Régionales en PACA : Renaud Muselier n’a plus le soutien de la fédération LR des Alpes-Maritimes

POLITIQUE Dirigée par Eric Ciotti, cette fédération refuse l’alliance avec LREM pour les élections régionales

20 Minutes avec AFP

— 

Renaud Muselier, président sortant de la région PACA, à Marseille le 14 mai 2021.
Renaud Muselier, président sortant de la région PACA, à Marseille le 14 mai 2021. — Alain ROBERT/SIPA

La brouille continue au sein des Républicains au sujet de la stratégie à adopter avec LREM pour les prochains scrutins, notamment en Provence-Alpes-Côte d’Azur. La fédération LR des Alpes-Maritimes, dirigée par le député Eric Ciotti, a annoncé lundi qu’elle retirait son soutien pour les élections régionales à la liste de Renaud Muselier sur laquelle figurent des candidats de la majorité présidentielle.

« Nous avons, malgré les engagements qui avaient été pris devant la commission nationale d’investiture, constaté que Renaud Muselier avait passé un accord politique avec le pouvoir macronien », estiment les Républicains des Alpes-Maritimes dans une motion adoptée par 84 % des membres du comité départemental du parti. Renaud Muselier n’a pour le moment pas souhaité réagir.

« Une insulte faite aux militants »

Evoquant l’ouverture de la liste de droite à des candidats de LREM, cette motion dénonce un accord « directement négocié et imposé par l’Elysée pour essayer de déstabiliser notre famille politique à moins d’un an des élections présidentielles ». « Cette alliance constitue une insulte faite aux militants et à nos candidats engagés aux élections départementales », continue encore la motion adoptée par les représentent de cette fédération qui se revendique la première de France. Quelque 12 % des membres du comité se sont opposés à cette motion et 4 % se sont abstenus.

Vendredi, lors de la présentation de sa liste « Notre région d’abord », le président sortant de la région Renaud Muselier avait critiqué certains membres de LR opposés à l’ouverture de sa liste à une quinzaine de membres de la majorité présidentielle. Selon lui, ils « remettent en cause la ligne rouge "pas de compromission avec le Front national" ». Eric « Ciotti poursuit son œuvre de démolition de notre famille politique », a pour sa part regretté lundi Pierre-Paul Leonelli, adjoint au maire de Nice Christian Estrosi. « Ce soir il a désorienté les militants et voici ce qui nous guette : l’abstention », a-t-il critiqué. Selon ce conseiller régional LR, sur les 3.280 votants de la fédération, seuls 240 ont voté pour la motion d’Eric Ciotti.