Régionales en Ile-de-France : Valérie Pécresse présente ses listes (et ses prises écolo)

POLITIQUE La présidente du parti Libres ! Valérie Pécresse a présenté hier soir ses listes pour les élections régionales en Ile-de-France

Aude Lorriaux

— 

Valérie Pécresse le 14 mai à Nemours.
Valérie Pécresse le 14 mai à Nemours. — Jacques Witt/SIPA
  • Yann Wehrling, Emmanuel Pruvost, Marie-Eve Perru, Mathieu Cuip, Olivier Blond : Valérie Pécresse a investi sur ses listes cinq personnalités écolo, dont une issue de la société civile.
  • « Nous avons profondément renouvelé les listes, nous avons deux tiers de nouveaux candidats », clame la candidate aux élections régionales en Ile-de-France.
  • Parmi les personnalités connues, on trouve deux boxeurs, Jean-Marc Mormeck et Ali Oubaali, l’ancienne championne du monde d’athlétisme Christine Arron, le comédien Benoit Solès ou encore la cheffe cuisinière Babette de Rozières.

Elle le clame, sa conversion à l’écologie ne date pas d’hier. Et pour le prouver, Valérie Pécresse, candidate aux élections régionales d’Ile-de-France, a décidé d’investir sur ses listes cinq écologistes. En bonne place, un sortant notoire, Yann Wehrling, fondateur du Parti de la Nature et ancien secrétaire national des Verts (2005-2006), élu sous l’égide de la présidente d’Ile-de-France en 2015. Mais aussi de nouvelles têtes. « Nous avons profondément renouvelé les listes, nous avons deux tiers de nouveaux candidats », indique en préambule de sa conférence de presse de présentation de ses listes la présidente du parti Libres !

C’est ainsi que figurent deux membres du Mouvement des écologistes indépendants (MEI), créé par Antoine Waechter, ancien candidat des Verts à l’élection présidentielle de 1988. Emmanuel Pruvost, délégué général du MEI en Ile-de-France, et directeur d’Ehpad, et Marie-Eve Perru, secrétaire générale du MEI, ingénieure. Antoine Waechter, qui ne réside pas en Ile-de-France, est lui-même un soutien de la liste.

Olivier Blond, ancien président de Respire

L’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy a aussi débauché des ex-partisans d’Emmanuel Macron. C’est le cas de Mathieu Cuip, secrétaire général de l’Union des centristes et des écologistes (UCE). Christophe Madrolle, président de l’UCE, soutient la liste.

Une personnalité issue du monde associatif complète le tableau : Olivier Blond, qui présidait il y a encore quelques semaines Respire, et souhaite installer des purificateurs d’air dans les écoles – il est l'auteur d'une étude sur le sujet. « Il fallait faire la place à la société civile » a justifié Valérie Pécresse, suite aux critiques émanant de Rachida Dati, qui avait d’abord refusé son soutien à cause de la situation de certains colistiers LR, situés à des places non éligibles. Les listes présentent tout de même 65 maires (sur 209 candidats), comme l’a relevé une consœur de BFM TV.

Deux boxeurs et des métiers de l’ordre « très bien représentés »

La moyenne d’âge est 45 ans, Valérie Pécresse se vantant d’une « liste qui met le pied à l’étrier aux jeunes générations ». On y trouve plusieurs étudiants et étudiants, dont Laura Bellois, la benjamine de 21 ans, élue à Osny. La liste, promet la candidate, reflète aussi « la diversité socioprofessionnelle de la région ». « Les métiers de l’ordre et de la sécurité sont très bien représentés », a insisté Valérie Pécresse, avec notamment en tête de liste à Paris l’ancien directeur général de la Police nationale, Frédéric Péchenard, ou l’avocat Thibault de Montbrial. On trouve également cinq agriculteurs, 14 personnalités du monde de l’enseignement et des gens de culture, dont le comédien Benoît Solès ou la cheffe cuisinière Babette de Rozières.

On retrouvera enfin dans ces listes la passion de Valérie Pécresse pour la boxe, puisqu’y figurent, à côté de grands sportifs (l’ancienne championne du monde d’athlétisme Christine Arron, notamment) deux boxeurs, Jean-Marc Mormeck et Ali Oubaali, tous deux multiples champion du monde.