Présidentielle 2022 : Robert Ménard indique qu'il soutiendra Marine Le Pen

ELECTIONS « Bien sûr, bien sûr », a répondu le maire de Béziers à propos de son soutien à la candidate du RN, face à Jean-Jacques Bourdin

N.B.

— 

Robert Ménard.
Robert Ménard. — N. Bonzom / Maxele Presse

Robert Ménard (divers droite) sera derrière la candidature de Marine Le Pen (RN) à l’élection présidentielle, en 2022. « Bien sûr, bien sûr ! », a-t-il répondu ce lundi matin sur RMC et BFM TV à Jean-Jacques Bourdin, qui demandait au maire de Béziers (Hérault) s’il soutiendrait « officiellement » la candidate du RN l’année prochaine.

Mais elle « n’a pas réussi, encore », à faire le lien entre la droite et l’extrême droite, a noté le fondateur de Reporters sans frontières. « Il y a un certain nombre de mesures qu’elle continue à défendre qui sont des mesures rédhibitoires pour la droite », comme « la retraite à 60 ans et les 40 années d’annuités », a poursuivi Robert Ménard.

Il « parle » avec Guillaume Pelletier

Robert Ménard avait été, un temps, critique à l’encontre de Marine Le Pen. En février dernier, ils s’étaient finalement revus, pour enterrer la hache de guerre. « L’atmosphère a été glaciale, et maintenant on se reparle normalement », s’était félicité l’élu, qui avait précisé qu’il s’agissait « d’oublier un peu les rapports exacerbés, passionnels, et les propos qui pouvaient être tenus de part et d’autre un peu désagréables, pour essayer de voir comment on pouvait parler politique et faire des choses ensemble. »

Face à Jean-Jacques Bourdin, le maire de Béziers a par ailleurs balayé une éventuelle candidature d’Eric Zemmour. « C’est un bon débatteur, c’est un type hors pair sur sa connaissance historique, a souligné Robert Ménard. Mais est-ce qu’il ferait un bon chef de l’Etat ? Aujourd’hui, je ne crois pas que les Français en soient convaincus. »

Robert Ménard a aussi confirmé dans la même émission qu’il discutait avec Guillaume Peltier​ (LR) : « On se parle, on échange. On peut ne pas être d’accord sur tout », a indiqué le maire de Béziers, fervent défenseur de l'« union des droites ». « J’ai présenté des candidats pour les Départementales. Sur Béziers, il y a trois cantons. Ni le RN, ni les Républicains n’ont présenté de candidats contre moi, et ils me l’ont dit. » Dimanche, sur RTL, le numéro 2 des Républicains a affirmé qu’il portait « les mêmes convictions » que Robert Ménard, précisant qu’il était « un très bon maire ».