Régionales en Bretagne : Plume de Macron, frère de, star de TV… Ces candidats qui détonnent

ELECTIONS Alors que le scrutin s’annonce indécis les 20 et 27 juin en Bretagne, plusieurs personnalités se présentent aux élections régionales

Camille Allain

— 

Une session du conseil régional de Bretagne. Illustration.
Une session du conseil régional de Bretagne. Illustration. — C. Allain / 20 Minutes
  • Le dépôt des listes aux élections régionales a été clôturé ce lundi, à un peu plus d’un mois du premier tour prévu le 20 juin.
  • En Bretagne, plusieurs personnalités détonnantes sont présentes sur les listes.
  • Un ancien Bonnet Rouge, une star de la télé, des navigateurs, ou le patron du pâté Hénaff sont candidats.

Les inscriptions sont closes, merci de repasser. Depuis midi ce lundi, les listes des candidats aux élections régionales ont été officiellement déposées en préfecture et sont clôturées. En Bretagne, le scrutin prévu les 20 et 27 juin s’annonce plutôt ouvert, notamment en raison de la multiplication des candidatures. Onze listes sont connues mais treize auraient été déposées dans la région, aux mains du Parti socialiste depuis l’élection de Jean-Yves Le Drian en 2004. Son successeur, Loïg Chesnais-Girard, entend bien poursuivre son mandat entamé en 2017 et a ratissé large pour concocter une liste pleine de surprises. Mais il n’est pas le seul à s’être offert quelques candidats qui détonnent. En voici quelques-uns.

La plume de Macron

Il avait rencontré Gérard Collomb pour ses premiers pas en politique. Depuis 2015, Jonathan Guémas est devenu l’une de plumes du président Emmanuel Macron. Agé de 33 ans, il s’est engagé sur la liste de « Nous la Bretagne » menée par Thierry Burlot, candidat soutenu par La République en marche et ancien allié du président sortant Loïg Chesnais-Girard. Originaire de Bédée, en Ille-et-Vilaine, l’homme est l’un des rares à écrire les discours du président Macron, dans une équipe très resserrée.

Le frère de Kersauson

Florent de Kersauson est un ami de longue date de la famille Le Pen. Pas étonnant donc, de le retrouver en bonne place sur la liste du Rassemblement national emmenée par Gilles Pennelle. L’homme d’affaires est tête de liste dans le Morbihan, département natal de Jean-Marie Le Pen où sa fille se rend régulièrement. Frère du navigateur Olivier de Kersauson, le candidat se présentait comme l’un des fondateurs de la Route du Rhum. Une affirmation démentie par la société Penduick, organisatrice de la course transatlantique, qui a rappelé que la justice s’était prononcée contre Florent de Kersauson. Plusieurs navigateurs sont présents sur les autres listes. Roland Jourdain sera de nouveau aux côtés de Chesnais-Girard et Anne Quéméré s’est engagée avec Daniel Cueff.

La star de télévision

C’est sans doute la plus connue de toutes les candidates. Placée en 14e position sur la liste de Daniel Cueff dans les Côtes d’Armor, Lucie Lucas n’est pourtant pas en mesure d’être élue. Star de la série Clem dont elle est la principale héroïne, la jeune maman de 35 ans a quitté la région parisienne pour venir s’installer en Bretagne dans une ferme écologique. Engagée aux côtés du maire anti-pesticides de Langouët Daniel Cueff, l’actrice souhaite militer pour la défense du climat et s’est déjà montrée critique sur la politique menée par le président Macron. Le chef anciennement étoilé Olivier Roellinger fait également partie de la liste.

Le patron du pâté et un bonnet rouge

En manque de notoriété, le président socialiste Loïg Chesnais-Girard a réussi à boucler une liste de très large rassemblement​. L’ancien maire de Liffré, près de Rennes, a su convaincre la fondatrice du festival des Trans Musicales Béatrice Macé, ou encore le patron de l’entreprise de pâté Loïc Hénaff de le rejoindre. Plus surprenant encore est le ralliement de l’ancien leader des Bonnets Rouges Christian Troadec. Candidat en 2015, le maire de Carhaix offre une fibre « régionaliste » à sa tête de liste.

L’infatigable cheminote

Encore une fois ! Déjà candidate en 2010 et 2015 où elle avait obtenu 1,5 % des suffrages, Valérie Hamon défendra pour la troisième fois les couleurs de Lutte Ouvrière aux régionales le 20 juin. La cheminote a également l’habitude de se présenter à toutes les élections municipales à Rennes depuis 2004. Son credo ? « Chasser les notables et les capitalistes ». « C’est nous qui faisons tourner la société, c’est donc normal qu’on fasse entendre notre voix », estime-t-elle.