, le privé et le professionnel. »

Jean-Claude Bader, 5e en Alsace sur la liste de Laurent Jacobelli
Jean-Claude Bader, 5e en Alsace sur la liste de Laurent Jacobelli - Jean-Claude Bader

Lors de ses concerts, « une date par semaine avant le Covid-19 », l’ancien restaurateur assure ainsi ne jamais parler de politique. Une activité qui l’occupe, elle, depuis une vingtaine d’années. « J’avais été contacté par Robert Grossmann en 2001 avant les municipales à Strasbourg et c’est comme ça que je me suis retrouvé adjoint de Fabienne Keller. » Depuis, l’homme de 69 ans a été élu conseiller régional avec Florian Philippot en 2015 et sera cette année au 5e rang de la liste du Rassemblement national conduite par Laurent Jacobelli. « J’aime échanger avec les gens et l’idée de pouvoir faire des choses pour eux. »