Régionales en Provence-Alpes-Côte-d'Azur : Quinze candidats de la majorité présidentielle sur la liste Muselier

ALLIANCE Après de nombreux rebondissements, LREM a décidé de ne pas présenter de liste dans la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur

20 Minutes avec AFP

— 

Le président sortant de la région PACA, le LR Renaud Muselier.
Le président sortant de la région PACA, le LR Renaud Muselier. — Alain ROBERT/SIPA

Quinze candidats de la majorité présidentielle seront présents sur la liste conduite par Renaud Muselier (LR) aux prochaines élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur, a annoncé vendredi le président sortant de la région lors d’un point presse. Renaud Muselier a par ailleurs critiqué certains membres de Les Républicains (LR)​ opposés à l’ouverture de sa liste qui, selon lui, « remettent en cause la ligne rouge "pas de compromission avec le Front national" » (aujourd’hui Rassemblement national).

« Ma famille politique doit régler ce débat qui la ronge plutôt que de m’envoyer des fatwas par communiqué de presse », a-t-il ajouté. « Ce sera la liste "Notre Région d’abord", la liste des Républicains, de la droite, du centre et des démocrates », a lancé l’ancien secrétaire d’Etat de Jacques Chirac, expliquant que « pour la première fois dans l’Histoire de la région, dix tendances politiques seront représentées, de la droite aux écologistes raisonnables ».

Sophie Cluzel absente

« Sur les 135 noms de la liste, on retrouvera quinze personnes de la majorité présidentielle, dont les quatre élus sortants du Modem, les autres étant tous des élus locaux », a précisé Renaud Muselier, faisant également état de membres de La République en marche (sept) et d’Agir, également partenaire de la majorité. Parmi les candidats de la majorité figurent Bertrand Mas-Fraissinet, référent LREM des Bouches-du-Rhône, et Graig Monetti, directeur de cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal, mais pas en position éligible.

En revanche, la secrétaire d’Etat aux personnes handicapées Sophie Cluzel, ex-cheffe de file de LREM pour les régionales, n’y figure pas. « Elle a su faire preuve de responsabilité », a expliqué Renaud Muselier. Début mai, la main tendue par ce dernier à la majorité présidentielle, reprise au bond par le Premier ministre Jean Castex, qui avait annoncé le retrait de la liste Cluzel en évoquant une « recomposition politique », avait créé un psychodrame chez Les Républicains.

Après des débats acharnés, le parti avait finalement décidé de maintenir son soutien à Renaud Muselier à la condition qu’il renonce à accueillir des candidats de la majorité. Interrogé sur le risque d’un retrait du soutien de LR après la présentation de sa liste, Renaud Muselier a lâché : « Ils feront ce qu’ils ont à faire. Moi, j’ai ma liste et elle est solide. Quelle que soit leur couleur, leur appartenance, ils sont d’ici, ce sont des élus locaux ». Il a rappelé que « la colonne vertébrale » de sa liste était constituée par Les Républicains. Le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau et le député LR Eric Ciotti ont d’ores et déjà demandé à leur parti de retirer son soutien à Renaud Muselier.