Régionales en Hauts-de-France : Xavier Bertrand souhaite inscrire les chasses traditionnelles à l’Unesco

POLITIQUE En campagne pour les élections régionales, l’actuel président des Hauts-de-France a assumé son soutien à des modes de chasse particulièrement controversés comme le déterrage

Mikaël Libert

— 

Xavier Bertrand et Jean-Pierre Farandou, président de la SNCF, à Lille.
Xavier Bertrand et Jean-Pierre Farandou, président de la SNCF, à Lille. — M.Libert / 20 Minutes
  • Candidat aux régionales dans les Hauts-de-France, Xavier Bertrand a rencontré des chasseurs dans la Somme.
  • Il leur a promis de demander l’inscription des chasses traditionnelles au patrimoine mondial de l’Unesco.
  • Une prise de position claire alors même que ces types de chasses controversées sont entrés dans le débat public.

En visite, lundi, dans la Somme, Xavier Bertrand, président sortant des Hauts-de-France et candidat à sa succession, est notamment allé à la rencontre des chasseurs. Il en a profité pour leur faire une promesse qui a choqué de nombreux internautes sur les réseaux sociaux : proposer l’inscription des chasses traditionnelles à l’Unesco.

« La chasse fait partie du patrimoine de notre pays et des Hauts-de-France. La Région saisira le ministère de la Culture pour inscrire la chasse au gibier d’eau et les chasses traditionnelles au patrimoine mondial de l’Unesco », a déclaré sur Twitter Xavier Bertrand. Ce que l’on appelle « chasses traditionnelles » sont des pratiques propres à certaines régions comprenant, entre autres, les chasses aux petits oiseaux (à la glu, à la tendelle, à la matole) ou encore le « déterrage » d’animaux comme le renard ou le blaireau. En revanche, la chasse à courre n’entre pas dans cette catégorie.

Des sur la table du débat public

Cette prise de position claire de Xavier Bertrand intervient alors justement que ces pratiques controversées sont entrées dans le débat public. A la fin du mois d’août dernier, le président de la République, Emmanuel Macron, avait annoncé l’interdiction de la chasse à la glu pour la saison 2020. En ce qui concerne la vénerie souterraine, cette pratique est inlassablement dénoncée par les associations de défense des animaux.

Mais pas uniquement. Dans une tribune signée en juin dernier par une soixantaine de parlementaires, Loïc Dombreval, Député (LREM) des Alpes-Maritimes, avait dénoncé des pratiques « insoutenables du point de vue du respect des êtres sensibles que sont les animaux, et à l’opposé d’une chasse qui se voudrait moderne et éthique ».

Parmi les adversaires de Xavier Bertrand aux régionales, la question de la chasse fait aussi débat. Sans surprise, la tête de liste de la gauche, Karima Delli, s’est prononcée contre. Elle a même lancé une votation citoyenne pour demander l’interdiction de la chasse à courre, une « pratique cruelle et d’un autre temps ». De son côté, le candidat du rassemblement national (RN), Sébastien Chenu, a déclaré : « le monde de la ruralité de la chasse et de la pêche pourra compter sur moi ».