Régionales en Paca : Pour Mariani, l’engagement de jeunesse de Vardon à des groupuscules d’extrême droite n’est « pas du tout embarrassant »

POLITIQUE Selon la tête de liste aux élections régionales du Rassemblement national, Thierry Mariani, le passé de son codirecteur de campagne est « sympathique »

E.M.
— 
Philippe Vardon, conseiller régional Paca et responsable de la section Front National de Nice.
Philippe Vardon, conseiller régional Paca et responsable de la section Front National de Nice. — Alain ROBERT/Apercu/SIPA
  • Thierry Mariani est revenu sur le passé de Philippe Vardon, actuellement conseiller municipal d’opposition à Nice et codirecteur de campagne pour les régionales, lors d’une interview à France Bleu Azur.
  • Pour lui, « quand on est jeune, on a le droit d’avoir des idées fermes et affirmées ».

Ce lundi, Thierry Mariani, tête de liste du Rassemblement national pour les régionales en Paca, était l’invité de France Bleu Azur. Le journaliste radio en a profité pour citer l’article du JDD paru dimanche sur les « liaisons dangereuses » entre le parti et certains candidats. Dans la séquence repérée par Nice-Matin, il évoque notamment le cas du Niçois Philippe Vardon et « son passé à Unité radicale », un groupuscule d’ extrême droite dissous en 2002 après la tentative d’attentat contre Jacques Chirac.

Pour Thierry Mariani, « quand on est jeune, on a le droit d’avoir des idées fermes et affirmées ». Il décrit même son affiliation comme « plus sympathique que les jeunes qui s’abrutissent sur leur tablette ». Le représentant du RN pour les prochaines élections régionales parle d’un « passé connu dans la région » et « pas du tout embarrassant ».

« Je suis très heureux de l’avoir comme codirecteur de campagne », conclut-il après avoir assuré que Philippe Vardon avait « évolué » et qu’il n’était « plus le même qu’il y a quinze ans ».

Un passé chargé

Après la dissolution d’Unité radicale, le Niçois co-fonde Bloc identitaire avec Fabrice Robert. Le mouvement se fait remarquer à travers des événements tels que la distribution de soupe au porc pour en exclure les musulmans ou le changement de noms de rues du centre-ville de Nice en « rue de la Lapidation » ou « rue de la Burqa », rapporte Libérationlors d’un portrait écrit à l’occasion des municipales en 2019.

Le Monde l’avait également interrogé à cette période sur son apparition dans un documentaire diffusé en 1998. Au milieu d’une petite foule d’hommes au crâne rasé, il multipliait les saluts hitlériens dans un concert en hurlant un hymne néonazi. Il répondait à l’époque de l’article que c’était « une connerie de gamin ».

Candidat aux élections municipales en 2020 à Nice, Philippe Vardon est conseiller municipal et métropolitain, président du groupe « Retrouver Nice ». Il est également conseiller régional sortant et vice-président du groupe RN à la région.